Humeurs

Recette pour un cake d’amour.

Article sélectionné par Nouvelle 30naire lors de sa semaine de rédaction en chef 

Aujourd’hui, mes donzelles, vous passez à la casserole ! Car qui dit anniversaire, dit gâteau et qui dit gâteau dit nécessairement joie, félicité et orgie gustative pour la fille à la dent douce que je suis.

Recette pour un cake d’amour.Attrapez donc votre toque, votre élégant tablier (j’exige que vous portiez la culotte en-dessous) et allons ensemble tester la recette du succès de Ladies Room. Et vous me laverez vos mains avant de toucher à quoique ce soit, petites cochonnes ! (Façon de parler hein, la recette est 100% halal et réalisée sans aucune sorte de cochonnaille. De toute façon j’ai en horreur la charcuterie.)

Car s’il y avait bien un jour où il fallait être aux petits oignons pour Ladies Room, c’était bien cette semaine pour les 5 ans, ambiance je dégaine ma robe meringue et je postillonne sur la pièce montée en soufflant les bougies des noces de bois. Alors ni une, ni deux, c’est à la recette du succès du magazine des filles à la page (et à leur langue bien pendue) que je dédie mon article !

Et vos langues, il faudra vous en servir Ladies ! Car à défaut cette fois-ci de lécher vos articles dans les abysses de la Back Room, votre bouche vous servira à bien d’autres gloutonneries dans les prochaines lignes.

Alors je remets le couvert spécialement pour la première fois depuis mon départ de L.R (je pleure chaque soir en secret) et parce que, c’est précisément au moment d’attaquer mon dessert chaque midi, confortablement installée devant mon ordinateur au bureau, que je viens me lécher les babines encore et toujours devant vos articles. Miam !

Pour commencer, il est de bon ton de savoir que je suis une bien piètre cuisinière, et comme il n’est pas envisageable que je fasse un four en cette si renversante occasion, je compte bien sur vous pour mettre la main à la pâte. Parce que bon, hein.

Alors comme je n’ai pas l’étoffe d’un Jean-Pierre Coffe et que pour moi le terme de « dressage » fait plus écho dans mon esprit à l’univers canin que culinaire, j’ai décidé de m’inspirer librement de la recette la plus étrange et mystérieuse qui soit, celle qui se chante, et s’il vous plaît écrite par Michel Legrand, bref, celle de notre idole à toutes, Catherine Deneuve dans Peau d’Âne avec l’incroyable Cake d’Amour.

(Pour toutes les impies qui n’ont pas VU ce chef d’œuvre barré, merci de regarder fissa la vidéo ci-dessous.) Et puis après tout, le cake d’amour, je trouve que cela vous sied parfaitement à vous toutes, Ladies !

Je veux TOUTES que vous m’imaginiez chantant sur cet air les lignes qui vont suivre. Alors, mes petites belettes, vous êtes prête pour la crème de la crème ? Sophro. C’est parti, on y va !

Prenez tout d’abord un comité éditorial, deux cuillères à soupe d’insolence et un grand bol de piquant. Malaxez, pétrissez (bien bien fort) jusqu’à obtention d’un mélange homogène. Ajoutez une pincée de poudre d’hurluberlu.

Portez à ébullition séparément une casserole de langues bien pendues (on n’a rien sans rien mes grandes ! Et vous devriez savoir que toute préparation un tant soit peu magique comporte son lot d’ingrédients pas toujours très ragoûtants. SOIT.) à laquelle vous ajouterez une bonne poignée de fantasmes froufroutants. Cet étrange mixture porte le doux et délicat nom de Back Room.

Incorporez le mélange en versant doucement dans la préparation principale. Adjoignez une cuillère à café de vitriol et une pincée de kikoolol. Une fumée luminescente se produit : la plume précieuse et talentueuse des filles à la page se dessine dans votre chaudron.

Pour la préparation de votre nappage et afin de le rendre aussi savoureux qu’une dictée de Bernard Pivot, incorporez un à un les avatars des Ladies (attention à n’en oublier aucune, sans quoi votre délicieuse recette pourrait retomber comme un soufflé, et personne ne voudrait vivre ça, capiche ?) et n’omettez pas un bon bol de rage pour la caution râleuse.

Saupoudrez le tout d’une pincée de culture, d’ego trip et d’actualités. Malaxez fort, trèèèèès très fort. Vos doigts vous brûlent ? Ce n’est rien à côté de ce que votre estomac endurera après ingurgitation du gâteau final.

Balancez-y ensuite pêle-mêle un album des années 80, une paire de bottes portées par boenbotte himself (et tout ce qu’elles contiennent à l’intérieur de croquignolesque) et un bon coup de crayon.

Nappez votre préparation principale de cet exquis mélange, laissez glacer quelques heures…et n’oubliez pas d’ajouter quelques sympathiques décorations pâtissières. (Et j’en profite d’ailleurs pour partager cette suggestion tire-bouchon pour l’ouverture des bouteilles vendredi qui devrait drôlement plaire à Storia.)

Et voilà, c’est prêt ! Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne dégustation et un bon appétibirthday bien sûr Ladies ! (Traulever, je te vois d’ici, pas touche au gros cake !) (Bon et inutile de préciser que la cerise sur le gâteau, c’est de vous voir toutes vendredi ♥.)

(cc) PetitPlat – Stephanie Kilgast

6 Responses to “Recette pour un cake d’amour.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>