Mon expérience du porno

Je l’avoue je bosse dans l’univers du X. Depuis quelques mois, plus pour longtemps. Et pour tout vous avouer ça me colle la nausée. Un boulot trouvé par hasard, parce qu’il fallait que je bosse, impérativement. L’illusion comique et coquine des premiers jours, les airs entendus des potes, les regards mi choqués, mi intéressés des copines.

expérience porno
Mon expérience du porno

Ouais je bosse dans le X, c’est très tendance, d’autant que je suis mandaté pour créer une boutique de sextoys en ligne. Je me cultive sur le sujet et deviens un “expert” en la matière. Les vibro, gods, dildos, rabbits, anchor, stimulateurs, anneaux… n’ont plus de secrets pour moi. Je connais les efficaces, les mauvais, ceux qu’il vaut mieux éviter pour raisons médicales et ceux qui sont d’une totale innocuité.

Le milieu du porno n’a pas de limite, mais je commence à pressentir les miennes.

Voici le god moulé sur l’organe d’un porc (un vrai cochon), celui moulé sur un danois (le chien) et celui à la mesure d’un cheval. Mais l’esprit maison veut qu’on ne juge pas les goûts et les couleurs. Ça aussi d’ailleurs c’est tendance. Ne pas juger. Après tout, l’une des meilleures ventes est bien ce god en forme de point, taille réelle.

Je me rassure en me disant que les gens se mettent bien ce qu’ils veulent dans le derrière

Le site est en ligne, les ventes sont là, les gods animaliers sont au top des ventes. Il va falloir que je m’intéresse à la VOD. Comprenez “video on demand”, video à la demande. Des films de cul qu’on achète en ligne. Ces films de cul qu’on voit sur Canal ou autres chaînes satellites. Des femmes épanouies par une sexualité libérée, sans tabou ni limite. Ok. Ce ne sont jamais que des films de cul.

De par ma fonction, j’ai accès à ces films, mais aussi aux photos des tournages, aux making of.

Les acteurs porno, hommes et femmes épanouies, se transforment sur ces images en fantômes, le regard fixe, vide. Des hommes et des femmes aux visages creux, abrutis de fatigue, qui font leur boulot. Des femmes qui pleurent, épuisées, humiliées, blessées dans leur âme et dans leur chair.

Car on a beau dire, même si le cul nous est vendu comme une libération, un épanouissement, une manière d’être détachée de tout jugement social, une révolte, ces êtres que je vois sur mon écran, sont des êtres brisés. Je me dis que le maquillage outrancier des hardeuses, est le masque du désespoir. Mais ne nous arrêtons pas là. Et allons flairer un peu le top des ventes en matière de vidéo.

Les films pornographiques qui remportent la palme des ventes sont les films zoophiles et scato

On se pisse et on se défèque dessus. On semble y prendre du plaisir. Au hasard d’un rendez-vous je croise celui qu’on nomme Monsieur Caca. Un homme costard cravate, 70 ans, principal acteur de ses films. Il nous offre des crottes en chocolat pour Noël.

Quant à la zoo, c’est dans ces films que j’ai croisé les plus jolies filles

J’imaginais de vieilles actrices en mal de tournages et qui en désespoir de cause se tournent vers les fosses les plus sordides du porno. J’y découvre de très jeunes femmes qui se tapent chiens, chevaux ou porcs. De très jeunes femmes d’Europe de l’est. Elles font leur boulot avec un entrain visiblement simulé. Je me doute sans en avoir la preuve formelle qu’un barbouze est sur le plateau, à les surveiller voire à les “recadrer” si la fille ne fait pas son boulot avec la passion qu’il faut.

Je donne ma démission en fin de semaine. Et pour ne rien vous cacher, je crois que je vais éviter pendant un bon bout de temps de regarder des pornos. Car je ne peux plus m’empêcher de distinguer ce qui se passe derrière les lumières et les maquillages.

Rejoindre la conversation

10 commentaires

  1. J’imagine que ça ferait “triper” un tas de mecs de travailler dans l’industrie du porno . Et ce texte sur l’envers du décor est, je trouve, très émouvant. J’en reste au bord de la nausée donc j’imagine que tu as réussi à faire passer le message que tu souhaitais. Franchement…Bravo !

  2. Y’avait eu un article assez édifiant sur les coulisses du porno, qui disaient que la majorité des nanas bossant dedans ont été abusées dans leur jeunesse, etc. Je veux bien moi, c’est même sans doute très probable dans certains milieux (le gonzo notamment). Maintenant, y’a des tonnes d’actrices qui clament aussi faire ce boulot par choix, ne tourner que ce qu’elles veulent tourner, et qui ne sortent pas des tournages harassées et humiliées…
    Comme dans toute industrie, y’a des dérives, mais je commence à trouver pénible qu’on moralise tout le temps le porno en disant que les gens n’y sont que des objets, etc. En usine t’es pas un objet aussi ? Quand t’as fini ton taff le soir, t’as pas le maquillage qui dégouline aussi, mal dans les membres à cause des mouvements répétés ? Vendre son corps pour Bonduelle ça gêne pas, mais si c’est pour montrer ses fesses là forcément ça gêne, et forcément les acteurs sont tous des victimes…
    Bref, je comprends qu’on n’ait plus envie de bosser dans ce milieu, que la course aux extrêmes est gerbante (la zoophilie, tout ça) ; ceci étant dit, ça me saoule qu’on généralise, parce que certains font du porno et en sont pleinement satisfaits, mais y’a toujours quelques bien-pensants (et je ne parle pas de toi Anonyme) pour dire que les acteurs sont malheureux, exploités, etc…

    1. Alors tu vois, je vais répondre à ton commentaire. En précisant que je ne suis pas une prêcheuse de morale. D’ailleurs ce genre de comportement je l’exhorte.
      Mais avec le peu de bon jugement qui te reste (ce que j’en ait déduis de ton message), regarde donc un film porno et dit moi si tu ne voit pas la souffrance silencieuse de ces filles. Une fille qui se tape 2 ou 5 mecs à la fois, elle les suce se faisant frapper au visage, on joue avec sa bouche lui faisant répéter cet effet de succion extrêmement vite gifles au visage toujours, on l’a met à quatre pattes et c’est tous ses orifice qui sont maintenant sollicités gifles toujours sur le corps et à la fin, ces mêmes homme lui éjaculent au visages et elle fini par avaler tout cet amas de sperme.
      Tu voit, lorsque t’a mère t’a mise au monde (imagine), tu est né libre. Libre de tes choix… pour que environ 20 ans plus tard (et dans beaucoup de cas ces filles sont plus jeunes) tu te met à faire ce genre de choses?
      Par ailleurs, ta petite comparaison foireuse entre une actrice porno et un ouvrier pour Banduelle est totalement déplacée. Tu n’imagine pas les conséquences désastreuse d’une telle manière de voir les choses.
      Ces mêmes femmes (parce qu’elles sont humaine dans leurs chaires, humaines), détruisent leurs corps de par le traitement qu’elles leurs infligent. J’ai vu dernièrement un film qui traite de ce sujet, et plusieurs de ces actrices décrivent les saignements de leurs orifices , causes ou signal d’alertes des années de chocs que leurs corps a subi.
      Prenons maintenant un ouvrier pour Banduelle, celui-ci n’a pas les mêmes traumatismes. Et le jour où une société arrivera à un tel extrême, au point que mêmes ses ouvriers puisses avoir des effets de traitement abusifs et répétés sur leurs corps idem que ce que les corps de ces actrices expriment, alors ce sera la fin de cette même société.
      On ne peut pas arriver à un tel extrême. Et la société capitaliste dans laquelle on est, semble arriver à un tel extrême. Ton propos me bluffe, honnêtement. Dire que le corps d’une actrice porno et celui d’un ouvrier c’est la même chose… lorsque tu bosse comme salarié devant ton ordinateur, c’est pareil alors? Ah… la solution pour tous ces individus, c’est l’argent.
      Trés bien alors: si une femme ou un homme veut se faire de l’argent, il aura alors le choix de soit être ouvrier pour Bondelle ou alors acteurs porno! Tous les moyens sont bon pour se faire de l’argent . C’est vrai que pour un salarié Bondelle on abuse aussi de son corps, donc c’est pareil! *ironie* Non vraiment ton avis est bluffant. Putain, j’ai même lu dans un article qu’un gars souvent après avoir éjaculé devant son film porno, une fois le désire comblé se rend compte de l’horreur de cette chose. *ironie* bref, je vais m’arrêter là. Que cette société se complait dans la merde qu’elle a elle même crée et qu’elle s’étouffe avec. C’est juste extrêmement bizarre de voir ce que l’homme est capable de faire subir à l’homme.
      Et pour ton propos “dérives des film porno”, les filles que l’on voit dans des “porno” zoophiles sont sous drogues (plusieurs témoignages existent) lors de ces actes barbares, les animaux d’ailleurs. Et victimes de réseaux mafieux et pédocriminels. Mais bon vu que l’argent appel l’argent toutes les dérives sont acceptables. j’en reviens ici, à ta comparaison. Après tout l’industrie de porno est comparable à Bonduelle. Certains patrons abusent aussi de leurs salariés et parfois il y a des burn-out… *IRONIE* ce qui est tout aussi choquant c’est la bêtise qui augmente dans cette société devenu sénile. Des individu/citoyens incapable de différencier des faits et qui par leurs connerie ou flemme tend à tout mettre dans un même panier…
      Et pour ce qui est des actes scatophiles, mettons le aussi dans le même panier, ça ira plus vite.
      J’ai juste hâte d’observer dans les catégories de sites porno actuels, “zoophile” ou “scatophile” à ce moment là j’écrirai sur mon testament le souhait à mes enfants de ne pas en faire d’autre afin que mes petits-enfants ne vivent pas dans un monde devenu aussi grossier et honteux pour l’espèce humaine. *Last ironie*

  3. Tu as tout mon respect d’avoir supporté tout ça tout mon respect aussi de démissionner, tout mon respect de parler enfin de la souffrance des acteurs et des actrices.
    Tristana, je ne peux pas et ne veux pas être d’accord avec toi sur la question. C’est peut-être idiot mais même si tu me considères comme une bien pensante et une puritaine, je ne pense pas que les acteurs et actrices soient heureux dans le porno.

