Histoires

La mode du python

Je suis phobique. Réellement, profondément. J’ai une peur panique absolue des serpents.

python1

Je ne sais pas d’où cela vient. J’en parlerai un jour à mon psy (pour le moment, nous avons d’autres sujets sur le canapé). Ce qui est certain, c’est que je ne supporte pas la vue d’un de ces reptiles à écailles. Or, et là est tout mon problème, je suis agressée de toutes parts.

En effet, depuis 3 ou 4 ans (plus ?) TOUTE la mode ne jure que par cet animal. Python en chaussures, python en sacs, python en imprimés sur pantalons ou tops, j’en passe… L’an dernier, lors d’un de nos dîners mensuels de copines, l’une d’entre elles avait choisi le resto comme cela se pratique à chaque fois. Lorsque nous sommes arrivées, j’ai cru défaillir en découvrant que la nappe n’était qu’un vaste métrage d’écailles.

J’ai étouffé un cri, détourné les yeux et entamé une lente marche arrière. Il a fallu enlever cette horreur pour que j’accepte de m’attabler. Et encore, avec une grande serviette en guise de set car je ne voulais pas toucher la table qui avait été touchée par la peau de bête… Une de mes amies de retour des toilettes m’a conseillée de ne pas trop boire, car les lieux d’aisance étaient décorés de bas en haut avec le même imprimé. Même à elle cela faisait bizarre…. Ma vessie n’a donc manifesté aucun signe de la soirée, sachant que je ne l’autoriserais en aucun cas à se soulager dans ces conditions.

Je ne vous parle pas des bons que j’ai pu faire dans les transports en commun, lorsque bien installée, je découvrais un sac qui me frôlait ou une pointe d’escarpin qui se positionnait trop près de mon pied. Et ceci que la matière soit de qualité ou en vulgaire plastique coloré d’imitation.

J’ai jeté à terre, dans un geste large de dégoût, journaux ou magazines qui avaient eu la “bonne” idée d’exposer des photos de ces animaux répugnants, pour illustrer cette mode qui n’en finit pas de nous envahir. Pensez donc à ma répulsion en feuilletant les pages mode quand mes doigts “touchent” le dernier accessoire in et hors de prix. C’est une véritable douleur pour moi, je vous assure.
Je n’évoque même pas les hurlements lorsque je tombe par inadvertance sur une bête vivante à la télévision. Je suis capable de réveiller un quartier entier, si, si.

Mon dernier numéro en public a eu lieu dans une pharmacie, au comptoir de laquelle une affichette vantait les mérites d’une gamme de produits dont le visuel représente un “charmant” serpent vert du plus bel effet. J’ai quitté les lieux, incapable de me faire servir à moins de 5 m de cette publicité sous le regard étonné et suspicieux du pharmacien.

Je n’en peux plus de voir ces écailles à la une, de vivre entre les ondulations de ce monstre répugnant. A quand la fin de cette mode immonde ? En écrivant mon article, je songe déjà à la Lady qui va devoir illustrer mon propos… Je vous supplie les filles, sans blague, pas de serpent.

2 Responses to “La mode du python”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>