Coeur

1- J’ai failli te dire « je t’aime »

Article sélectionné par Kwelet lors de sa semaine de Rédaction en Chef !

Ce qu’il peut être difficile de parler sentiment. Il m’a fallu du temps pour admettre que j’étais tombée amoureuse de lui. Lui, il partage ma vie depuis environ 2 mois. Il est drôle, charmeur, rassurant et attentionné.

je_t_aime

En toute logique et chez la majorité des gens, tomber amoureux =  bonheur incommensurable. Oui, mais je ne suis pas quelqu’un de logique, ou du moins pas en amour.

Prendre conscience des sentiments que je pouvais éprouver pour lui c’était prendre conscience que j’étais en danger. Longtemps j’ai fui le bonheur. Je pensais que plus on se laissait être heureux, plus on s’exposait à être malheureux un jour. Tomber amoureux c’était donner à l’autre l’occasion de nous faire du mal.

En ce début parfait de relation, il m’a fallu lutter contre mes vieux démons revenus faire surface d’où je les avais laissés après les déceptions passées. Comme beaucoup, hélas, j’ai connu ces moments heureux où la vie vous offre tout, mais également ceux où elle nous reprend tout.

J’ai fini par prendre conscience que je ne pouvais pas rester dans cet état émotionnel totalement végétatif à cause de mes craintes. J’avais décidé de changer, quoi qu’il m’en coûte.

Je tombais amoureuse et je n’avais jamais eu aussi peur de mes sentiments, mais cela en valait peut-être la peine.

(cc) Chez Pitch

7 Responses to “1- J’ai failli te dire « je t’aime »”

  • Je me reconnais dans ton article dans le sens où pour moi aussi être amoureuse signifie avant tout être vulnérable, et donc source d’angoisses. Mais même si je ne suis pas encore prête à me rapprocher de la gente masculine, j’espère y arriver, car je pense qu’il n’y a rien de pire dans la vie que de se laisser bouffer par ses angoisses. Prendre des risques, se lancer, c’est vivre !

  • Tout à fait d’accord avec toi! En tout cas une chose est sûre, c’est que le fait de prendre conscience de ces craintes c’est faire un pas en avant. Pour ma part, ça n’a pas était facile d’ouvrir les yeux et d’accepter ces peurs car même si elles peuvent être légitimes, elles me paraissaient absurdes jusqu’à ce que je comprenne qu’il me fallait travailler un peu sur moi même pour accepter être heureuse à nouveau. Le temps aide et je suis sûre que toi aussi tu sauras,un jour, être heureuse et amoureuse. Et comme tu le dis, vivre tout simplement!

    • Merci ! En tout cas c’est ma seule pseudo bonne résolution de l’année : laisser moins de place à l’angoisse dans ma vie en générale.

  • Il est vrai que les échecs des précédentes histoires d’amour laissent énormément de séquelles quand il s’agit d’en commencer une nouvelle. J’ai eu deux vraies histoires d’amour avant de rencontrer mon fiancé, et la deuxième m’avait, je croyais, définitivement brouillée avec l’amour tout court. S’est ajouté à cela une histoire passionnelle qui m’a détruite pendant un an et demi. Résultat : j’avais 30 ans et je comptais soit rentrer dans les ordres, soit me constituer un harem.
    Et puis j’ai rencontré mon fiancé. Je suis la première femme qu’il fréquente, et il espère que je sois définitivement la seule. Il m’a dit “je t’aime” au bout de 2 jours et m’a proposé le mariage au bout de 5. J’ai essayé de calmer sa joie, sans résultat. Au final, nous nous fréquentons depuis 5 mois, nous allons nous installer ensemble en 2014 et nous avons déjà d’autres projets pour la suite.
    Ma relation m’angoisse toujours autant, d’autant plus que tout est arrivé très vite. Après avoir vécu ma première histoire il y a 5 ans où, justement, le mec n’était pas si pressé d’avoir des projets d’avenir avec moi, je trouve que tout ce qui m’arrive est prématuré. Donc ça m’angoisse. Mais mon fiancé se met à pied d’oeuvre pour que notre histoire et nos projets se déroulent dans les meilleures conditions possibles. De plus, j’ai décidé de me faire suivre sur le plan psychiatrique pour me permettre d’avancer avec lui dans les meilleures conditions (notamment).
    Au final, mon fiancé m’a appris qu’il ne fallait pas attendre un moment précis pour vivre son histoire. On a envie de dire “je t’aime”, on le dit. On a envie d’acheter un appart, on le fait. Et finalement, même si mon angoisse naturelle me fait négocier toute évolution dans notre histoire, je trouve rafraîchissant le fait de ne jamais attendre pour faire évoluer son histoire.

  • Je te souhaite, Storia Giovanna, tout le bonheur qui soit, parce que même s’il fait peur, il en vaut la peine.

  • “Je pensais que plus on se laissait être heureux, plus on s’exposait à être malheureux un jour.” C’est exactement ça… Il y a aussi la peur de la trahison… Si je te dis que je t’aime, sauras-tu en faire bon usage ou me sentiras-tu faible et me feras-tu du mal…
    Merci pour ce texte.

  • Merci à toi pour commentaire Nouvelle 30naire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>