Humeurs

Acceptez-vous, qu’ils disaient (épisode 5 et demi)

« Alors c’est fini les bonnes résolutions ? On mange des kebabs à la mayo ? Et bah bravo. » Et oui, c’est sûrement l’une des réflexions qu’on vous balancera dans la tronche la seule fois dans le mois où vous vous autoriserez à manger avec vos collègues. Vous l’avez mérité ce kebab.

Acceptez-vous, qu’ils disaient (épisode 5 et demi)Vous avez repris le sport avec beaucoup de motivation et sué sang et eau pour vous remettre en forme. Vous prenez soin de manger des légumes à tous les repas (vous avez pris ce kebab sans frites et avec une salade), mais quand même, vous vous prenez encore des réflexions dans la tronche. Alors aujourd’hui, rien que pour vous, un demi épisode de « acceptez-vous qu’ils disaient » pour aussi apprendre à déculpabiliser quand vous mangez gras une fois de temps en temps (pas trop, je vous surveille) :

1. Dites à ce connard qui vous fait des réflexions que ce kebab/gateau au chocolat/barquette de frites vous l’avez mérité. Lui, avec son gros ventre et sa moustache (oh oui ca va, je sais très bien à quoi il ressemble ok ?) n’a sûrement pas couru 45 minutes hier en rentrant du boulot, ni tenu 3 minutes de gainage des abdos. Alors qu’il la boucle. Vous avez le droit.

2. Contrairement à tous vos autres collègues, vous ne mangez pas gras tous les jours. La plupart du temps vous mangez sain, et n’avez rien à cacher sur vos repas, alors il n’y a pas à culpabiliser lorsque vous vous faites plaisir. Surtout que je sais que vous allez faire deux fois plus d’efforts lors de votre prochaine session sportive (laissez moi rêver boudiou).

3. Vous n’êtes pas une machine, et vous avez besoin de récompenses pour avancer sur votre chemin du bien vivre. Si vous ne mangiez que des légumes et des graines, vous pleureriez tous les soirs sur votre canapé devant des émissions de cuisine que vous auriez pris soin d’enregistrer le soir d’avant. Et les personnes avec qui vous vivez n’auraient pas le même enthousiasme que vous à partager votre dîner. Avouez que le gratin de choux de Bruxelles, c’est nettement moins sexy que la soupe carotte-poireaux à la crème de fromage.

4. Finalement, tout ça n’a rien à voir avec l’opinion de vos collègues, de vos amis ou de votre famille. Tout ça, c’est pour vous. Les végétariens ne se remettent pas à manger de la viande pour faire plaisir à leur maman. Ou parce que c’est moins chiant au resto. Et bien manger sainement, c’est aussi une opinion qu’il faut réussir à faire passer dans les mœurs. Et gros collègue moustachu devra s’y faire : la plupart du temps vous mangez bien. Une fois de temps en temps, vous vous accordez un kebab. Ca tient chaud l’hiver et ça donne bonne haleine.

Tout ça pour dire que rien de ce que peuvent dire les gens autour de vous n’est important. Seule la volonté de se sentir mieux compte. Et les réflexions rapport à votre alimentation ne seront pertinentes que si elles viennent de vous ou d’un nutritionniste. Tout ça ne vaut d’ailleurs pas seulement pour les personnes qui, comme moi, ont décidé de manger mieux et plus sainement.

Ca vaut aussi pour tous les personnes allergiques à certains aliments (ayant été intolérante au lactose pendant mon enfance, j’ai souvent bataillé pour faire comprendre que ce n’était pas un caprice de ne pas ingérer de produits contenant du lait), les végétariens, les végétaliens… Et ceux qui veulent manger un paquet de chips au vinaigre balsamique. 

(cc) Janineomg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>