Humeurs

L’art de savoir rire de soi.

Je ne sais pas pour vous, mais lorsque j’étais ado, je complexais pour rien, et le regard des autres était mon cauchemar. Je mettais donc des jours et des semaines à me remettre du moment où j’avais répondu complètement à côté de la plaque à une question que le bel Adrien de la 4ème D m’avait posée, de la fois où j’avais dû  faire une démo de cabriole sur barre en gymnastique devant toutes les filles de ma classe et que je m’étais royalement et littéralement vautrée, ou encore de celle où j’avais failli faire tomber le rétroprojecteur en voulant me faufiler entre une table et celui-ci pour aller au tableau, parce que j’avais cru mon postérieur beaucoup plus mince qu’il n’était. Entre nous soit dit, j’suis toujours pas hyper sereine en repensant à tout ça.

autoderision

Heureusement pour ma santé mentale, j’ai appris en grandissant -et aussi en rencontrant ma meilleure amie, qui elle, l’avait compris bien avant moi- que toutes ces situations où l’on se sent bien ridicule, pouvaient par la suite avoir une seconde vie bien plus glorieuse, en étant racontées.

Car raconter ses moments embarrassants et péripéties, ça fait rire les gens, ça fait dédramatiser et prendre du recul, et ça peut même faire oublier ce sentiment désagréable qu’on a ressenti sur le moment.

Puis bizarrement, vous augmentez de manière considérable votre côte de popularité. Si bien que lorsque tout va bien, vous vous prenez la déception ultime de vos amis en pleine face, du style : “Quoi ?? Attend, t’as aucun plan loose à raconter là ?? Mais qu’est-ce qu’il se passe Cécile ? “. Bon, heureusement pour vous, vous êtes, comme moi, une fille aux qualités extraordinaires qui font que vos vrais amis vous aiment pour votre vie foireuse, mais pas que.

En parcourant les articles de Ladies Room, je me suis rendue compte que raconter ses péripéties pas toujours glorieuses (mais tellement drôles) étaient un thème récurrent et que les ladies titillaient à la perfection l’art de l’autodérision. Il aurait été donc sacrément dommage de passer à côté. Je vous laisse vous délecter de ces récits ponctués de péripéties et anecdotes en tout genre. Et surtout du genre drôlissime.

(cc) Nicoletta Antonini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>