Humeurs

L’infidélité, ce mensonge.

L’infidélité, l’apanage des lâches, des menteurs, des comédiens, de ceux qui se mentent et mentent aux autres, de ceux qui s’ennuient et qui pensent que c’est la faute de leur moitié.

3355255296_2b04faa865_z

L’infidélité, l’apanage des incomplets, des vides, des creux, des malheureux en amour.

Vous l’aurez compris l’infidélité, ce n’est pas pour moi. Pas assez franc, direct, brutal. Mais plutôt lâche, petit, mesquin.

Ce billet est donc assez moralisateur, surtout que l’infidélité est devenue aujourd’hui un marché. Qui n’a pas remarqué les belles affichettes d’une femme posant avec une pomme et prônant l’infidélité dans le métro ? Un site soi-disant pensé par les femmes pour les femmes et qui, l’air de rien, sous-entend : mais nous aussi les femmes pouvons être de belles connasses, comme les hommes, et faire souffrir tout autant.

Que ce soit clair : je moralise car je n’ai jamais sauté le pas et que je suis vierge de toute infidélité ou alors peut-être à l’époque du « Fabien » après que je n’eus pas de nouvelles de lui pendant 3 mois. Il a été prévenu par SMS. La classe.

L’infidélité me choque dans le sens où si l’on en vient à tromper sa moitié, c’est que le couple se porte mal, il y a quelque chose à changer dans sa relation à l’autre. Je pense que dans TOUS les couples ça doit arriver, notamment à la naissance d’un enfant ou après quelques années à vivre ensemble où on ne partage plus uniquement les bons moments du début mais tous les moments de la vie, les bons comme les mauvais. L’être aimé devient un peu plus que notre amant et devient même un membre de notre famille à part entière. Et pour certains, on ne couche pas avec un membre de sa famille.

Et bien si, mon mari est mon amant, mon père, mon frère, mon pote, on rit, on baise. Parfois je suis folle de lui, parfois je ne pense qu’au boulot, parfois je suis trop crevée pour penser quoi que ce soit, parfois je vais mal, parfois on cohabite presque, puis on baise comme des fous. La vie d’un couple avec des hauts, des bas, des envies de rien, des boulots, un enfant. L’autre, parfois, avec tous les problèmes du quotidien, fait partie des meubles, on ne le voit plus.

Certaines personnes n’acceptent pas que la relation évolue et que la passion laisse un peu plus place à l’amitié, même si le sexe est toujours présent et surtout meilleur et plus complice. Ok, on n’est plus dans la découverte et l’inconnu, mais il y a toujours à redécouvrir et lorsqu’on est amoureux on ne s’en lasse pas. Il faut accepter que parfois, si on n’a pas envie de l’autre, c’est qu’on ne va pas forcément bien soi-même.

Ce qui m’embête c’est ce côté consumériste et facile de l’infidélité, de lâcher quelqu’un parce qu’on est tombé dans la routine, routine tellement indispensable quand on a des enfants et qu’on vit en famille. Ce côté “je ne fais pas d’effort pour sauver mon couple, je trompe, au mieux j’envoie un message subliminal, au pire je perds tout mais je m’éclate”. Mais la routine reviendra toujours. Elle rattrapera tout le monde. Même les libertaires, et je sais de quoi je parle, la routine de ces mecs qu’on rencontre en soirée, qui nous mettent la main au panier après deux bisous, qui ont tous le même mode opératoire, la routine de la solitude ensuite.

Le pire dans l’infidélité c’est vraiment la construction d’un mensonge : certaines personnes se plaignent d’avoir tout perdu après avoir trompé. Quoi de plus normal ? En plus de ne pas avoir été honnête, on a trahi, menti, réduit l’autre à un cocu imbaisable.

Enfin, je terminerais avec cette citation, de source anonyme, qui résume tellement bien ma pensée : « Les vrais hommes restent fidèles, ils n’ont pas le temps de chercher d’autres femmes parce qu’ils sont trop occupés à chercher de nouvelles façons d’aimer la leur. »

(Et réciproquement avec les femmes).

(cc) Rachel

3 Responses to “L’infidélité, ce mensonge.”

  • @ xena: Parce que la citation est sublime, je saute le pas et me permets de commenter ton billet.

    Presque pour ne rien dire, en fait, car je suis pleinement d’accord avec toi. Le quotidien rattrape même les infidèles qui s’assument…

  • Oh Xena ma guerrière ! quelle verve ! et je suis d’accorda vec LuvAddict, sublime citation…

  • Leonore

    Xena, tes mots sont beaux et tes mots griffent.
    Pincement au cœur, shot de culpabilité de n’avoir su “sauver
    son couple” ( en même temps… faut être 2 pour ça)…
    Et sourire d’avoir pensé strictement la même chose des infidèles pendant 15 ans.
    Il y a la raison.
    Il y a la passion.
    Il y a la désillusion.
    Tiercé dans l’ordre, ou dans le désordre.
    Il n’y a pas de certitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>