My Space

Les fantômes

Les croyances populaires sont assez répandues en Asie. Chez moi, il n’a jamais vraiment été question de ces croyances populaires asiatiques dans mon enfance, vu que ma mère est française et mon père totalement athée, mais dans ma famille, du côté khmer,  il y a beaucoup de croyants, et les petites traditions ancestrales sont monnaie courante.

Les fantômesParmi ces petites croyances populaires, chez les asiatiques en général, et encore plus chez les khmers, les fantômes sont particulièrement répandus. La tradition veut qu’il y ait un fantôme gardien dans chaque maison. C’est pour ça que dans chaque famille il y aura toujours une personne qui a déjà vu un fantôme, ou il y en aura toujours un qui pose problème.

Par exemple, mon petit frère pleure toujours très longtemps après être réveillé. Il est ronchon, bougonne, et râle pendant plusieurs quarts d’heure avant de se calmer. J’entendrai toujours ma belle mère dire que c’est un fantôme qui le possède à son réveil, quand il est le plus vulnérable, et qui parle à sa place. Un fantôme vietnamien, de préférence.

Nous avons souvent des problèmes de sonnerie de porte aussi. La sonnerie qui se coince, et qui sonne pendant plusieurs minutes, qui se déclenche à deux heures du matin… Quand mon père dit que ce sont certainement des plaisantins sortant de boîte, ma tante est persuadée que c’est un fantôme qui passe par là. C’est quand même vachement chiant un fantôme.

Quand j’avais encore mon chien, il faisait toujours tomber les rideaux, dont les tringles étaient accrochées par du scotche double face. Quand mon chien est mort, les rideaux tombaient tous seuls. Tout le monde disait que c’était le fantôme du chien qui revenait faire des siennes.

J’en parlais à une autre tante, qui me raconte souvent ses histoires d’enfance et qui me disait qu’étant enfant, elle croyait voir régulièrement des fantômes. Elle se baladait seule dans la jungle et voyait des buissons bouger avec des râles rauques qui s’en dégageaient. Bien plus tard, elle s’est rendue compte qu’en fait elle surprenait des soldats vietnamiens faire leurs petites affaires avec des cambodgiennes… La magie de l’enfance.

En fait, je ne sais pas si ces histoires de fantômes sont vraiment liées aux croyances populaires, puisque les fantômes sont surtout liés au rapport à la mort. Un jour où j’étais en train de faire la cuisine avec une de mes tantes, elle me dit que le week-end dernier elle était à un enterrement. Un homme était mort en une fraction de seconde, puisqu’il avait coupé un arbre qui lui était tombé dessus. Elle m’a raconté sa mort d’abord tout simplement, puis me dit qu’il avait laissé deux enfants derrière lui, et s’arrêta net. Elle me regarda avec un sourire figé, puis me dit « je n’arrive plus à en parler », elle avait la chair de poule. Je trouvais étrange de voir une personne d’habitude si légère et si gaie se figer comme de la glace en parlant de la mort.

Il est vrai que la mort, quand on est enfant de médecin, est une chose que l’on voit complètement différemment des autres enfants. Quand une des amies de mon père, kinésithérapeute en hôpital, raconte à un dîner chez nous que le jour d’avant une personne âgée est morte entre ses mains et que c’était la première fois avec une légèreté désopilante, ça ne me choque presque plus. J’ai très vite réalisé que le travail de mon père consistait à sauver des gens, et que s’il n’y arrivait pas, ils pouvaient mourir, et que même mon papa, aussi fort soit-il, n’en pouvait rien.

Alors peut être est-ce pour ça qu’en Asie comme ailleurs, on croit aux fantômes, aux esprits, et autres manifestations de l’au delà : pour ne plus avoir peur. La mort, aussi naturelle soit-elle, provoque en nous un sentiment d’impuissance tel, que nous inventerions presque tout et n’importe quoi pour ne pas en avoir peur.


En Asie, les fantômes sont la solution. Et ici, que faisons nous pour combattre la peur de la mort ?

(cc) michellardi

3 Responses to “Les fantômes”

  • Très joli texte, j’ai bien aimé la chute.
    En Bretagne, avec la culture celte, il y a egalement beaucoup de gens qui parlent de fantomes, qui en ont vu, vivent avec….
    Parfois, penser que la personne est encore là sous une autre forme, permet de faire son deuil….

  • Merci PhotoFilm :)

    *fait la danse de la fille contente*

  • Ici aussi, en Europe, on y croit, aux esprits… aux lutins et autres fées… Moi, c’est fréquent, ils viennent cacher des feuilles ou des crayons, des clés… Les lutins ne sont pas méchants, ils sont taquins, ce sont les génies de la maison, ils nous taquinent, mais ils ne sont pas humains. Les fantômes et les esprits, c’est différent. Ce sont les morts qui n’ont pas encore trouver la paix… ils sont humains, ils errent près de nous. Photo film a raison, en Bretagne, et ailleurs (une thèse avait était faite, voici quelques années, par une chercheuse du CNRS sur la sorcellerie dans le bocage français)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>