Histoires

Le monde Arabe et le sexe.

Article sélectionné par Kwelet lors de sa semaine de Rédaction en Chef !

Il convient de préciser avant de te laisser lire qu’il n’y a là aucune trace de racisme ou d’intolérance. Etant moi-même arabo-musulmane, je suis possiblement bien placée pour savoir de quoi je parle et d’avoir une opinion sur la question des rapports du monde Arabe à la sexualité.

Le monde Arabe et le sexe.C’est hier, en écoutant L’Egyptien libéré sur ArteRadio, que ça m’a frappée. Cet homme, né à Alexandrie à la fin des années 70, raconte le parcours de sa sexualité. L’Egypte. L’Islam. Les tabous. Les interdits. La frustration. La France et sa liberté. Le tout dans une atmosphère particulièrement légère. Tout en l’écoutant parler, j’ai pris conscience qu’il exprimait ce que je pensais déjà : l’hypocrisie du monde Arabe face au sexe.

Pourquoi j’ai décidé d’écrire sur ce sujet ? Parce qu’il me tient à cœur et que je suis directement concernée. Mais surtout parce que j’estime qu’il est important de parler de ce que d’autres n’osent pas dire à haute voix.

Tous petits déjà, nos parents (et la société quand on vit dans un pays musulman) nous apprennent que la sexualité est une chose taboue, intime, et classée top-secret. Nous grandissons avec l’idée que l’on n’a pas le droit d’en parler. Tu me diras c’est pareil en Occident et je répondrai : oui et non. Non, parce que chez les musulmans, la sexualité est réellement mise à distance. Même à l’adolescence, même une fois adulte. Tant que l’individu n’est pas marié, il n’est pas « autorisé » à avoir une sexualité, quelle qu’elle soit. Par exemple, la masturbation au même titre que les rapports sexuels est purement et simplement interdite. Le simple fait de s’embrasser ou toucher une personne du sexe opposé, est considéré comme « illicite ».

Je pense qu’il faut mettre une chose au clair : comme tous les autres, les arabo-musulmans aiment le sexe et l’interdit qui en découle. Mais personne n’assume sous couvert de l’Islam. La chose est tellement taboue que l’on ne peut pas se permettre d’assumer une telle obsession tant qu’on n’est pas marié. Or il est clair que favoriser l’abstinence et la frustration est le meilleur moyen de conduire l’individu à enfreindre les règles.

Je ne cherche pas à dénoncer l’Islam en tant que religion puisque je suis profondément musulmane, mais je me questionne sur les méthodes utilisées contre la sexualité. J’ai tendance à penser qu’on ne prend pas assez en compte la psychologie humaine. Soyons simplement pragmatiques : obliger à s’abstenir, imposer une frustration grandissante et par-dessus tout, imposer de rester à l’écart des femmes, n’est-ce pas le moyen le plus sûr de pousser vers la fornication ?

Je pense que l’Islam aurait dû détourner le problème. Rendre la chose moins contraignante, moins condamnable. Aussi, abstinence, frustration et scission hommes-femmes n’est, il me semble, pas la meilleure idée qui soit. Et il suffit pour le prouver de voir le nombre « d’hypocrites » sur cette Terre. Le viol des bonnes dans les maisons un peu partout, les orgies dans les caves insonorisées aux Emirats, le marché de la prostitution.

C’est précisément de cela que parle Aiman, l’égyptien libéré. La frustration est si forte qu’une simple vision ou un vulgaire contact suffisent à provoquer de puissantes érections et de terribles pulsions. Tant et si bien que certains jeunes-hommes se sentent poussés à calmer leurs ardeurs entre eux. N’est-ce pas d’une tristesse sans nom ? A défaut de pouvoir forniquer librement avec des femmes, ils se contentent de leurs homologues masculins, bien qu’ils soient profondément hétéro !

De mon point de vue, je ne pense pas que s’abstenir est le moyen le plus sûr de se rapprocher de Dieu. Parce qu’au fond, les sens sont d’autant plus en éveil que l’on s’abstient. Céder aux élans de son corps (sans exagération cela va de soi) ne veut pas dire pour autant que l’on devient mécréant ou hypocrite et que l’on ne demeure pas profondément musulman. Honnêtement, j’ai tendance à penser que l’hypocrisie réside dans le déni de sa sexualité.

