Histoires

Acceptez-vous qu’ils disaient (Episode 2)

Et donc, comme vu ensemble dans l’épisode 1 de mes merveilleuses aventures, j’ai grossi. Genre grossi quoi. Genre 10 kilos en un an grâce à la merveilleuse invention qu’on appelle la pilule. La prise de conscience a été dure, mes pantalons sont serrés, je suis essoufflée en montant les escaliers et quand je me regarde dans la glace de la salle de bains, je fixe la bouée qui s’est subrepticement invitée sous la peau de mon ventre. Alors j’ai pris une grande décision.

Acceptez-vous qu’ils disaient (Episode 2)Vous êtes prêts ? J’ai repris le sport.

Hah ! Je sais, ça surprend. Il y a un mois, j’ai décidé de m’inscrire dans une grande enseigne de salles de musculation low coast pour faire du sport sans me ruiner mais aussi parce que si je paye un truc, j’aurai plus de motivation pour y aller (oui je fais des compromis avec moi-même, ok ?). Mon programme me pousse à y aller trois fois par semaine pour me remuscler à fond et me sentir mieux.

J’ai commencé sérieusement la semaine dernière, je vous propose de faire le bilan de ce que j’en ai tiré :

Première séance, la révélation (Ouais je sais, le titre est naze mais j’ai pas trouvé mieux).

Il faut savoir que je ne suis jamais allée dans une salle de sport de toute ma vie, mais que par contre j’ai toujours été très sportive : 7 ans d’arts martiaux en compétition, il y a trois ans à peine je faisais 45 minutes de footing par jour tous les matins (eeet ouais), et autres activités dont je vais de suite arrêter de me vanter parce qu’aujourd’hui je monte trois marches et que je respire comme une vache. Bref. Le monde sportif je connais, mais celui des salles de sport, beaucoup moins.

Alors quand je suis entrée dans la salle pour la première fois et que je me suis rendu compte qu’il y avait 95% d’hommes bodybuildés qui me regardaient fixement, j’ai eu un moment de flottement. Et une envie de courir. Vite. Mais bon, j’ai pris mon courage à deux mains, et au lieu de courir loin de la salle, je suis montée sur un tapis roulant et je me suis échauffée. Pendant 45 minutes.

C’est-à-dire que quand on est une crevette comme moi (1m52 et demi au garrot, represent le nanisme asiatique), on n’ose pas trop se balader en débardeur et pleine de sueur au milieu d’une horde de bodybuilders qui ont un besoin dévorant de protéines. Je n’ai donc pas changé de machine. Et je n’ai jamais arrêté de courir. Enfin, si, mais au bout de 45 minutes, et aussi quand l’Homme est venu me chercher sur ma machine, me demandant si j’avais fini.

Pour ma première séance de sport, je n’ai donc que couru, que ce soit sur la machine ou jusqu’aux vestiaires, où se cachaient une poignée de femelles apeurées qui venaient visiblement régulièrement. J’étais très fière de moi, par contre le plus dur n’est pas d’y aller la première fois, mais de continuer à y aller. Après une séance d’étirements (oui, dans les vestiaires, je suis très souple, et faire mes étirements devant une troupe d’hommes affamés n’est pas une bonne idée quand on peut mettre sa jambe derrière sa tête), je suis rentrée chez moi, en bonne forme mais inquiète sur les évènements à suivre.

Deuxième séance, la tentation (mes titres ressemblent de plus en plus à des épisodes de Twilight non ?)

Je n’avais aucunement envie de retourner dans cette salle de sport bondée, mais j’avais payé, mon copain m’y a forcée, et voyant ma courbe de poids stagner je me suis résignée à retourner courir. Bien entendu, les musclés étaient tous là. Leurs yeux aussi. Mais moi, j’étais bien décidée à ne pas me laisser faire chier. Alors, après 45 minutes de stepper (wouhou ! Ça change trop !), j’ai terminé ma séance par des abdos et 10 minutes de plaques vibrantes, peu importe que tout le monde voit mon cul se secouer.

Cette fois-ci j’ai eu des courbatures, enfin, juste aux abdos parce que j’étais plus trop habituée à faire ce genre de trucs fatigants.

Et puis il y a eu d’autres séances, et là, j’en suis à ma deuxième semaine de reprise de la muscu.

Alors pour clore cet épisode, je vous dirai qu’avoir fait autant de sport pendant autant d’années ne s’oublie pas comme ça, et que c’est la raison pour laquelle je n’ai pas vraiment souffert la semaine dernière. Par contre, j’ai souffert psychologiquement. Parce que c’est pas si facile que ça de se dire qu’on va rater une soirée, qu’on va se coucher tard, qu’on va prendre le métro plein de sueur, ou qu’on va se faire mater le cul pendant 45 minutes au profit d’une bonne séance de sport. Mais, au risque de paraître stéréotypée, je dirai que c’est plus qu’une résolution, mais que c’est surtout une habitude de vie. Et qu’il va falloir que je m’habitue. Parce que si je me sens si mal quand je grossi, c’est aussi parce que j’ai pris l’habitude de prendre le temps de faire du sport souvent, et longtemps.

Mais le sport ne sert à rien si on ne mange pas sainement derrière… Je vous laisse ça pour un prochain épisode J.

Relire Acceptez-vous qu’ils disaient (Episode 1)

(cc) mariachily

5 Responses to “Acceptez-vous qu’ils disaient (Episode 2)”

  • Trop bien je suis contente de lire que tu vas mieux ;-) Moi aussi j’ai toujours connu le sport et dès que j’arrete j’ai l’impression de gonfler instantanément et d’être toute molle ! Après peu importe si la balance ne descend pas, tu peux faire le même poids mais avoir un corps plus sculté qui te plaira mieux !

    Quant à la faune des salles de sport, j’ai la chance d’en avoir trouvé une low cost mais toute petite ou débardeurs et miroirs sont interdits ce qui refroidi les bodybuilders hyperprotéiné et avec l’habitude, je sais à quelle heure être tranquille (entre 7 h et 8 h du mat y a personne pour mater tes fesses) !

    Merci pour cet article rigolo et j’attends la suite ;-)

  • Juste une question, ils sont où ces 10kgs??? Moi qui t’ai vue IRL, je n’ai rien remarqué à part une jolie petite brunette au sourire ravageur?
    Si non, j’adooooore ton article, moi qui suis allergique au sport, c’est aussi un peu à cause de tout ça!

  • @Nouvelle 30naire: baaaaaah je suis bien plus mince d’habitude, que veux tu?

  • salut,
    comme toi j’ai méchamment grossi et tout comme toi j’ai pendant un certain temps écumer la salle de sport qui se trouve près de chez moi. Mais malheureusment par manque de moyen financier j’ai dû arrêter et aujourd’hui je le ressent.
    Courrir en pleine chaleur, je peux pas. Les mecs tu les mets de côté et conseil : concentre toi sur toi en occultant les regards globuleux des bodybuldés ! (sourire).
    Courage tu vas y arriver, en tout cas tu es bien parti.

  • Avatar of
    ChaT

    Coucou copine de 10 kilos de pilule ;)

    Salle de sport.. me suis inscrite l’année dernière, y suis allée 5 fois.. toujours une excuse.
    Compassion maximum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>