Humeurs

Le best-of de Storia et Mademoiselle Coeur

Alors que le printemps s’écoule doucement, tel le ruisseau de nos années, le best-of du mois de mai prend ses quartiers sur le magazine des filles à la page. On l’a remarqué, vous avez pris l’adage à la lettre et fait ce qu’il vous plaisait ! Ce qui n’est pas plus mal. On a demandé à Storia Giovanna et Mademoiselle Coeur de nous gratifier de leurs choix éclairés en sélectionnant chacune les trois articles qu’elles ont préféré. Entre rencontres, conseils avisés et confidences, ce fut un joli mois de mai.

217224_67d8cae880_z

La sélection de Storia

Dans le vidéoscope #8 : Willow Smith, fille à suivre, par l’Equipe Ladies Room

Will Smith, le mec le plus cool du monde, aurait pu enfanter la gamine la plus insupportable du monde. En effet, le refrain “I whip my hair back and forth” fait partie de mon idée des incantations diaboliques. Au lieu de ça, elle a décidé de se mettre au frais pendant deux-trois ans pour nous sortir des sons très potables. Bravo, Willow !

Que la grève du sexe commence ! par La Chieuse

La Chieuse, ma chérie, pour te connaître depuis un petit moment, tu m’as fait beaucoup rire. D’une part, c’est toujours un plaisir quand tu écris sur LR, reviens quand tu veux. Et d’autre part, si tu veux vraiment te lancer dans ton trip d’abstinence, change de quartier. Oui oui.

Notre amour aura duré quatre ans par Lady Maléfica

Là aussi, je connais ce sentiment. Paris illumine, Paris fait briller les yeux et rend le teint glowy, mais Paris épuise surtout. Pas étonnant que Lady Maléfica fasse part de son désormais désamour de la Ville Lumière.

La sélection de Mademoiselle Coeur

« En mai, fais ce qu’il te plaît ». Entre rêve et réalité, la frontière peu à peu disparaît. Elle laisse place en douceur à un nouveau monde. Celui d’être et non de faire, celui de la réalisation et de la création et non celui de l’obligation et de la frustration. Pas sans peine, hélas, mais après avoir lu tous ces articles cela en vaut la peine, justement.

A travers ces écrits, j’ai senti l’existence, l’essence de l’être, l’envie de s’exprimer et de laisser tomber toutes les barrières qui font de cette fameuse frontière une montagne parfois infranchissable.

Les pieds sur Terre, la tête dans les nuages, la réalité existe et nos rêves la nourrissent. Le temps et l’espace s’installent à merveille sans peur avec le très victorieux « ici et maintenant » mais aussi le petit nouveau qui défend le « ici et ailleurs ». Aujourd’hui, pas d’âges, pas de couleurs, pas de classes sociales, le rien qui forme enfin le tout. Car il y en a pour tous les goûts et c’est ce qui donne cet arôme si unique à nos existences. Alors, je le répète encore une fois : « En mai, fais ce qu’il te plaît », petit clin d’œil instantané après avoir lu onze textes qui comme toujours m’ont permis pour certains de m’identifier et pour d’autres de m’émerveiller.

Burlesque, de la ville à la scène par Cécile Guthleben

Au-delà d’un mouvement artistique et féministe mêlant l’art de l’effeuillage à la lutte contre l’image du corps de la femme soumise aux canons de la minceur et de la chirurgie esthétique, le burlesque a su se démocratiser et il devient facile de participer à un cours ou d’intégrer une troupe à côté de chez soi.

Cette pratique, née du courant érotico-artistique, permet une meilleure prise de conscience de son corps, une approche différente avec soi-même, une certaine confiance en soi se développe et une considération nouvelle s’exprime sans tabou. Cela demande certes une implication personnelle et sérieuse mais le plaisir et le festif ont tout aussi leur place. Une sorte de nouvelle thérapie pour transcender ses peurs et découvrir son corps sous un autre angle.

Typologie des Marches Nuptiales vol. 2 – Partie 2 par Storia Giovanna

Un superbe article qui souligne trop bien que dans ce monde régi par des croyances, des conditionnements, des idéologies, des lois, il n’y a pas toujours de règles. A chacun son mariage, à chacun ses envies, à chacun ses rêves et surtout sa vie. C’est bien là le plus important : réaliser ce que nous souhaitons, ce que nous sommes au plus profond de nous.

Et puis j’ai redécouvert certains titres cultes qui m’ont permis de revivre certains moments de ma vie passée. En lisant cet article j’ai ressenti un appel à la liberté d’être et je me suis sentie bien avec cette phrase tournant en boucle dans ma tête : « Tout est possible, alors pourquoi pas ! »

8 moteurs pour partir voyager sur un vélo par Mathilde

Alors oui, c’est une leçon de vie mais c’est aussi et avant tout une philosophie de vie. Un nouveau regard suspendu sur le monde qui nous entoure, une découverte enivrante de l’aventure humaine. « Il en faut peuuuu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire… »

Voilà : un vélo, une envie, un être entier et un cœur qui bat la vie. En lisant cet article, j’ai eu terriblement envie de voyager mais aussi et surtout terriblement besoin de me sentir libre. Cette liberté s’exprime à l’intérieur de chacun de nous quand nous sommes authentiques, fidèles et animés par nos valeurs les plus profondes. Magnifique article qui donne des ailes.

Bien sûr, j’ai adoré les neuf autres articles, ils m’ont justement inspiré ma petite introduction et mon choix. Ces trois articles choisis sont les petites notes épicées qui lient la totalité des écrits présentés pour ce mois de mai.

(cc) Special

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>