C’est à soi-même que l’on se ment en refreinant ses ardeurs, pas à sa foi. Après tout, le corps et l’âme sont deux entités distinctes, même dans l’Islam. Alors pourquoi céder à son corps serait-il comparable à une foi défaillante ?

(cc) totordenamur

16 Responses to “Le monde Arabe et le sexe.”

  • Léger bémol sur ce billet, très bien emmené au demeurant : dire que les hommes se “contentent” de leurs homologues pour assouvir leurs pulsions sexuelles, c’est reléguer au second plan les sexualités “alternatives”, ce avec quoi je ne suis pas d’accord.

    Peu importe que l’acte soit commis avec une personne du même sexe ou du sexe opposé, ce qui importe c’est qu’on puisse le commettre librement, peu importe le sexe en face. Mais c’est encore une autre question à soulever.

  • Je me doutais que le verbe “se contenter” serait pris au sens “occidental” du terme, une critique ouverte sur le sexe entre hommes. J’aurais, je pense, du le mettre entre guillemets afin de mieux faire passer mon idée.
    Cela étant dit, si j’ai utilisé ce mot plutôt qu’un autre, c’était volontaire. Dois-je rappeler comme l’homosexualité est taboue, pour ne pas dire carrément punie, chez les musulmans ? Quand je dis que les hommes se “contentent” de leurs homologues masculins, je veux surtout faire passer l’idée qu’ils le font “par dépit” et non par désir “réel” pour le même sexe (même s’il est évident que ce désir est nié). S’ils avaient la possibilité de “soulager” leur frustration auprès des femmes (y aurait-il frustration, alors ?), penses-tu que ces hommes iraient voir d’autres hommes ? D’ailleurs, c’est bien ce que dit Aiman.
    Pour le coup, je ne relègue en rien le sexe entre hommes au second plan puisque je pars du principe que deux personnes qui se désirent, quel que soit leur sexe, doivent se sentir libres d’assouvir leurs envies. Je ne supporte pas l’intolérance, pour tout dire.
    Par ailleurs, je précise que je ne fais ici qu’un “compte rendu” de ce qu’Aiman raconte, et utilise ainsi sa vision des choses. Alors oui, “se contenter” peut avoir l’air d’une dénégation des “sexualités alternatives”, mais il n’en est rien. Je ne fais qu’exposer un fait, bien présent dans les pays musulmans.

  • Tu parles de tabou autour de l’homosexualité comme il y a un tabou de la sexualité en général, ce que je comprends tout à fait, dans le contexte. C’est la raison pour laquelle je me demande pourquoi les hommes passent plus facilement à l’acte avec d’autres hommes plutôt qu’avec les femmes ?

    Est-ce en lien avec le fait qu’on considère qu’une femme qui a des rapports sexuels hors mariage est souillée (et tout ce qui s’en suit) ou est-ce que ça ne sous-tend pas quelque part, qu’avoir des rapports sexuels avec un homme ne relève pas de l’homosexualité – dans le sens aimer une personne du même sexe – mais seulement de l’assouvissement de pulsions, donc moins “grave” ?

  • Dans l’islam, l’homosexualité (ou assouvir ses pulsions hétéro avec un homme) est bien plus grave que de coucher avec une femme, hors mariage. C’est une chose que j’ai beaucoup de mal à comprendre aussi. Cela dit, d’après ce que raconte Aiman, il semblerait que les hommes trouvent plus aisé de se satisfaire avec des hommes simplement parce qu’ils sont plus faciles d’accès et certainement aussi, parce qu’ils sont tous dans le “même bateau”.
    Pour lui, on est gay quand on est en couple avec un autre homme et qu’on en est amoureux. Or assouvir ses pulsions.. C’est considéré limite comme la masturbation: normal !
    Comme tu le dis, un homme qui n’est plus “puceau”, personne ne le verra. Alors qu’une femme.. Peut être qu’effectivement, c’est en lien avec ça, même si j’en doute fortement. Je dirais plutôt que c’est la seule raison pour laquelle les femmes sont moins faciles à avoir, puisqu’elles tiennent à garder leur hymen, pour ne pas être montrées du doigt.

  • J’aime bien ton article. Et je comprends ce que tu ressens.
    Dans mon pays, ou plutôt mon île Madagascar, ce n’est pas la religion qui le dicte mais plutôt les ”coutumes” restées encore trop ancestrales!
    Le point commun et la seule explication que je pourrai donner a cette ”hypocrisie” (face a la sexualite) comme tu dis car c’est bien de ça dont il s’agit, c’est le fait que les croyances, coutumes et religions se basent sur des concepts établis et mis en place dans un contexte passé mais qui restent appliqués dans un contexte qui a profondément évolué.
    Ça sème beaucoup d’incompréhension et même d’injustice pour les générations futures.
    Nous sommes dans la générations qui souffre d’incompréhension mais continuons dans la ”tolérance”, je n’exclurai pas la possibilité d’un déni voir ”rébellion” pour les générations futures.
    Beaucoup de reformes ne seraient pas de trop pour les religions mais aussi les us et coutumes de notre siècle.

  • Je te remercie pour ton commentaire, Sehen. :)
    C’est vrai que les coutumes jouent le même rôle que les religions, elles stigmatisent, interdisent, contraignent. Je comprends parfaitement ce que tu entends lorsque tu parles d’époque révolue et d’incompréhension.
    Comme toi, je pense que les choses ont totalement changées aujourd’hui et qu’il “faut” vivre avec son temps. Par exemple, il faut savoir qu’à l’origine l’obligation d’être abstinent jusqu’au mariage était totalement nécessaire avant. Il n’y avait pas de contraception et c’était principalement pour éviter aux femmes de se retrouver seules à élever un enfant qu’elles n’ont pas désiré, mais qu’elles doivent assumer parce que le père ne veut pas le reconnaître. De la même manière, cela permettait aussi d’éviter les débauches et les excès que l’Homme peut faire si on lui accorde trop de “libertés”.
    De nos jours, la contraception existe et l’IVG aussi. Les femmes sont indépendantes et peuvent assumer un enfant seules. Elles peuvent travailler et gagner leur propre salaire pour subvenir à leurs besoins. Aujourd’hui, les femmes peuvent parfaitement se passer des mâles. Aussi, j’estime qu’il est normal de bouleverser certaines choses tout en gardant l’essentiel.
    Personnellement, je pense que tant qu’on n’exagère pas, que l’on ne couche pas avec n’importe qui et de façon presque aléatoire mais avec des gens qui comptent vraiment pour nous et avec qui on espère un avenir..
    Bref, tout ça pour dire que la sexualité n’est pas quelque chose que l’on peut interdire parce que plus on le fait, plus il y a de déviances et plus les musulmans sont regardés de travers par ceux qui appliquent l’Islam à la lettre.

  • @ LuvAddict: c’est un sujet intéressant. Toutefois je sens dans ton discours, et particulièrement dans ton dernier commentaire, un relent de quelque chose qui consiste à priver l’autre de liberté… malgré ton discours qui se veut plutôt libre justement, tu donnes quand même l’idée que “tant qu’on exagères pas, qu’on ne couche pas à droite à gauche…”
    Alors quoi? si on va au bout de ton idée, si les gens exagéraient selon toi, donc coucher à droite à gauche… il faudrait interdire, mettre des règles? donc priver l’autre de liberté parce que ça te dérange?
    Ce que fait mon voisin avec sa sexualité ne me regarde pas, même si c’est “aléatoire”, même si c’est avec des personnes qui ne comptent pas.
    Je sens dans ton commentaire que c’est un peu ce que tu penses, au fond. Ça te dérangerait si les gens faisait ça…. Mais d’une part, ça n’a pas à te déranger, ça ne te regarde pas. D’autre part, c’est déjà ce qu’ils font ! club échangistes et soirees privees, etc… Et surtout surtout, on ne doit pas vouloir priver l’autre d’une liberté qui nous dérange, tant que l’autre ne fait de mal à personne…
    Il y a toujours de très bonnes excuses pour priver de liberté des gens, un peuple. “les recadrer, les aider” Il faut juste bien réfléchir à ça. Accepter de ne pas tout contrôler, ni les choses, ni les gens c’est ça aussi être libre.

  • Je suis d’accord avec toi sur le principe, personne ne doit être privé de sa liberté. Absolument personne.
    Cela dit, tu n’es pas musulmane, pas vrai ? Parce que ton discours renvoie un jugement particulièrement occidental. Une sorte de liberté absolue. Or tu n’es pas sans savoir que l’Homme n’est pas fait pour être totalement libre, sinon, ce serait l’anarchie. Raison pour laquelle il y a des lois, des interdits et des obligations.

    Mon commentaire visait simplement une sorte de compromis vis à vis de l’Islam: d’accord on n’est pas des débauchés, mais on se laisse l’occasion/le droit d’aller forniquer de temps et temps, sans être dans l’excès. Tu vois l’idée ?

    Sur le reste, je ne suis pas d’accord avec toi. Je ne suis pas contre les libertés individuelles, je suis même la première à les prôner. Je me fiche aussi de ce que chacun fait de sa vie tant que ce qu’il fait lui convient. Mais je persiste à penser que baiser à tout va n’apporte jamais rien de bon. A mon sens, c’est une pseudo-liberté le sexe sans contrainte, sans restriction.

    Encore une fois, ceci n’est qu’un avis personnel et n’engage que moi mais n’affirme en rien mon désir de priver les autres de ce qu’ils veulent faire. Loin s’en faut.

  • bien vu, je ne suis pas musulmane… et profondément occidentale, c’est vrai, je reconnais qu’on prône une espèce de liberté absolue… Mais je ne vais pas m’engager sur un débat qui serait bien trop long.
    Je ne faisais que décortiquer une impression que m’avait laissé tes propos. Mais j’ai bien compris ta position, et c’était intéressant d’en “parler” voilà :)

  • Parfait ! Nous sommes donc profondément d’accord sur les principes.
    J’en suis ravie. :)

  • A propos de tout ça, il y a une série super palpitante pourvu qu’on aime le second degré, les prod décalées, sur France Ô (19): Le Clone. C’est Franco-Marocain-Brésilien et ça se passe à la fois au Maroc et au Brésil (ce qui ne gâche rien pour voyager de son fauteuil…), et bien ça ne parle que de ça! Des tiraillements entre conception orientales et occidentales des rapports entres nanas et mecs. De tous les obstacles que rencontrent les 2 héros avant que ne triomphe l’Amour! (J’espère…) C’est la guerre entre le coeur et la raison et ça soulève donc toutes ces questions que se posent les croyants, j’imagine! (car je n’en suis pas mais ça ne m’empêche absolument pas d’être confrontée à ce genre de cas de conscience…)

  • Ca m’a l’air effectivement très intéressant ! J’irai jeter un oeil à l’occasion. ;)

  • Je n’avais pas vraiment lu les commentaires. Une petite envie de réagir à ce qu’à écrit Mimi: on en revient toujours à la même histoire, “la liberté de chacun s’arrête où celle d’autrui est menacé” (je ne sais plus la formule exacte mais tu vois où je veux en venir!). Autrement dit, je suis désolée, mais tous ceux qui vont dans des boîtes échangistes ou consultent certains sites pornos, etc.. ça n’est pas anodin! Déjà, ils participent à l’industrie du milieu, évidemment, ensuite ils rendent tout ça “légitime” en qlq sorte car sans eux, ils devraient fermer! Donc, tout acte à ses conséquences! Et je trouve lâche de le nier! Il ne s’agit pas d’”éduquer” ces gens-là mais de chercher à protéger ceux qui n’ont rien demander! Dans ce cas là, si c’était comme tu dis, ils feraient tout ça chez eux, et n’auraient pas besoin d’ouvrir un commerce avec pignon sur rue (ou sur écran!). Ce n’est pas de l’extrémisme il me semble que de souhaiter que chacun vive sa vie sans être influencer systématiquement par une vision très cynique des choses, où les gens ne se respectent même plus, où le plus important n’a plus rien avoir avec l’amour mais avec un désir de repousser ses limites le plus loin qui soit, quitte finalement à détruire l’humain en soi. Non?? Tu ne trouves pas que c’est ça, l’extrémisme? Nier son humanité? A toi la parole…

  • Sinon, ya un truc qui m’a choqué dans le discours de L.A.: quand elle dit qu’elle trouve logique de considérer que coucher ac qlq’un (là en l’occurrence, un mec avec un autre) juste pour le cul, ça revient au même que de se masturber!! Au-secours! c’est évident que c’est un arrangement avec soi-même afin de mieux pouvoir le cacher aux autres! c’est affreux de réaliser combien l’humain est obligé de se mentir dans ce monde pour être en adéquation avec les lois, dans de nombreux pays… dans tous certainement..
    Donc, par rapport à mon précédent commentaire, ce que je veux dire, c’est qu’il ne faut pas se tromper d’ennemis! Et à mon avis, le meilleur moyen, c’est d’écouter son coeur non? Je sais, ça fait cucu dit comme ça! Mais ça me paraît le plus important, écouter vraiment ce que l’on ressent, sa petite voix intérieure, avant de décider de se lancer dans quoi que ce soit, ou d’avoir une idée arrêtée sur un fait… le meilleur moyen d’éviter l’extrémisme, non?

  • Zita, j’avoue avoir un peu de mal à comprendre ce que tu veux dire avec “Autrement dit, je suis désolée, mais tous ceux qui vont dans des boîtes échangistes ou consultent certains sites pornos, etc.. ça n’est pas anodin! Déjà, ils participent à l’industrie du milieu, évidemment, ensuite ils rendent tout ça “légitime” en qlq sorte car sans eux, ils devraient fermer! Donc, tout acte à ses conséquences! Et je trouve lâche de le nier! Il ne s’agit pas d’”éduquer” ces gens-là mais de chercher à protéger ceux qui n’ont rien demander! Dans ce cas là, si c’était comme tu dis, ils feraient tout ça chez eux, et n’auraient pas besoin d’ouvrir un commerce avec pignon sur rue (ou sur écran!)”. Et où tu veux en venir plus globalement..

    J’ai aussi l’impression que tu n’as pas bien saisi mon propos (ou peut être est-ce moi ?). Je ne nie absolument pas l’intérêt pour le sexe qu’ont les arabo-musulmans puisque cet article parle précisément de leur hypocrisie face à la sexualité.

    D’ailleurs, je suis d’accord avec toi pour dire qu’être libre de faire ce que l’on veut n’est pas de l’extrémisme, loin s’en faut.

    Ensuite dans ton deuxième commentaire, de nouveau, je crois que tu n’as pas saisi ce que je dis. A quel moment je dis que coucher avec quelqu’un revient au même que de se masturber ?! On est tous d’accord pour dire que c’est quand même totalement différent ! L’article en question abordait justement le choc que j’avais eu de voir comme certaines personnes peuvent avoir l’esprit étroit pour ne pas saisir la nécessité d’une sexualité à soi et clairement individuelle.

    En gros, je ne sais pas si c’est moi qui ne comprend rien à rien parce qu’honnêtement, j’ai beaucoup de mal à saisir le contenu de tes commentaires et ce que tu veux dire..

  • Article très intéressant et très commenté ! Je n’avais pas réellement conscience de la puissance du tabou dans cette culture, avant de voir notamment “Les Femmes du bus 678″ qui parle du harcèlement constant dont souffrent les femmes en Egypte, et “Les enfants de Belle Ville” qui se passe en Iran, et où une mère célibataire doit faire semblant d’être mariée pour ne pas être harcelée, car considérée comme une putain.
    En effet, il me semble que cet excès de rigueur (et notamment l’interdit qui pèse sur la masturbation) est contre-productif : résultat, les hommes ne pensent qu’à ça, et le pire est que les femmes sont toujours jugées coupables du désir qu’elles inspirent, au point de devoir se cacher. Or une chevelure accidentellement découverte va mettre un homme en transe comme le faisait une cheville au siècle dernier. Paradoxalement, plus on cache, plus on nie, plus on dérobe, plus on interdit, plus on excite !
    J’aimerais savoir si les agressions sont plus ou moins nombreuses en Tunisie maintenant que les filles sont plus nombreuses à porter le voile et que la religion pèse d’un poids plus important qu’auparavant ? Ce serait intéressant à évaluer.

    Merci Luvaddict d’avoir soulevé ce débat.
    Je partage cependant l’avis de Mimi pour dire que la sexualité est du domaine privé, et que chacun fait ce qu’il veut du moment qu’on parle d’adultes consentants utilisant des préservatifs. Baiser à tout va, ma foi, pourquoi pas, c’est à chacun de vivre avec sa conception des choses et sa propre morale, et c’est justement ce qu’on a gagné en séparant l’Eglise de l’Etat. Personne n’a à décider ce qui est bon ou mauvais pour l’autre en matière de sexe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>