Parce que j’ai eu plusieurs vies. Parce que le rôle de maîtresse n’a pas été le pire rôle de ma vie. Parce que ça peut arriver à tout le monde, même aux plus vertueuses d’entre nous. Parce que le but n’est pas de souffrir. Parce que moi aussi, j’ai été une maîtresse malheureuse.

maitresse

Moi aussi, j’ai pleuré toute la nuit, en serrant les dents pour ne pas réveiller mon compagnon. Moi aussi, j’ai hululé son nom en me traînant dans un appartement vide de lui. Mais aussi… Parce que j’ai été une maîtresse heureuse, parfaitement comblée. Pas du tout en manque de lui.

Etre une maitresse amoureuse

D’abord, mesdames, il faut briser un mythe : non, l’amour ne frappe pas “par hasard”. Si vous êtes tombée amoureuse, c’est parce que, d’une façon ou d’une autre vous étiez disponible. Soit parce que votre couple officiel s’est éloigné de ce que vous en attendiez, soit parce que vous étiez célibataire et mûre pour une histoire d’amour.
Croire que “parce que c’était lui”, c’est joli. Mais c’est un mensonge.

Pourquoi est-ce compliqué d’être une maitresse amoureuse d’un homme déjà en couple

Ensuite, j’en lis énormément qui se demandent “pourquoi”. Pourquoi il vous fait ça ? Pourquoi il vous laisse sans nouvelles ? Pourquoi il ne quitte pas sa femme ? Pourquoi il ne vous appelle pas ? Pourquoi il vous traite comme ça ?
La réponse est simple : parce qu’il en a la possibilité et qu’il n’a aucun intérêt à faire autrement.

C’est compliqué car votre amant est déjà en couple !

Soyons pragmatiques deux minutes et mettons nous à la place de ce charmant individu. Il a une femme. Avec laquelle ça se passe… comme ça se passe, mais en tout cas, il a de la place (en temps, en disponibilité, en émotion) pour une autre. Il trouve cette autre. Pendant tout un temps, Monsieur vit un rêve. Ne lui jetons pas la pierre, tout ceci est humain. Il est comblé. Amour, famille, sexe, et frisson. Une vie formidable ! Que cela ne soit pas avec une seule et même femme, pour finir, est-ce si important ? Si on se met 3 minutes dans ses baskets, vous foutriez tout en l’air vous ? Moi pas. Donc, il ne bouge pas, parce qu’il n’y a aucun intérêt.

Expliquez vos sentiments et votre vision de la situation pour que cet homme vous comprenne

Il fait tout ça parce que vous, et sa femme, vous le laissez faire tout ça. Il ne vous appelle pas parce qu’il ne se passe rien quand vous êtes en colère. Il trompe sa femme parce qu’il en a le temps et l’envie. Il vous laisse sans nouvelles parce qu’il ne se passe rien quand il le fait… Certes, vous pleurez, mais est-il là pour le voir ? Non. Il est très embêté de l’apprendre, je n’en doute pas mais… Doit-il pour autant essuyer vos larmes ? Non.

La différence entre imaginer une situation et en souffrir, et vivre cette situation est immense… Et c’est cette différence qui explique que même s’il vous aime,, s’il aime sa maîtresse, même s’il est embêté, il va continuer à ne pas vous donner de nouvelles, ne pas passer de we avec vous, ne pas vous donner une nuit… Il vous fait tout ça parce que vous vous êtes placée dans une situation où vous ne pouvez pas réagir efficacement. Si vous êtes en couple et que votre compagnon vous fait le quart de tiers de ce que votre amant vous fait, vous avez tôt fait de lui faire comprendre dans sa chair qu’il a intérêt à ne pas recommencer. Et ça fonctionne dans les deux sens, ne me taxez pas de féminisme déplacé.

Enfin, et après j’en ai fini avec mes “vérités”, il y a… le malentendu et la rupture de contrat de l’adultère

Parce qu’une relation adultère est un contrat : je te donne ceci, à ces conditions-là, et tu me donnes cela en retour. Si l’un des deux change la donne, il rompt le contrat. Si le contrat stipule pas de sentiments et personne ne quitte son officiel, et que vous quittez votre officiel, c’est vous qui prenez un risque. S’il ne quitte pas sa femme, il ne fait que respecter le contrat de base…

Voilà, j’en ai fini. J’ai conscience que ça ne plaira pas à tout le monde, que ça enlaidit ce qu’on prend souvent pour une belle histoire… Tout ça pour vous dire mesdames (et messieurs, les femmes n’ont pas le monopole de la souffrance amoureuse), que cette histoire qui vous fait tant souffrir… est entre vos mains. Que même si vous ne le savez pas encore, vous avez, en vous, le moyen d’être heureuse, simplement parce que vous avez la capacité d’aimer. Reste à choisir avec discernement votre objet d’amour.

Je ne conseille pas de quitter votre amant sur le champ, je ne suis personne pour conseiller, mais je crois qu’il y a moyen de vivre bien son histoire adultère… en la vivant pour les bonnes raisons, dans de bonnes conditions. Et je précise, je ne juge personne. Dans une histoire comme celle-là, il n’y a ni cruches ni enfoirés… Il n’y a que des gens qui se trompent, qui font comme ils peuvent…

Rejoindre la conversation

12 commentaires

  1. J’ai été la maîtresse.
    Un triangle amoureux assez complexe, puisque je côtoyais l’épouse très souvent et une bonne partie de la semaine.
    Une relation adultérine complexe du point de vue de l’emploi du temps, gérer mes cours, son boulot, notre “passe temps” musical (cadre dans lequel je l’ai connu et dans lequel bossait sa femme …).

    Malgré tout, j’ai été une maîtresse heureuse. Pas de crises de larmes, pas de crises de doutes. Peut-être parce que j’étais jeune ? Ou parce que ses preuves d’amour me suffisaient, qu’il était là si j’avais un problème, que quand j’en avais besoin, il était là pour sécher mes larmes.

    Il a toujours été clair entre nous qu’il était hors de question qu’il quitte sa femme. Tout comme il était hors de question que je reste seule chez moi à attendre son coup de téléphone et à ne penser quà lui.

    ça a duré 2 ans. Je ne sais même plus pourquoi ça s’est fini, mais j’ai eu plus mal que je ne le pensais. Sans être forcément amoureuse, j’étais attachée.
    Généralement, dans ces relations, les hommes mariés ont le “pouvoir”. Là, c’est moi qui l’avait.

    Le bonheur d’être aimée, de compter pour quelqu’un, ce langage des yeux que j’étais seule à décrypter, avoir le pouvoir de l faire venir en 2 textos. De le rendre jaloux en me montrant avec un autre. Que cet autre soit un simple pote, ou un potentiel “homme de ma vie”.

    Aujourd’hui, personne ne sait, mais tout le monde se doute.
    Et comme vous l’avez si bien dit en commentaires, c’est forcément ma faute. C’est ma faute si, lorsque j’avais 16 ans, cet homme marié m’a embrassée sans que je ne lui demande quelque chose. Ma faute s’il mentait à sa femme, s’il venait me retrouver. Ma très grande faute s’il était amoureux de moi.

    Et lui dans tout ça ?
    Moi je n’avais pas d’attaches. Je n’ai promis ma fidélité à personne. J’ai certes trahi sa femme, qui était une amie, une conseillère, mais je trouve que ma trahison est moins pire que celle de son mari.

    Mais non, rien n’est sa faute, et aujourd’hui encore, presque deux ans après la rupture, c’est moi qui suis la “sal*pe”. Celle dont on parle en mal dès qu’elle a le dos tourné. A qui on fait une petite réputation dans tout le milieu, et ça se ressent bien.

    Lui ? Il s’est seulement fait avoir par une petite jeune, 2 fois moins jeune que lui. C’est pas sa faute. Non non.

    En attendant, quand on se voit aujourd’hui, il y a toujours ses yeux qui parlent pour lui, parce qu’il n’a plus le droit de me parler, me dire bonjour, et normalement, même pas le droit de me regarder …

    Et pas la peine d’avoir des leçons de morale, ou de culpabilisation, dans cette histoire, on était deux. On a été deux pour la créer, pour la vivre, on est deux à partager les torts.

  2. Oouahou! Cet article est formidable.
    Mais pourquoi parler de faute ? Le regard des autres, on s’en fout non ? Pourquoi rentrer dans un moule: le couple marié doit rester marié et personne ne va voir ailleurs, tant que ça marche. Et quand ça marche plus on arrête tout et là seulement on va voir ailleurs ?? Je ne suis pas du tout d’accord avec ces idées.

    Je suis dans le rôle de la maitresse aujourd’hui, et plutôt de la maitresse qui souffre… Car cet homme oui je l’ai dans la peau, je le croise très souvent, et il n’est pas forcement prêt à se libérer pour moi. Et puis des que j’évoque autre chose que du sexe, genre des sentiments, il se replie comme un escargot dans sa coquille.
    Je vois/ sens bien que lui aussi a ses moments de souffrance à cause de notre relation.
    Mais par ailleurs c’est si bon.

    Je suis dans le rôle de la maitresse aujourd’hui, et plutôt de la maitresse qui souffre… Mais j’assume complétement. Je ne reproche rien à personne, ni lui, ni personne. Je suis la seule responsable de ma situation.
    Je pense souvent à sa femme que je connais seulement de vue. Et je sais qu’il n’y a pas de hasard dans la vie. Elle aussi est responsable de sa situation, même si dans la vraie vie elle n’en connait qu’une partie (de sa situation).

    Aujourd’hui je ne peut pas dire que je l’aime, mais je l’ai dans la peau, il incarne en quelque sorte le mec idéal pour moi. Et j’ai pas envie que ça s’arrête. Bien sur c’est pas mon cerveau qui s’exprime, ce sont mes tripes, ce que je ressent, et la raison n’y peut “presque” rien.
    Comme disait Erika, je veux aller au bout, expérimenter cette histoire au maximum de ce qu’elle peut m’apporter/ m’apprendre sur moi et sur la vie :o)
    Voila. A vous….

  3. @toutes> Merci les filles, ça me fait plaisir de voir qu’ici, c’est la vraie vie!
    @ Petit Beurre et blandinette > mon article parle du point de vue de la maitresse sur sa relation adultérine. il est vrai qu’il y manque tout le point de vue de la relation officielle de l’amant ( ou de la relation officielle de la maitresse) ainsi que le point de vue du conjoint trompé…
    @Petit Beurre > Il est aussi vrai que ton avis, rejoins le mien : dans cette histoire, on est au moins deux : la maitresse et le trompeur. L’ombre de l’épouse trompée plane aussi. En tous les cas, il est injuste que la maitresse soit la briseuse de ménage et le trompeur une innocente victime se débattant dans sa toile. D’ailleurs, avez vous remarqué qu’on accuse volontiers une femme d’être une briseuse de ménage mais jamais un homme? Une femme qui se trouve un amant marié est TOUJOURS une fieffée salope. Un homme qui séduit une femme mariée… rien. Si on parle de la situation où le trompeur brise son ménage officiel à cause de sa relation adultère, la maitresse brise encore et toujours un ménage. Dans le cas où c’est une femme qui quitte son conjoint pour son amant… Non. C’est encore et toujours elle qui en porte la responsabilité. Rien que dans les mots. J’ai même entendu des gens conseiller à un amant amoureux de “tout faire pour conquérir sa belle”, et à une maitresse amoureuse de “se mêler de ses affaires, parce qu’elle va briser une famille”. Le machisme n’a pas de limite.

    @blandinette > On parle de faute, parce que par défaut, on considère qu’un couple marié se doit fidélité. Oeuvrer au bris de cet engagement constitue une faute, un non-respect.
    Il faut aussi avouer que les couples mariés ayant instauré une règle de liberté sexuelle sont bien discrets…
    D’ailleurs, parle-t-on encore d’adultère, d’amant, de maitresse, si le conjoint officiel a autorisé les escapades sexuelles extra-conjugales?

    @Malilou> Excellente question à laquelle je ne peux répondre que par hypothèse, n’ayant jamais été dans le cas… et de plus chaque histoire est différente.
    Pour ma part, je crois qu’une personne ayant sincèrement juré fidélité à son compagnon de vie n’en arrive pas à tromper uniquement par la subtile manigance d’un célibataire intéressé.
    Je crois qu’une série de facteur appartenant à la personnalité et la vie du trompeur, à la personnalité et vie du conjoint cocu, à la vie de couple, à la personnalité de l’amant/de la maitresse entrent en compte.

    @La fille > Ca sent le vécu. Tu as envie d’en parler?

    @blandine> Tout est question de point de vue. Pour ma part, si un homme marié vient vers moi et veut une relation avec moi, je considère que son histoire de couple ne me regarde pas et que c’est son problème. Mon rôle consiste à considérer la proposition qu’il me fait, et il est certain que son statut de marié va influer sur les possibilités de la relation. Je considère que son indisponibilité temporelle par exemple, est à prendre en compte. Comme si il était médecin de garde, infirmier de nuit ou toute autre activité qui occupe son horaire de façon précise. C’est important que je connaisse ses limites. Mais après, ce n’est pas à moi de discuter ses limites. Je dois juste me positionner par rapport à la relation qu’il me propose.

  4. J’ai été une ‘maîtresse’ en quelque sorte, à savoir que monsieur a juré qu’il voulait rompre avec sa petite amie, qu’il voulait revenir, qu’on puisse à nouveau reconstruire quelque chose. A préciser qu’avant rupture, nous devions nous mettre en appartement, avec envies de bébés futures, bonheur de choisir les meubles Ikéa, tout ça, tout ça…et ce que tu dis dans ton article est réaliste : on ne choisit pas de qui on tombe amoureux, mais on peut choisir son objet d’amour, mais en même temps, on ne sait pas se détacher du mauvais. Le troisième choix il était pour moi hein : pouf, j’ai marché, pouf, un bébé pas attendu du tout, pouf ‘en fait Mathilde, je ne veux pas revenir avec toi’, avec une phrase que l’on connait toutes : “j’ai fait la plus grosse erreur de ma vie”. C’est toujours agréable.
    Mais, je vais essayer d’être gentille : allez, torts partagés : j’ai fait confiance à un connard qui bafouille avec ses sentiments (même après ivg, monsieur “m’aimait” toujours) et lui signe et persiste à vouloir être immature.
    Et moi aussi je crois aux projets, mais plus à deux, on est jamais mieux servi que par soi-même : je mène mes projets seule depuis, et je choisis les hommes qui partagent mon lit, et c’est pas plus mal. Il y en a qui sont fort pour briser la confiance qu’on leur portait, et même notre confiance en nous peut en prendre un sacré coup.

  5. Bonjour,

    cela fait un moment que tu n’es plus active sur le site mais je suis tombée sur ton article que je trouve très intéressant et très juste.

    Je souhaite ton avis ou du moins ton expérience. Donc comme on dit, qui ne tente rien n’a rien 😉
    J’essaie de rompre avec l’homme que j’aime (qui bien sur, comme le sujet le dit … je suis une maîtresse)
    Je suis déterminée, je ne veux plus de cette vie.
    On a passé plus de 10 jours séparés (je sais c’est pas beaucoup, mais on ne peut se voir que tous les deux qu’une fois par semaine) mais j’avais réussi à commencer à avancer dans mon deuil de la relation, on était d’accord pour rompre, j’avais accepter cette tristesse et cette douleur de ne plus être avec lui, j’avais même envisagé une fois la douleur passée, la passion atténuée, d’éventuellement garder contact (car avant d’étre amants nous étions amis et on s’est aidé durant des moments difficiles de notre vie).
    Malgré ce qu’il me dit, ce que je ressens, je sais pertinemment qu’il ne pourra pas m’apporter ce que j’attends dans ma vie future. Donc je me suis faite une raison.
    Je voulais tenter de le garder comme “4h” en attendant de rencontrer un homme dispo mais je pense (même si je me persuade que non) que malgré les rencards que j’ai, à chaque fois il reste dans un coin de ma tête et m’empêche d’avancer.

    J’en viens au fait. Nous avions donc rompu … mais j’ai à nouveau craqué … as-tu eu des “rechutes” ? Penses tu que je vais continuer encore longtemps à gâcher ma vie avec un amour impossible … ? oui je l’aime mais ce que la vie m’a apprise c’est que parfois on ne vit pas avec la personne qu’on aime, on ne construit pas sa vie avec … on le fait avec une personne que l’on aime d’une autre manière, d’un amour plus sage, plus sein …
    Je suis toujours déterminer à arrêter, j’ai l’impression de le trahir car le moment que l’on a passé été rempli d’amour et de tendresse … il est en déplacement durant 3 semaines, j’ai envie de profiter de ce temps pour continuer à faire le deuil de la relation (bien sur il n’en sait rien et peut être fera-t-il pareil) … penses tu que je suis sur la bonne voix pour m’en sortir ?

    Je te remercie par avance

  6. Très intéressant, je vous donne un point de vue d’homme (merci Mens Room de m’avoir jeté dans ce guêpier 🙂

    Beau billet, très bien écrit et argumenté, je suis 100% d’accord, surtout quand nous (ma maîtresse et moi), subissons les attaques de la raison-cette-salope. ben oui, cette vacherie nous la tenons soigneusement à distance…

    Ensuite, il manque des avis sur des couples dans lesquels chacun des deux amants n’est officiellement pas libre. Une sorte de relation équilibrée sans attente du plus qui tue, une vie de famille, les plans à long termes, les images Cyrillus et les emmerdes aussi qui vont avec, l’usure. Si chacun est marié et (suffisamment) heureux de son coté, c’est parfait, cela évite le déséquilibre qui fait tant de peine à la maîtresse ou à l’amant souvent délaissé. Ca existe ça ?

    La relation adultère me semble par essence incomplète. Mais n’est-ce pas ce manque, qui entretien le désir, le besoin, l’envie, qui nourrit cette relation ?
    Ma vie d’homme marié me trop-plein-ise, jusqu’à la nausée… Si nous sommes d”accord pour nous combler, qui est-ce que cela regarde ?

    Bien sûr, qui souhaite être trompé ? La femme, le mari délaissé(e)s jouent un rôle. Leur statut évolue, évoluera : sentir sans savoir, apprendre, lutter ou pas, reconquérir, divorcer… autant de situations impossibles à anticiper ou gérer.

    Volonté de vivre, de jouir, d’aimer, sans trop faire de mal… pensées solitaires, plaisirs partagés.

  7. Pour avoir souvent jouer le rôle de la maitresse et amie d’hommes casées, je trouve cet article super, c’est vrai, un adultère est un contrat. Moi je vois la maitresse comme le moyen d’améliorer un couple pas souvent au beau fixe. En étant la maîtresse de certains hommes j’ai écouté beaucoup leurs confidences et s’il le fallait les engueulait ou leur donnait des conseils pour qu’ils arrangent les choses avec leur dulcinée. Bizarrement malgré ce que je faisait, j’ai toujours eu un profond respect pour leurs dulcinées, elles assument ce que peut être je ne suis pas capable de faire, un couple. Même une maitresse n’aime pas les histoires qui finissent mal… 😀 Mais si un couple va vraiment bien, je ne comprend pas vraiment l’adultère, si ce n’est les hormones… J’ai été aussi à la place de l’infidèle, et toujours ça m’a rapproché de l’homme que j’aimais.

    Malheureusement je suis actuellement à la place de celle qui voudrai rompre le contrat car tombée amoureuse de cet amant merveilleux. Il est célibataire maintenant, mais comme le dit si bien ton article, pourquoi voudrai-t’il changer notre relation ? J’ai fait ma proposition simplement il a répondu non, tant pis, j’ai signé, je reste, j’ai trop à perdre en arretant 🙂

    Mais bon pour finir sur une pointe heureuse, laissons l’amour à ceux qui s’aiment et l’adultère à ceux qui se désirent sans vouloir souffrir des contraintes du couple. Les plus courageuses sont celles qui aiment et/ou qui se taisent, femmes ou maitresses, le courage c’est d’assumer ses erreurs, ses battements de coeurs et d’hormone. Toutes les maitresses aspirent à être un jour la femme… Il faut du courage pour passer ce stade car la maitresse ne peut être trompée, la femme oui…. Bonne chance à toutes alors 🙂 Be Happy, Sexy and have fun

  8. j’arrive à 60ans et après le divorce,j’ai rencontré un homme de 5ans mon ainé..je le voyais aussi bien en weekend qu’en semaine;j’allais toujours chez lui,une maison assez isolée(il a des chiens et plus de place); j’ai fait la connaissance de certains de ses amis; mais jamais de projets à long terme;il me disait que j’avais mes enfants et petits enfants et lui la musique; sauf qu’un jour, au moment où il partait à sa répétition(2f :/semaine pour 4h,cause distance);des voisins en me regardant on dit que j’étais une petite folle et tant mieux pour eux si çà marche;je n’ai pas tout compris…puis dans un village voisin, par 2 fois en faisant mes courses, les gens ont parlé assez fort… tiens voilà la maitresse de… donc je lui ai posé la question, il m’a dit de na pas écouter les gens; il est bien veuf; c’est vrai…

    J’en ai déduit que j’étais une maitresse pour certaines choses mais pas pour celles que moi, en femme bête et amoureuse, j’espérais.

    J’ai découvert qu’il était inscrit sur des sites de rencontre. J’ai du chagrin d’avoir été bernée de cette façon, je n’ai pas réussi à rompre complètement. Je le vois sur Skype,c’est tout;c’est douloureux en tout point de vue. Des histoires qui ne tiennent pas debout. Je suis dégoutée. Être la maitresse ne veut pas toujours dire qu’il y a une légitime.

  9. Cela fait du bien de lire un billet un peu censé. J’ai parcouru pas mal de blog ou les personnes se font lyncher comme si ils et elles étaient des vrai salauds. Je suis en couple depuis 20 ans déjà, nous avons deux enfants d’une dizaine d’années. Je suis décontenancé par ces gens qui conseillent d’abandonner femme et enfants par ce que l’on est plus heureux, comme si cela était si simple. Nous avons construit un foyer. Mes enfants me semblent heureux. Ma compagne semble également satisfaite de notre vie. Elle est extrêmement investie dans son travail et connait un belle réussite professionnelle. Je me suis adapté en changeant d’emploi et je m’en sort plutôt bien professionnellement. 20 ans que j’écoute tous les jours le compte rendu de ses journées alors que j’ai eu aussi ma dose de boulot. Elle rentre souvent tard. Je m’occupe des enfants, je gère l’intendance. Nous avons les moyens d’être aidé par une personnes pour les taches domestiques. Bref, ma vie n’est pas un cauchemar loin de la. Je lui procure régulièrement des attentions (fleurs, bijoux, restaurant). J’essaie réellement de prendre soin d’elle. Elle semble satisfaite de nos rapports. Mais cela n’empêche pas de se sentir vraiment seul au milieu de cette famille. J’aimerai aussi que l’on prenne soin de moi, au moins de temps en temps. Et puis, j’ai rencontré une femme en déplacement professionnel. Elle m’a tout de suite charmé. Je ne lui ai rien caché ma situation familiale (je lui ai dit que j’avais une famille, pas le plan ça va pas avec ma femme). Mais notre désir était évident et elle a pris l’initiative de faire basculer notre relation. Ce fut extraordinaire. Cela fait maintenant un an que nous partageons, complicité intellectuelle, affective et sexuelle. Nous nous voyons au gré de nos déplacements (nous habitons loin l’un de l’autre). La passion que nous vivons est intense. Elle veut mettre fin à notre histoire, qui la fait souffrir car notre passion l’empêche de vivre dans le présent. Je l’aime et je connais un bonheur que je croyais à jamais perdu. Pourquoi assumer ses responsabilités familiales est récompensé par la solitude affective ? Comment pourrais-je abandonner un foyer qui compte sur moi ? Comment puis-je laisser souffrir la personne qui m’a donné le plus d’amour dans ma vie en ne pouvant lui donner ce qu’elle attends ? Aurais-je du laisser passer ce bonheur qui a redonné souffle et sens à ma vie ? Comment faire pour atterrir sans blesser ? Il n’y a que des gens qui font comme ils peuvent.

    1. Cher Jim, je me permets de répondre à ton poste, car je me trouve à un carrefour dans ma vie, qui semble me mener tout droit sur la route que tu as pris!
      Je suis mariée depuis près de 15 ans, j’ai des enfants, un boulot stable, une belle petite maison…. Tout ce dont on peut rêver, et qui semble être la vie parfaite pour une femme parfaite….mais voilà…. J’ai l’impression qu’il me manque qqc depuis un moment, ét il y 2 mois, je me suis inscrite sur un site de rencontre… Pourquoi? A vrai dire je n’en sais absolument rien… Le desir de se sentir désiré, mais vraiment… Par le simple fait de devoir accomplir un quelconque devoir conjugal…. Changer la routine…. Que l’on me comprenne bien: j’ai toujours été farouchement contre l’adultère, je ne l’ai jamais compris… Pourtant sur le site, j’ai fait la connaissance de quelqu’un; il est marié également, à des enfant, un boulot et une belle maison… Il aime sa femme…comme j’aime mon mari…. Mais il y a cette connection entre nous, ce desir puissant qui nous lie… Je ne l’explique pas, ne le comprends pas, mais je le vie au quotidien depuis 2 mois… Alors il n’est aucunement question de rompre avec nos légitimes respectifs… Il n’y a que cette passion dévorante entre nous.. Même si à mon avis il est quasi impossible de faire totalement ce que nous faisons sans une once de sentiments… Mais il y a ce besoin charnel, cette non retenue, cette explosion, cette découverte d’un autre, une nouvelle première fois…. C’est puissant, attractif, ét je ne peux me résoudre de laisser tomber, comme il n’est pas prêt non plus. C’est juste une passion…. Nous ne savons absolument pas ce que donnera l’avenir, mais nous profitons comme nous pouvons, et surtout comme nos vies respectives nous le permettent, de l’instant présent. Et je sais également que le jour on l’un de nous décidera qu’il est tant que ça se termine, il y aura de la douleur, mais également une obligation de lâcher prise, car “contrat moral” il y a entre nous…. Il n’est pas question que nos familles, nos couples pâtissent de cette situation.
      J’espère juste que ce post aura ou pourra servir à des femmes ou des hommes qui comme moi, se sont jurer fidélité, mais qui, un jour, sans raison apparente, ont franchi le pas de l’adultère…alors que RIEN ne les y prédestinaient…

    2. Bonjour Jim,

      j’ai l’impression de lire les mots de l’homme que j’aime… j’ai l’impression d’être à la place de ta maîtresse…
      Le fait de te lire me font comprendre son silence… sa difficulté à renoncer à sa vie de famille…
      Je suis en train de le quitter.

  10. bonjour,
    C’est avec beaucoup d’intérêt que je viens de lire cet article, et cela me donne le courage de parler de ma nouvelle relation.
    En effet, je n’aurais jamais cru un jour tombé amoureuse d’un homme marié, mais il ne faut jamais dire jamais Non?
    Dans tous les cas, c’est lors d’une réunion avec l’un de mes partenaires, que je l’ai rencontré, tout d’abord des échanges amicaux, jusqu’au jour où je reçois une invitation à déjeuner. j’étais ravie, mais le premier rendez nous n’étions pas seul, puisqu’il était avec l’une de ses collègue, pourtant je voyais bien qu’il buvait mes paroles, au moment de se dire au revoir, il me demanda si nous pouvions nous revoir pour parler encore.
    plus de nouvelles pendant 2 mois, je décide alors, de l’inviter à mon tour, cette fois ci cela se termine par un: puis je vous faire la bise? que j’acceptais volontiers.
    puis plus de nouvelle.Prenant mon courage à deux mains, je lui proposait d’aller au cinéma, ce dernier accepta, et maladroitement il m’envoya un texto m’indiquant qu’il aimerait me voir avec le dit ciné.
    J’acceptais donc, notre troisième rencontre fut magique, promenade long d’une rivière, qui se termina par des baisers passionnés, sur un banc, plus moyen de détacher nos lèvres, c’était…. mes lèvres s’en souviennent encore.
    Plus moyen de l’arrêter ainsi que ses mains au passage, se fut des caresses, des vous êtes belle des, vous me plaisez tout le long du retour.
    Je lui demandait si il était marié chose qu’il confirma me demandant si cela me posait un souci, non, pas du tout!
    au moment de nous séparer, chose qu’il a eu du mal à faire, je lui demandait comment allais je avoir de ses nouvelles, il me dit, on se voit pour le ciné et en attendant nous avons les textos .
    Depuis plus de nouvelles.
    J’avoue que j’ai du mal à le comprendre, le voici silencieux alors que notre dernière rencontre était plus que magique, je dirais même que si je ne l’avais pas arrêté, il m’aurait fait l’amour dans sa voiture.

    Dois je lui envoyer un texto?
    logiquement nous nous voyons dans trois semaines pour le ciné.
    Est ce que tous les hommes réagissent de la même façon?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *