Parce que des Bisous, on en reçoit et fait chaque jour ; parce que chacun d’entre eux n’est pas porteur des mêmes messages ; parce que la langue française, par ses subtilités permet de tout nuancer, parce que sur les Bisous, je me suis interrogée, une réflexion s’est alors posée sur le papier. 

les différents bisous

Dans le mot Bisou (avec un B majuscule), il faut distinguer : la bise, le bisou à proprement parlé et le baiser. Chacun d’eux est unique et n’aura de sens et d’importance qu’en fonction de ses hôtes.

Tout d’abord, la bise, c’est le premier signe de liens « intimes » entre individus

En effet, avant celle-ci,  pour communiquer, on se contentait d’un hochement de tête ou d’une poignée de mains plus ou moins ferme. Se faire la bise, c’est partager une facette de sa culture. Un mode d’emploi serait parfois le bienvenu car selon les régions où on la pratique, ce sont une, deux, trois voire quatre que l’on s’échange pour se saluer, se remercier ou prendre congé. Certes la bise peut être juste de courtoisie, elle peut même être empreinte d’hypocrisie, juste pour faire  « comme si », pour « donner l’impression de… » mais celle-ci quand elle est sincère peut se transformer progressivement en bisou (avec un b minuscule !)

Il existe une multitude de bisous

Des gros, des petits, des doux, des pimentés, des furtifs, des insistants, des hésitants, des assurés… impossible de tous les nommer. Certains sont du matin, d’autres du soir ou du midi. Ils servent à dire « bonjour », « bonne nuit », « bon appétit » aussi. Ce sont de véritables marques d’attentions déposées sur la joue qui n’ont d’autre dessein que d’égayer la journée de ceux qui les reçoivent.

D’autres bisous sont des bisous « protecteurs »

Ils sont déposés délicatement sur le front  par des êtres chers pour nous marquer leur présence, pour nous rassurer dans les moments de peur, de doute, d’inquiétude ou de peine.

Il y a aussi les bisous des « petits bouts »

Plus connus pour certains sous le terme de « poutous » et  pour d’autres sous le nom de « bisous esquimaux » (bisous de nez à nez !). Tous deux sont réclamés pour s’amuser et ont pour effets garantis : bonne humeur et éclats de rire.

Il ne faut pas non plus oublier,  les « bisous-sms »

(oui, oui, ils existent !). Ceux-là sont remplis d’originalité et  c’est sous forme de cargos, ou de bouquets qu’on les envoie, au réveil, à midi, à la tombée de la nuit ou à 14h42 aussi !  L’avantage de ce genre de bisous c’est qu’ils sont souvent messagers de sentiments timidement avouables quand la personne à qui on les dédie est à vos côtés.

Enfin parmi les Bisous, il existe le baiser

Avant tout, un baiser ne se donne pas simplement, il s’offre et se partage. Des lèvres aux orteils, en passant par le cœur, il dispose de toutes les clés pour s’installer, se poser et se reposer.

Il y a tout d’abord, le premier baiser, posé sur les lèvres d’une « elle » ou d’un « il » en guise de « je t’aime ». Celui-ci, je  l’appelle volontiers le baiser « waouh » !  Qu’il soit discret genre « bécot », ou langoureux, genre « patin », il a pour propriété de vous marquer à vie surtout si quand vous le recevez, vous sentez que c’est celui-là que vous attendiez depuis bien des années.

Puis, il y a le baiser dans le cou

Accompagné de mots doux ou pimentés au creux de l’oreille apparait en fin déclencheur de situations « tendues » puis détendues ! D’ailleurs à ce titre il existe aussi le baisemain, pratique désuète à notre époque certes mais qui, avec un peu d’ « imagination libidinale » développée  peut se révéler un geste érotisant à souhait !

On distingue également parmi cette catégorie de Bisous, le baiser « Duracell »

Il survient souvent après le précédant cité. Ce dernier, on sait quand il commence mais jamais quand il va se terminer ! Cette forme très intime de Bisou n’a pour notion de temps que l’attraction de deux corps qui aiment à s’enlacer, à se contempler… Bref à s’aimer.

Enfin, parmi les baisers, il me parait indispensable de nommer le dernier baiser. Certes il est loin d’être le plus gai mais il est à mon sens le plus solennel et le plus précieux car il permet de dire « Adieu, je ne t’oublierai jamais »  à des êtres précieux avant qu’ils ne rejoignent les cieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *