Coeur

Ne prends pas mon numéro, s’il te plaît.

Parce que les rencontres fortuites et réelles, ça existe encore. Parce qu’un sourire inespéré qui arrive, ça surprend, ça fait rougir, ça fait sourire en retour. Parce qu’un mot, une hésitation, un regard, ça vaut tellement plus qu’un message sur ton téléphone. Parce que finalement, c’est ça la vie. C’est à ce moment là que l’on se rend compte de sa valeur, de sa magie. Par ces vraies rencontres, par son suspense, ses contraintes, et ses surprises.

rencontre_hasard

Rencontrer des gens sur Internet, ça peut être génial. Parce qu’après tout, une fois qu’on passe à la réalité, c’est aussi la vraie vie. Flirter par texto, c’est sympa. Parce que finalement après, on passera à l’acte en vrai. Les messages n’auront juste été qu’un avant-goût, qu’une préparation, qu’une autre forme de séduction.

Seulement voilà, lorsque l’on rencontre à nouveau quelqu’un par hasard, qu’il n’y a aucune certitude, aucun moyen de tâter le terrain par des messages subtils, c’est à ce moment là qu’on découvre ou re-découvre cette dimension réelle. Qu’on se remet à se demander “Est-ce que je lui plais ?“ sans avoir les conseils des copines sur la façon de le savoir, par un message détourné. Qu’on redécouvre la magie d’un regard qu’on attendait pas, la séduction maladroite et discrète, sans être dans un contexte déjà orienté “rencard”.

Ne pas savoir si on va le recroiser, si on lui a vraiment plu, ou si c’était juste une impression. Se demander aussi s’il nous plaît vraiment, ou si c’était juste l’effet du dernier verre. Se sentir adolescente, idiote, et n’avoir aucun moyen de le contacter virtuellement. Se demander si on va le revoir, si ça va le surprendre, lui faire plaisir, ou les deux. Ne pouvoir compter que sur le hasard, ou sur sa détermination à le secouer un petit peu et prendre les choses en main.

Se demander si, finalement, ce mec vaut vraiment le coup de le bousculer, le hasard. Le revoir et être séduite à nouveau. Etre déçue, puis re-séduite, puis sans avis, puis spontanée, puis surprise, puis rêveuse idiote. Et que tout ça ne soit relié que par des suites de rencontres. Et qu’il n’y ait aucun contact, aucun texte, aucun message ambigu entre chacune d’entre elles. Que son dernier souvenir soit un “A bientôt j’espère…”, chuchoté dans le creux de l’oreille, pendant lequel on pouvait sentir son parfum.

Voilà pourquoi je ne te donnerai pas mon numéro, ni mon Facebook, ni mon adresse mail. Parce que tout ça est bien plus beau. Et aussi parce que tu ne me l’as pas demandé. Petit con.

(cc) Linh Nguyen

2 Responses to “Ne prends pas mon numéro, s’il te plaît.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>