bouquin

La Muette, de Chahdortt Djavann

Chahdortt Djavann reçoit un jour par la poste un paquet contenant l’original d’un texte en persan. Il s’agit d’une confession écrite en prison par une jeune fille de 15 ans. Dans le paquet se trouve aussi la traduction du texte en français. C’est une journaliste iranienne qui faisait parvenir ces écrits à Chahdortt Djavann dans l’espoir qu’elle accepte de les publier. C’est donc ce récit poignant qui a été publié sous le titre La Muette.

La Muette, de Chahdortt DjavannFatemeh a 15 ans. Elle est iranienne. Dans quelques jours, elle sera pendue. Dans la petite cellule sombre de la prison, la jeune condamnée écrit son histoire et celle de la muette, une tante qui a cessé de parler suite à un drame familial. En une centaine de pages, l’adolescente livre un témoignage bouleversant. Elle raconte sa soif de connaissance et de savoir dans un pays où les femmes n’ont pas le droit à la parole. Elle raconte son dégoût pour sa mère conservatrice. Elle raconte sa complicité avec un père dépassé par les événements. Elle raconte surtout l’adoration qu’elle avait pour sa tante, « la muette ».

Fatemeh raconte la beauté sauvage de la muette et son besoin viscéral de ne rien faire comme les autres, sa différence, son amour interdit et sa fin tragique. Fatemeh raconte enfin comment elle-même sera promise en mariage à un mollah et nous livre en quelques mots la seule issue qu’elle ait trouvée pour échapper à cette union sordide. Fatemeh nous dit enfin ce qu’est l’amour et la liberté au pays des mollahs. Chahdortt Djavann est une anthropologue et romancière iranienne. Elle vit en France depuis une petite vingtaine d’années. L’essentiel de son œuvre est traversée par la question des femmes en Iran et les différences culturelles entre France et Iran.

La muette est le genre de livre qui nous ferait verser toutes les larmes de notre corps. Mais curieusement, il est impossible de pleurer. Il semble que quand l’horreur est à son comble, les larmes sont bien impuissantes à un quelconque soulagement.

La Muette, de Chadortt Djavann, Mars 2008

3 Responses to “La Muette, de Chahdortt Djavann”

  • C’est un très beau livre, à ne pas manquer!!!!!

  • May N. Anna

    Un livre très beau, très dur, qu’on lit avec la jeune fille, au plus près d’elle, sous son voile, derrière les barreaux de sa cellule, depuis ses yeux de carpe muette, que le mutisme choisi face à l’horreur anoblit, car à un certain point, nul mot ne peut consoler les plaies du coeur, encore moins celles de l’esprit qu’on entrave, étouffe, châtie, dénigre, insulte et démolit.
    A lire aussi de Chadortt Djavann, le court essai Bas Les Voiles, pour mieux comprendre le rôle du voile dans les pays de confessions islamiques via un livre court et facile d’accès.
    Je reste toute fois sceptique sur le fait que Chadortt Djavann n’ait pas écrit elle même La Muette, car on retrouve dans les tournures de phrases beaucoup de son style d’écriture.
    En tous les cas un livre à lire un jour où l’on se sent curieux du monde et où l’on a l’estomac bien accroché, car la lecture n’est pas une traversée sans secousses. Mais c’est un passage nécessaire vers cette face du monde qui se nomme Vérité.

  • @ May N. Anna: c’est avec Bas les voiles justement que j’ai connu
    l’auteur. j’ai apprécié d’avoir l’avis d’une femme qui connait bien la question du voile pour l’avoir vécu personnellement et culturellement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>