Humeurs

Les gens du matin

J’aime bien les croiser, les gens du matin. Souvent, ils rient. Ça me rappelle moi et ma bande de copines.

https://www.flickr.com/photos/49978063@N00/5476579629/

On est si souvent rentrées à l’heure où la journée des autres commencent, que ce soit les jours de semaine ou les jours de weekends. On est si souvent rentrées le lendemain matin. Ça ne m’arrive plus si souvent de rentrer après 8h.

Mais souvent je les croise. Celles et ceux qui rentrent. C’est l’heure à laquelle je pars au marché ou au yoga le samedi. Des fois c’est l’heure à laquelle je rentre du running (j’ai tant vieilli changé) ou le dimanche vers 9h30. C’est vraiment très tard pour rentrer d’une soirée.

J’avais l’habitude de répondre à ma mère qui me demandait si j’étais rentrée tard et que j’était rentrée tôt dans le matin. Elle retenait juste rentrée tôt, alors ça allait. Passé 9h, c’est même plus tôt dans le matin. C’est rentrer le lendemain.

Il n’y a jamais de doute. Tu ne peux pas les confondre avec ceux qui commencent leur journée. À cause de leurs rires souvent. À cause de leurs sourires surtout. Ils ou elles sont parfois seul•e•s, parfois en bande. Ce sont les gens du matin.

Les chemises mal boutonnées, les collants filés et les éclats de rire traduisent l’intensité de la soirée. Les visages portent les stigmates de la soirée, les vibrations de la musique, les traces de l’alcool. Ce qui reste de rouge sur les lèvres des filles traduisent les baisers volés ou non, la magie d’un bouche-à-bouche.

Et je les croise au début de ma journée et je les envie de n’être pas encore couchées. Leurs yeux pétillent des rencontres, scintillent de la folie de la nuit qui vient de s’écouler.

Des fois, quand elle sont seules, je me reconnais. Encore maintenant, ça arrive. Elles marchent seules dans la rue. Elles rentrent. Elles sourient. Elles viennent de quitter une chambre, un lit qui n’était pas le leur.

Elles viennent de quitter les bras d’un ou d’une autre. La surprise de l’amant(e) inconnu(e), celui ou celle rencontré•e au cours de la soirée, ou le date Tinder qui a fini en boîte de nuit puis petit-à-petit chez elle ou chez lui.

J’aime l’insouciance des gens du matin, j’aime croiser leur regard qui me raconte la folie de leur nuit. Et surtout, ce que j’aime le plus chez les gens du matin, c’est quand ils rient.

(cc) Ken Hawkins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>