  4. J’avais été dégoutée de tout ça rien qu’en bossant dans un sexshop alors j’imagine ce que ça doit être en bossant carrément dans le porno! Bravo pour cet article, c’est vrai que ça donne la nausée!

  5. Bon allez, je me vais faire taper (bah oui il est tellement plus simple de dire “je compatis, bravo, je suis bien d’accord avec toi”) mais je vais dire que je ne suis pas trop fan de cet article hautement enfonceur de portes ouvertes.

    Non, je ne vais pas vous dire que l’industrie du porno c’est Disneyland ou que j’aime la souffrance des pauvres ères qui tombent dans le porno comme d’autres dans la drogue MAIS…

    je connais des réalisateurs, des acteurs, des actrices, qui baisent, se filment, et “jouent” avec plaisir, avec ludisme et surtout avec un respect de leur corps et de leur âme.

    Je renvois vers le(s) blog(s) de John B-Root pour en avoir un aperçu.

    L’univers du porno est surement glauque dans sa triste banalité quotidienne. Il convient tout de même d’éviter la caricature.

  6. Il y a un très bon roman à ce sujet…Rencontre sous X
    de Didier Van Cauwelaert

    La rencontre d’un joueur de foot prometteur et d’une star du X…et ça ramene bien à l’ambiance que tu decris.

    Etrangement, plus il y a de liberation avec les sex toys, plus il y a de misere sexuelle…

  7. C’est bien ce que je pense. la libération sexuelle et compagnie c’est l’arbre qui cache la forêt. On se la joue super libérés alors qu’en fait, on a envie du missionaire, du lit conjugal et surtout d’un seul partenaire qui vous aide et vous soutienne.

    1. Serena, si tu penses ce que tu dis, que fais tu ici ? Personne n’est obligé à rien, les mal-pensants il faut qu’ils aillent voir ailleurs.
      Certaines ici nous parlent de “leur expérience” du monde du porno au travers la vision de films X, mais qui les y ont obligé ??
      Je n’aime pas la scato et la seule idée de voir la merde me suffit, je n’ai pas besoin d’en savoir plus, j’ai torché le cul de mon gosse !!

      Maintenant en ce qui concerne la Zoophilie, n’oubliez pas qu’il existe dans nos villes et campagnes des femmes qui s’adonnent à la zoophilie. Sont elles anormales, non pour en avoir rencontrées.
      Alors qu’en une femme vous dit que ses voisins se tapent dessus, que l’autre frappe sa femme tous les jours et fait venir des noirs pour ” la prendre ” , elle dit alors qu’elle préfère se faire “saillir” par son chien, que d’avoir à faire à des hommes comme ça…et puis elle dit aussi ne pas risquer d’attraper une MST !!!
      Non dans la zoo il n’y pas de malade à priori, enfin mes clientes ne le sont pas !!

      Pour le reste ont peu disserter longtemps, sans tomber d’accord.
      Et encore…,que font des gamines dont on ne sait rien qui sont derrière leur CAMs sur le net, à s’enfiler tout et n’importe quoi, se fistant en solo, se faisant des gorges profondes au point de se blesser la gorge…quand les parents sont avertis vous pensez qu’ils cautionnent cela ? NON bien sûr, mais il est plus facile de gagner du fric comme cela que de faire des études.

      Oui mais….non il n’y a pas de mais…!
      Les sites, n’importe où regorge de filles qui font des CAMs avec ou sans dial d’ailleurs. Oui mais …encore…, comment font elles ?? Je ne vais m’exprimer de cela ici, inutile de donner des idées…ça existe …point.
      Même des mères de famille rencontrées dans mes enquêtes m’ont avouées le faire pour de l’argent et puis comme cela elle ne risquent rien …!! J’aurais tout entendu !!

      Donc celles qui parlent ici ne sont pas honnêtes, car même si vous n’avez pas de travail, vous n’êtes pas obligées de vous prostituer …parce que vous savez écrire !!! Il faut le lire pour le croire !!

  8. Serena, j’ai pas dit que B Root c’était le Dalaï Lama ^^ mais rien à voir avec “ces êtres que je vois sur mon écran, sont des êtres brisés”…
    “on a envie du missionaire, du lit conjugal et surtout d’un seul partenaire qui vous aide et vous soutienne”, j’ai le droit de dire que tu peux remplacer le ON par le J’AI ? 🙂 Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *