Back Room

Mon expérience du porno

Je l’avoue je bosse dans l’univers du X. Depuis quelques mois, plus pour longtemps. Et pour tout vous avouer ça me colle la nausée. Un boulot trouvé par hasard, parce qu’il fallait que je bosse, impérativement. L’illusion comique et coquine des premiers jours, les airs entendus des potes, les regards mi choqués, mi intéressés des copines.

Mon expérience du porno Ouais je bosse dans le X, c’est très tendance, d’autant que je suis mandaté pour créer une boutique de sextoys en ligne. Je me cultive sur le sujet et deviens un “expert” en la matière. Les vibro, gods, dildos, rabbits, anchor, stimulateurs, anneaux… n’ont plus de secrets pour moi. Je connais les efficaces, les mauvais, ceux qu’il vaut mieux éviter pour raisons médicales et ceux qui sont d’une totale innocuité.

Le milieu n’a pas de limite, mais je commence à pressentir les miennes. Voici le god moulé sur l’organe d’un porc (un vrai cochon), celui moulé sur un danois (le chien) et celui à la mesure d’un cheval. Mais l’esprit maison veut qu’on ne juge pas les goûts et les couleurs. Ça aussi d’ailleurs c’est tendance. Ne pas juger. Après tout, l’une des meilleures ventes est bien ce god en forme de point, taille réelle.


Je me rassure en me disant que les gens se mettent bien ce qu’ils veulent dans le derrière
. Le site est en ligne, les ventes sont là, les gods animaliers sont au top des ventes. Il va falloir que je m’intéresse à la VOD. Comprenez “video on demand”, video à la demande. Des films de cul qu’on achète en ligne. Ces films de cul qu’on voit sur Canal ou autres chaînes satellites. Des femmes épanouies par une sexualité libérée, sans tabou ni limite. Ok. Ce ne sont jamais que des films de cul.

De par ma fonction, j’ai accès à ces films, mais aussi aux photos des tournages, aux making of. Les acteurs, hommes et femmes épanouies, se transforment sur ces images en fantômes, le regard fixe, vide. Des hommes et des femmes aux visages creux, abrutis de fatigue, qui font leur boulot. Des femmes qui pleurent, épuisées, humiliées, blessées dans leur âme et dans leur chair.

Car on a beau dire, même si le cul nous est vendu comme une libération, un épanouissement, une manière d’être détachée de tout jugement social, une révolte, ces êtres que je vois sur mon écran, sont des êtres brisés. Je me dis que le maquillage outrancier des hardeuses, est le masque du désespoir. Mais ne nous arrêtons pas là. Et allons flairer un peu le top des ventes en matière de vidéo.

Les films qui remportent la palme des ventes sont les films zoophiles et scato. On se pisse et on se défèque dessus. On semble y prendre du plaisir. Au hasard d’un rendez-vous je croise celui qu’on nomme Monsieur Caca. Un homme costard cravate, 70 ans, principal acteur de ses films. Il nous offre des crottes en chocolat pour Noël.

Quant à la zoo, c’est dans ces films que j’ai croisé les plus jolies filles. J’imaginais de vieilles actrices en mal de tournages et qui en désespoir de cause se tournent vers les fosses les plus sordides du porno. J’y découvre de très jeunes femmes qui se tapent chiens, chevaux ou porcs. De très jeunes femmes d’Europe de l’est. Elles font leur boulot avec un entrain visiblement simulé. Je me doute sans en avoir la preuve formelle qu’un barbouze est sur le plateau, à les surveiller voire à les “recadrer” si la fille ne fait pas son boulot avec la passion qu’il faut.

Je donne ma dem en fin de semaine. Et pour ne rien vous cacher, je crois que je vais éviter pendant un bon bout de temps de regarder des pornos. Car je ne peux plus m’empêcher de distinguer ce qui se passe derrière les lumières et les maquillages.

Photo : ©*.●::♥ Mili Miu ♥::●.*via Flickr

72 Responses to “Mon expérience du porno”

  • J’imagine que ça ferait “triper” un tas de mecs de travailler dans l’industrie du porno . Et ce texte sur l’envers du décor est, je trouve, très émouvant. J’en reste au bord de la nausée donc j’imagine que tu as réussi à faire passer le message que tu souhaitais. Franchement…Bravo !

  • Y’avait eu un article assez édifiant sur les coulisses du porno, qui disaient que la majorité des nanas bossant dedans ont été abusées dans leur jeunesse, etc. Je veux bien moi, c’est même sans doute très probable dans certains milieux (le gonzo notamment). Maintenant, y’a des tonnes d’actrices qui clament aussi faire ce boulot par choix, ne tourner que ce qu’elles veulent tourner, et qui ne sortent pas des tournages harassées et humiliées…
    Comme dans toute industrie, y’a des dérives, mais je commence à trouver pénible qu’on moralise tout le temps le porno en disant que les gens n’y sont que des objets, etc. En usine t’es pas un objet aussi ? Quand t’as fini ton taff le soir, t’as pas le maquillage qui dégouline aussi, mal dans les membres à cause des mouvements répétés ? Vendre son corps pour Bonduelle ça gêne pas, mais si c’est pour montrer ses fesses là forcément ça gêne, et forcément les acteurs sont tous des victimes…
    Bref, je comprends qu’on n’ait plus envie de bosser dans ce milieu, que la course aux extrêmes est gerbante (la zoophilie, tout ça) ; ceci étant dit, ça me saoule qu’on généralise, parce que certains font du porno et en sont pleinement satisfaits, mais y’a toujours quelques bien-pensants (et je ne parle pas de toi Anonyme) pour dire que les acteurs sont malheureux, exploités, etc…

    • Claudette

      Alors tu voit, je vais répondre à ton commentaire. En précisant que je ne suis pas une prêcheuse de morale. D’ailleurs ce genre de comportement je l’exhorte.
      Mais avec le peu de bon jugement qui te reste (ce que j’en ait déduis de ton message), regarde donc un film porno et dit moi si tu ne voit pas la souffrance silencieuse de ces filles. Une fille qui se tape 2 ou 5 mecs à la fois, elle les suce se faisant frapper au visage, on joue avec sa bouche lui faisant répéter cet effet de succion extrêmement vite gifles au visage toujours, on l’a met à quatre pattes et c’est tous ses orifice qui sont maintenant sollicités gifles toujours sur le corps et à la fin, ces mêmes homme lui éjaculent au visages et elle fini par avaler tout cet amas de sperme.
      Tu voit, lorsque t’a mère t’a mise au monde (imagine), tu est né libre. Libre de tes choix… pour que environ 20 ans plus tard (et dans beaucoup de cas ces filles sont plus jeunes) tu te met à faire ce genre de choses?
      Par ailleurs, ta petite comparaison foireuse entre une actrice porno et un ouvrier pour Banduelle est totalement déplacée. Tu n’imagine pas les conséquences désastreuse d’une telle manière de voir les choses.
      Ces mêmes femmes (parce qu’elles sont humaine dans leurs chaires, humaines), détruisent leurs corps de par le traitement qu’elles leurs infligent. J’ai vu dernièrement un film qui traite de ce sujet, et plusieurs de ces actrices décrivent les saignements de leurs orifices , causes ou signal d’alertes des années de chocs que leurs corps a subi.
      Prenons maintenant un ouvrier pour Banduelle, celui-ci n’a pas les mêmes traumatismes. Et le jour où une société arrivera à un tel extrême, au point que mêmes ses ouvriers puisses avoir des effets de traitement abusifs et répétés sur leurs corps idem que ce que les corps de ces actrices expriment, alors ce sera la fin de cette même société.
      On ne peut pas arriver à un tel extrême. Et la société capitaliste dans laquelle on est, semble arriver à un tel extrême. Ton propos me bluffe, honnêtement. Dire que le corps d’une actrice porno et celui d’un ouvrier c’est la même chose… lorsque tu bosse comme salarié devant ton ordinateur, c’est pareil alors? Ah… la solution pour tous ces individus, c’est l’argent.
      Trés bien alors: si une femme ou un homme veut se faire de l’argent, il aura alors le choix de soit être ouvrier pour Bondelle ou alors acteurs porno! Tous les moyens sont bon pour se faire de l’argent . C’est vrai que pour un salarié Bondelle on abuse aussi de son corps, donc c’est pareil! *ironie* Non vraiment ton avis est bluffant. Putain, j’ai même lu dans un article qu’un gars souvent après avoir éjaculé devant son film porno, une fois le désire comblé se rend compte de l’horreur de cette chose. *ironie* bref, je vais m’arrêter là. Que cette société se complait dans la merde qu’elle a elle même crée et qu’elle s’étouffe avec. C’est juste extrêmement bizarre de voir ce que l’homme est capable de faire subir à l’homme.
      Et pour ton propos “dérives des film porno”, les filles que l’on voit dans des “porno” zoophiles sont sous drogues (plusieurs témoignages existent) lors de ces actes barbares, les animaux d’ailleurs. Et victimes de réseaux mafieux et pédocriminels. Mais bon vu que l’argent appel l’argent toutes les dérives sont acceptables. j’en reviens ici, à ta comparaison. Après tout l’industrie de porno est comparable à Bonduelle. Certains patrons abusent aussi de leurs salariés et parfois il y a des burn-out… *IRONIE* ce qui est tout aussi choquant c’est la bêtise qui augmente dans cette société devenu sénile. Des individu/citoyens incapable de différencier des faits et qui par leurs connerie ou flemme tend à tout mettre dans un même panier…
      Et pour ce qui est des actes scatophiles, mettons le aussi dans le même panier, ça ira plus vite.
      J’ai juste hâte d’observer dans les catégories de sites porno actuels, “zoophile” ou “scatophile” à ce moment là j’écrirai sur mon testament le souhait à mes enfants de ne pas en faire d’autre afin que mes petits-enfants ne vivent pas dans un monde devenu aussi grossier et honteux pour l’espèce humaine. *Last ironie*

  • tu as tout mon respect d’avoir supporté tout ça tout mon respect aussi de démissionner, tout mon respect de parler enfin de la souffrance des acteurs et des actrices.
    Tristana, je ne peux pas et ne veux pas être d’accord avec toi sur la question. C’est peut-être idiot mais même si tu me considères comme une bien pensante et une puritaine, je ne pense pas que les acteurs et actrices soient heureux dans le porno.

  • J’avais été dégoutée de tout ça rien qu’en bossant dans un sexshop alors j’imagine ce que ça doit être en bossant carrément dans le porno! Bravo pour cet article, c’est vrai que ça donne la nausée!

  • Avatar de bap
    bap

    Bon allez, je me vais faire taper (bah oui il est tellement plus simple de dire “je compatis, bravo, je suis bien d’accord avec toi”) mais je vais dire que je ne suis pas trop fan de cet article hautement enfonceur de portes ouvertes.

    Non, je ne vais pas vous dire que l’industrie du porno c’est Disneyland ou que j’aime la souffrance des pauvres ères qui tombent dans le porno comme d’autres dans la drogue MAIS…

    je connais des réalisateurs, des acteurs, des actrices, qui baisent, se filment, et “jouent” avec plaisir, avec ludisme et surtout avec un respect de leur corps et de leur âme.

    Je renvois vers le(s) blog(s) de John B-Root pour en avoir un aperçu.

    L’univers du porno est surement glauque dans sa triste banalité quotidienne. Il convient tout de même d’éviter la caricature.

  • John b root, c’est pas vraiment le mec le plus saint d’esprit de la terre…

  • Il y a un très bon roman à ce sujet…Rencontre sous X
    de Didier Van Cauwelaert

    La rencontre d’un joueur de foot prometteur et d’une star du X…et ça ramene bien à l’ambiance que tu decris.

    Etrangement, plus il y a de liberation avec les sex toys, plus il y a de misere sexuelle….

  • c’est bien ce que je pense. la libération sexuelle et compagnie c’est l’arbre qui cache la forêt. On se la joue super libérés alors qu’en fait, on a envie du missionaire, du lit conjugal et surtout d’un seul partenaire qui vous aide et vous soutienne.

  • Avatar de bap
    bap

    Serena, j’ai pas dit que B Root c’était le Dalaï Lama ^^ mais rien à voir avec “ces êtres que je vois sur mon écran, sont des êtres brisés”…

  • Avatar de bap
    bap

    Heuuuu, Serena (décidemment), “on a envie du missionaire, du lit conjugal et surtout d’un seul partenaire qui vous aide et vous soutienne”, j’ai le droit de dire que tu peux remplacer le ON par le J’AI ? :) Merci.

  • j’ai tout ça….

    • Xelore

      Serena, si tu penses ce que tu dis, que fais tu ici ? Personne n’est obligé à rien, les mal-pensants il faut qu’ils aillent voir ailleurs.
      Certaines ici nous parlent de “leur expérience” du monde du porno au travers la vision de films X, mais qui les y ont obligé ??
      Je n’aime pas la scato et la seule idée de voir la merde me suffit, je n’ai pas besoin d’en savoir plus, j’ai torché le cul de mon gosse !!

      Maintenant en ce qui concerne la Zoophilie, n’oubliez pas qu’il existe dans nos villes et campagnes des femmes qui s’adonnent à la zoophilie. Sont elles anormales, non pour en avoir rencontrées.
      Alors qu’en une femme vous dit que ses voisins se tapent dessus, que l’autre frappe sa femme tous les jours et fait venir des noirs pour ” la prendre ” , elle dit alors qu’elle préfère se faire “saillir” par son chien, que d’avoir à faire à des hommes comme ça…et puis elle dit aussi ne pas risquer d’attraper une MST !!!
      Non dans la zoo il n’y pas de malade à priori, enfin mes clientes ne le sont pas !!

      Pour le reste ont peu disserter longtemps, sans tomber d’accord.
      Et encore…,que font des gamines dont on ne sait rien qui sont derrière leur CAMs sur le net, à s’enfiler tout et n’importe quoi, se fistant en solo, se faisant des gorges profondes au point de se blesser la gorge…quand les parents sont avertis vous pensez qu’ils cautionnent cela ? NON bien sûr, mais il est plus facile de gagner du fric comme cela que de faire des études.

      Oui mais….non il n’y a pas de mais…!
      Les sites, n’importe où regorge de filles qui font des CAMs avec ou sans dial d’ailleurs. Oui mais …encore…, comment font elles ?? Je ne vais m’exprimer de cela ici, inutile de donner des idées…ça existe …point.
      Même des mères de famille rencontrées dans mes enquêtes m’ont avouées le faire pour de l’argent et puis comme cela elle ne risquent rien …!! J’aurais tout entendu !!

      Donc celles qui parlent ici ne sont pas honnêtes, car même si vous n’avez pas de travail, vous n’êtes pas obligées de vous prostituer …parce que vous savez écrire !!! Il faut le lire pour le croire !!

  • Il ne s’agit pas de moraliser. La morale c’est toujours celle des autres.
    Cet article est un simple constat, du “gonzo” professionnel.
    La pensée commune veut qu’on ne porte plus de jugement personnel au prétexte de la liberté de tous et de chacun.
    Sauf que cette logique a sa limite. Celle du non engagement.
    Bien sûr on pourra toujours trouver l’exemple DU réalisateur respectueux ou de L’actrice qui fait ça par choix, parce qu’elle aime le cul et qu’elle préfère le porno à travailler en usine.
    Sauf qu’il ne faut pas inverser arbre et forêts.
    Bien entendu il est confortable de croire qu’une grande majorité de femmes font ça par choix.
    La réalité n’est pas là.
    Pourquoi autant de films sont aujourd’hui tourné en europe de l’est?
    Parce que les femmes de là-bas sont plus libérées que vous autres françaises, allemandes etc?
    J’ai un doute.
    C’est parce que leur “coût” est moindre.
    Pourquoi?
    Parce qu’elles ont faim.
    Et si un maquereau ne se cache pas derrière elles, c’est bien parce qu’elle trouve là un moyen présenté comme facile de se faire du fric pour bouffer.
    Elles font un choix c’est sur, mais basé sur le critère de la misère humaine.
    Non, je ne suis pas contre le porno.
    Oui, je suis révolté et le resterai -par choix- contre toute forme d’exploitation.

  • J’ai toujours été passionnée par les sexshops parfois glauque et parfois très classe (si je vous promet que ça existe des sexshop façon boudoir avec de la lingerie très chic). Quant au porno, je ne suis pas d’accord avec l’article certes certaines actrices et même certains acteurs sont humiliés et n’ont pas vraiment choisis, une façon comme une autre de se prostituer parce qu’il faut bien gagner sa vie. Mais il ne faut pas généraliser des actrices et des acteurs font réellement celà par choix et le revendiquent, je pense qu’il faut respecter et si celà te dégoute alors tu as raison change de métier.

  • lulu, tu inverse la proposition encore une fois.
    Il ne faut par généraliser : certaines et certains font ça par choix.
    Et non pas le contraire. La majorité n’est pas représentée par les acteur de hot magazine.
    Je ne parle pas non plus du porno doft de chez Dorcel & co.
    Je te parle ce ce qui fait une très grand part du chiffre de cette industrie : le trash.
    Encore une fois je n’ai pas de jugement souverain sur cet univers.
    Mais pour y avoir bossé, je donne mon opinion.
    J’ai tout à fait conscience que c’est la mienne et qu’elle n’appartient qu’à moi.

  • Est-ce qu’on aura la chance d’en parler avec toi en live ce soir sur Come in my world?

  • mmm je crains que non… mais c’eût été avec plaisir. Je suis inscrit et suis allé sur my world (qui a l’air très sympa) mais y’avaaaait persoooonne….

  • Très très bel article, qui montre bien que dès qu’il passe à l’industrialisation, le porno redevient un produit, qui se vend bien en plus… donc susceptible de générer de l’exploitation.

    Sans aller trop loin dans une approche politique, il me semble quand même que ce que tu décris n’est qu’une des faces du porno, la moins reluisante d’ailleurs : celle liée au fric.
    Il reste des gens qui font ce genre de choses chez eux, et là, jugement moral mis à part, c’est largement moins glauque !

    Mais comme toi, ces images de jeunes et jolies filles de l’est me font peur…

  • Je suis bien d’accord, il y a une exploitation des femmes et des hommes dans le porno. Mais l’ennui c’est la généralisation, et quand tu parles du gonzo ou de ce que tu nommes trash, déjà tu restreins pas mal le champ d’action. Car la majorité du porno, c’est le soft, du moins pour les gens dont c’est le métier quotidien, qui ne vont pas faire tourner des mineures en Ukraine, etc. Parce que ceux-là, qui font de la zoophilie, qui exploitent des nanas dans la misère, encore heureux que ça n’est pas la majorité du monde du porno ! Il y a un porno soft, voire trash (des partouzes, sodomies etc) qui pour autant respecte ses acteurs (tu me diras que certains le font par obligation, je suis d’accord, mais c’est comme tout travail au fond).
    Ce qui m’embête c’est ta généralisation, comme si ceux qui choisissaient le métier étaient des exceptions… j’ai un ami très proche qui bosse dans le milieu aussi, et qui me tient un tout autre son de cloche.
    Tu parles de liberté à outrance, qui fait qu’on se retient de juger, etc etc. C’est faux, car quand j’avais lu l’article dont je parle plus haut, qui fait état de femmes maltraitées, d’acteurs exploités, j’avais été sérieusement choquée et remontée contre l’industrie du porno. Et puis l’ami en question m’a dit que ce n’était pas la réalité, et j’ai pu moi-même le constater en l’accompagnant sur des tournages, des interviews, …
    Il faut de toute manière lutter contre le porno underground qui devient de plus en plus trash, montre de la violence pour faire bander les blasés. Mais tout mettre dans le même sac, non.

  • tout à fait juste Gael. Je ne prétends pas porter un jugement ni :
    - sur le comportement et les goûts des gens
    - sur le porno en général
    Je ne fais que relater mon expérience et mon point de vue sur celle-ci.
    Mais tu vois j’ai quand même du mal à croire qu’une jeune femme de 20 ans choisisse de se faire attraper par un doberman simplement par goût et pour le plaisir.
    Dans la boite dans laquelle je bosse (une grosse), la zoo représente une part énorme du CA de la vidéo.

  • Mouais, désolée mais j’ai plus tendance à croire quelqu’un qui y bosse que quelqu’un qui a vu ça de loin…en plus les tournages et les interwiews, on ne montre que ce qu’on veut voir.

  • Bien sur tristana, que le porno consenti existe et qu’il ne fait pas généraliser. Le porno soft celui que l’on voit à la tv, qui est tourné en France (heureusement) est “intègre”.
    Encore une fois, je parle de mon expérience. Et seulement de celle-ci. De la manière dont j’ai perçu les choses.
    Celle d’une boite majeure de cette industrie qui fait l’essentiel de son chiffre sur le trash.
    Car ne nous leurrons pas, une grande partie du cash de l’industrie porno vient du trash.
    Et en plus cash et trash ça rime!

  • et pour poursuivre, que font les nanas en fin de carrière (2/3 ans) ?
    Toutes n’ont pas ni le talent ni la chance de se reconvertir comme certaines actrices l’ont fait à la radio.
    enfin c’était une pure digression ça…

  • Serena, se fonder sur un article publié sur un site Internet du genre de Ladiesroom, par quelqu’un d’anonyme en plus, c’est tout aussi bancal que de se faire un avis d’après une personne qui dit avoir un ami qui dit que son amie dans les commentaires…

  • vous avez peut-être raison mais tout ça me rappelle furieusement les femmes type marcella iacub qui disent que les prostituées font ça volontairement…
    je ne me fonde sur rien, simplement, je ne vois pas quel plaisir on peut tirer à faire du porno…ça sous entend quand même d’être excitée sexuellement à une heure donnée par un type pas forcément à notre goût ni très bien lavé….je veux bien qu’il y ait des gens excités en permanence mais ça doit pas être la majorité quand même ! mais c’est vrai que si ça continue, vaudra mieux faire partie d’une minorité, on nous écoutera plus.

  • Une petite info que je fais passer entre parenthèses :

    Nous avons des casques dispo’ qu’on peut faire livrer par coursier pour les participants à Come in my world ce soir.

    Il faut nous envoyer un mail sur redaction@ladiesroom.fr, nous communiquer l’adresse de livraison et hop là un casque tout neuf.

    Merci!

  • Mais Serena, il y a des hommes et des femmes qui aiment ça ! Tout comme je n’ai jamais compris comment on pouvait aimer manger du foie de veau, je suis persuadée que certains aiment ça quand même.

  • bon sur le plaisir qu’on en retire, je ne me prononcerai pas, chacun son truc. Mais force est de constater que très peu d’actrice ne font pas ça pour le plaisir. Ce qui ne veut pas dire que certaine n’y prennent pas de plaisir occasionnellement.
    bon je sais que mes propos ne sont pas très tendance, mais bon…
    et pour ce qui est de mon anonymat, il sera bientôt levé si je ne m’abuse non? enfin si vous ne m’avez pas déjà percé à jour…

  • un indice : j’aime bien le foie de veau surtout à la vénitienne…

  • Serana ; donc déjà Iacub n’a pas dit ca enfin pas comme ca.

    tristana ; 80% du porno est du gonzo. On ne parle même pas de mineures, de scato ou de zoo. Juste de gonzo.
    Et la majorité du porno est crade. Crade parce que sexiste déjà.
    Crade parce qu’une majorité des films sont tournés sans capote.
    Qu’une même scène est revendue pour plusieurs films sans que lactrice ou l’acteur touche des droits pour chaque film.
    La réalité d’un acteur et dune actrice n’est pas la même (quoiqu’on pourrait abondamment parler des acteurs qui ont eu des pb de santé importants dus à l’abus de viagra – bah oui quelle autre solution pour bander longtemps ?).

    Une actrice X à l’heure actuelle n’a pas le choix. Si elle veut gagner sa vie, elle doit accepter toutes les pratiques qu’elle les aime ou non parce que des filles les accepteront elles et que la demande du consommateur est sans cesse croissante.

    Après il y a évidemment une production respectueuse, non sexiste. et qui non n’est certainement pas chez Dorcel.
    Il suffit d’aller voir ses productions pour se faire une idée du truc.

  • on est bien d’accord Valérie.
    Je rebondis sur ce que tu dis : une actrice qui en effet n’accepta pas toutes les pratiques ne sera pas castée. Donc pas de film pour elle.
    N’oublions pas qu’une des lois du porno est le toujours plus.
    Mon expérience est très limitée, et bien confortable derrière mon pc.
    Je ne vois qu’une toute partie des choses.
    Mais pour ma part j’en ai suffisamment vu.

  • ah et puis je ne vous parle pas du vocabulaire employé dans la boite pour désigner ces femmes…

  • Juste pour répondre à Séréna : c’est pas une question d’être excité en permanence. Quand je vais bosser, j’en ai pas forcément envie non plus. Mais je me force, et je fais avec – les acteurs porno idem. C’était Ovidie d’ailleurs qui disait qu’il fallait être très bon acteur pour simuler le plaisir lorsqu’on crève de froid et qu’on a 20 cm dans le bas-ventre…
    Quant aux putes qui l’ont choisi, ben tu m’excuseras mais y’a pas mal d’assos de putes qui revendiquent leur statut et en ont marre d’être victimisées. Mais c’est un autre débat.

  • Euh, que signifie Gonzo?

  • c’est du porno ou ils ne font meme pas semblant de vouloir faire une histoire.

    Gonzo :
    La pornographie gonzo est un genre en plein développement. Il se caractérise principalement par son absence de tout scénario et de toute intention narrative. Il met généralement en scène une femme avec un ou plusieurs hommes. Ces films se caractérisent par leur brutalité et leur absence quasi-totale de recherche esthétique. Ils visent essentiellement à susciter chez le spectateur, généralement masculin, une excitation voyeuriste teintée de domination.

    Plus d’infos
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pornographie_gonzo

  • “Quand je vais bosser, j’en ai pas forcément envie non plus. Mais je me force, et je fais avec – les acteurs porno idem.”
    ouais mais t’as pas les mêmes conséquences c’est le problème.
    Risquer de choper une MST toutes les 2 minutes ne concerne que peu de travail.
    10 sodomies dans la journée, que tu soies entrainée – mon dieu kes je dis – ou pas, ben tu le sens passer – kes je dis bis.
    Alors oui certaines professions sont très dures (chantiers etc) mais les risques ne sont pas les mêmes.

    Et pense que Ovidie a monté sa boite de prod. C’est pas un hasard.

    (entendons nous bien, je partage sans doute ton avis et sur les prostituées et sur le X ; mais oui 80% de la prod est de la merde. Le porno en lui même non).

  • Gonzo précision :
    Le gonzo est à l’origine une forme de journalisme d’investigation. C’est du journalisme subjectif par immersion popularisé par un dénommé Hunter S.Thompson (en autre auteur du livre Las Vegas Parano).
    Le porno, aussi créatif qu’à son accoutumé a détourné ce terme pour en faire le style décrit plus haut par electron.
    Rendons à César ce qui est à César….

  • Bon, si j’ai bien compris, dans les années 70 les scénarios des pornos éaient déjà assez plats mais les scénarios des pornos des années 2000 il n’y a plus rien du tout: que des bites/couilles/nichons/foufounes/cul…. la grande classe quoi!

  • ben sur certaines productions il y a quelques scenarii, enfin, presque.
    mais pour la plupart et pour bien des films vendus ce sont des plans qui s’enchainent. Et je ne parle même pas des compils!!!

  • cela dit, les scenars ne sont souvent que des alibis

  • @balek, bien sûr que les scenarios ne sont que des alibis mais ça fait l’emballage… c’est un peu comme si à Noël tu laissais les cadeaux sans papier et que tu y laissais l’étiquette du prix! C’est triste!

  • tres juste myamya

  • N’avez vous jamais penser qu’une fille de 20ans puisse être réellement excitée par la zoophilie?
    Non ne vous y méprenez pas ce n’est pas ce que je pense pour la majorité mais je pense que parmi les raisons qui les poussent à faire celà, le fait que ce soit quelque chose de peu courant et, pourquoi pas, un fantasme secret, peut être mis en avant. Daccord pour une très très faible minorité. Mais pourquoi pas? Après tout, si il y a des gens pour regarder c’est que au fond il y a des gens qui aiment ça, non?

  • heu…non. je ne pense pas.

  • iacub a dit quoi alors exactement ?
    je suis contre la victimisation de la femme, mais la prostitution c’est autre chose. Là encore ce sont des filles de l’est à peine mineures qui arrivent et qu’on jette sur le trottoir..alors, j’ai des doutes sur le volontarisme.

  • Avatar de
    La Chieuse

    ” N’avez vous jamais penser qu’une fille de 20ans puisse être réellement excitée par la zoophilie”

    heu moi perso j’ai 20 ans j’ai eu pleins d’animaux et j’ai jamais eu envie de leurs faires des gateries mais y’a eu un film justement
    je crois que le titre c’est un secret ou un truc dans le genre

    la fille elle fait une gaterie à son chien mais c’est enorme

    a voir absolument quand votre mec vous soule pour que vous le fassiez une je vous jure qu’il vous en demandera pas une de sitôt

    hi hi hi moi je le regarde tout les soir…quand il me soule

    arf vous lui dites pas çà reste entre nous…please

  • “N’avez vous jamais penser qu’une fille de 20ans puisse être réellement excitée par la zoophilie?”
    ca n’est pas le pb. Le pb est que si tu n’es pas attiré par, et que tu dois le faire, ca se passe de commentaires.

    serena ; Iacub dit que certaines prostituées sont volontaires. Elle différencie esclavagisme sexuel et prostitution.
    sur les filles de l’est. Là encore on ne peut généraliser.
    - certaines le sont de force
    - certaines le font pour gagner l’ouest et faire du fric rapidement.
    IL n’y a pas un profil type.

  • Le gros problème c’est la généralistation.
    Ce n’est pas parce que UNE femme peut-être attirée par la zoo, qu’elles le sont toutes.
    Ce n’est pas parce que UNE femme se prostitue volontairement et par choix qu’elles le font toutes.
    Et réciproquement.

  • Bonjour Balek,

    Pour les actrices ayant fait le choix, majeure et vaccinées, c’est sur que je me demande comment elles font pour ne pas avoir de limites. La première limite franchie étant de faire çà pour de l’argent. Après, on traverse les autres choses insoutenables comme le sado masochiste, la sodo avec des objets difformes, puis on tombe dans la déviance (chevaux, cochons, vaches et bouses).

    Ces femmes ont donc préférées gagner en quelques heures, l’argent qu’une smicardes ferait en 35 heures?
    Si telle est leur motivation, n’ont t’elles pas songé au long terme: les heures de thérapies pas remboursées par la sécu ou de souffrance suites aux plaies morales ? Certes, certaines feraient cela pour le plaisir. Mais je doute que l’on puisse avoir du plaisir à être filmée souillées de n’importe quelle(s) matière(s).

    Ni pour ni contre, je me dis simplement qu’il faut avoir de sacrées fêlures pour franchir cette limite et tout simplement devenir “achetable”.

  • je suis d’accord avec alba, c’est un admirable raisonnement.
    je signale tout de même que près de chez moi, une jeune fille a été retrouvée brulée et qu’on soupçonne les milieux de la prostitution…mais depuis le jour où sur un forum je me suis fait insulter pour avoir dit à une étudiante qui se prostituait que sa vie était “glauque” (j’allais pas lui dire que sa vie était saine…) j’y vais sur la pointe des pieds, par rapport à ce sujet;
    enfin, bon les prostituées volontaires, j’y crois pas. c’est une sur 1000 et encore…

  • Libération sexuelle oui…. mais à l’inverse, on a aussi un phénomène inverse qui est la dépendance sexuelle ou l’on devient esclave de ses émotions.

  • sensations serait plus juste qu’émotions je crois…
    mais tu as raison : action => réaction

  • misère du désir disait quelqu’un ….

  • la chair est triste hélas…
    disait quelqu’un d’autre.

    lol

  • et j’ai lu tous les livres!

  • Fuir! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres
    D’être parmi l’écume inconnue et les cieux!

  • comme quoi même avec du porno, on peut en arriver à Malarmé… lol

  • vi, et en bonne nounouille romantique que je suis, je préfère nettement la poésie à l’univers du X, lol!!!
    (merci de la précision, je ne me souvenais plus de l’auteur!)

  • ben on est deux nouilles

  • euh moi je préfère l’univers du X (question de goût) …

  • bon après j’ai jamais baigné dedans …. mais je préfère regarder un bon porno que lire de la poésie pseudo-romantique

  • mmm…
    l’un n’empêche pas l’autre.
    et en ce qui concerne la poésie, il n’y a pas que le romantisme (fort heureusement) et la poésie n’est pas nécessairement pseudo quelque chose.

  • je dit ça car justement les poètes sont souvent les plus grands chaud-lapins. En ce qui concerne les filles qui font du porno, je pense très franchement qu’il ya des femmes qui aiment leur boulot et qui sont épanoui dedans après tout dépend la production dans laquelle tu tourne, je ne pense pas que les “dorcel girls” soient malheureuses. Moi, je pense que le porno peut être un choix déterminé et pas seulement par le fric qui en découle. En ce qui me concerne, c’est un milieu qui m’a toujours attiré et fait fantasmé, à 15 ans je rêvais être hardeuse et puis après je me suis rendue compte que si je faisais ça il ya pas de reconversion pôssible , t’es “fichée” (si t’es un minimum connue) et franchement je trouve ça dommage . C’est virginie despentes qui disait que les filles qui faisaient du X , étaient regardées comme des mecs qui sortent de prison. Et moi je trouve ça très con, on peut être épanouie en faisant du X pendant un période de sa vie à condition que ce soit un choix déterminé., c’est pas forcément des nymphos, des nanas paumées dans leur vie qui ont envie de tenter l’expérience

  • tu as parfaitement raison Xena.
    Il n’est que question que de respect en fait.
    Respect de l’autre et de son choix de vie.
    C’est quand le respect fait défaut que tout déraille que ce soit du côté fichage ou du côté production.

  • Certes. Mais globalement les protocoles d’anesthésie sont tous d’une telle puissance et d’une telle influence globale sur le cerveau que ces traitements me paraissent « négligeables » (dans le sens pas d’influence sur l’AG) sur une courte période périopératoire.

  • It is the best time to make some plans for the future and it is time to be happy. I’ve read this post and if I could I desire to suggest you few interesting things or tips. Maybe you could write next articles referring to this article. I want to read even more things about it!

  • J en redemande !!! de mon cote je vous place dans mes favoris, et vous dit a bientot.

  • Beaucoup trop court, un enorme merci pour le bon moment passe a vous lire.

  • Qu’il est étrange de retrouver Ladies Room et ses textes 7 ans après….

  • Salut Balek.
    Touchée par ton témoignage, je m’intérroge pas mal sur le porno, la consommation de chair humaine. Le point de départ : un homme. quelle surprise…
    Je souhaite partager ça avec toi et les autres femmes. Après une rupture douloureuse, ma premiere grande “histoire d’amour” ou bien “histoire d’illusion, d’image” peut importe, je ne connaissais rien, j’étais naive ouverte, et j’ai fait confiance, j’ai voulu plaire, aussi, surtout. Quelque chose ne tournait pas rond, j’ai dis stop. Dégoutée du sexe, de l’humain j’ai refusé tout échange corporel, pour me protéger. Ma libido n’était pas de cet avis, j’ai commencé a consommer du porno. Que trouves t on en premier quand on cherche a regarder du porno ? la base, la soumise, ce qui se vend. J’ai consommé ça j’ai donc adhéré. Et la. La, tout ce que j’ai vu, en fait je le connaissais, car c’est ce que mon ex me faisait. Ce que je pensais etre notre intimité, etait en fait la reproduction d’images d’une industrie dégueulace. Je me suis alors sentie victime, objet, abusée.
    Je suis aux beaux arts, et c’est de ça que je veux parler. J’aimerai interroger des femmes qui ont vécu ça de l’intérieur. Je veux dénoncer. Sous forme d’enregistrement sonore, pour mettre en avant une voix, une émotion, et non une image. Pour garder un anonymat et une intimité. Qu’en penses tu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>