Humeurs

Ode à mon sèche-cheveux

Article sélectionné par Tevouille lors de sa semaine de Rédaction en Chef.

Pour l’Homo sapiens mâle, le sèche-cheveux est un outil pratique. Sorte de pistolet en plastique avec bouton un mouvement – soit deux positions : marche/arrêt – il souffle très fort de l’air chaud pour sécher ses cheveux (ou ses chaussettes, ou bien pire…).

Ode à mon sèche-cheveuxPremier degré de l’objet, c’est le sèche-cheveux à l’état brute, simplement utile mais vulgaire. On le range dans sa pochette plastique transparente avec éventuellement son accessoire : le concentrateur d’air bas de gamme (qui tombe tout le temps) ou une option : la poignée pliante, modèle voyage (là c’est tout le bloc soufflant qui pique du nez). A ce stade, on ne parle pas encore d’outil de coiffage, mais avec un peu d’adresse on peut s’essayer à la queue d’écureuil, la houppe ou le Colley. Par contre ça sèche (voir ça dessèche) et c’est bien là l’essentiel.

La première grande évolution du sèche-cheveux c’est donc le contrôle des deux principes de base : chauffer et souffler. La résistance ne se contente plus de griller la poussière comme un vulgaire toaster, elle est thermorégulée ! Fini les pointes de cheveux roussies qui fourchent, j’adapte la température à ma convenance, “clac clac clac” molette multi-positions, touche turbo pour un coup de chaud, position air froid, je fixe… Cheveux humides, cheveux secs, mon sèche-cheveux est ingénieux.

Mais plus malin encore, le réglage du souffle et ces deux accessoires indispensables : le concentrateur ultra plat et le diffuseur à picots. Je donne du mouvement, je crante, je fait monter.

A ce stade, si je rate mon brushing c’est : par maladresse (tss, tss manque de technique probant), une fixette sur un vilain épi un matin embrumé, une situation désespérée (mes cheveux c’est de la paille de fer ou des ressorts).

Ultime stade de l’évolution, le sèche-cheveux devient objet technologique, un outil professionnel à la portée de la ménagère. Votre homme examine incrédule la technologie mise en œuvre, il jalouse cet accessoire high-tech qu’il ne possède pas. Sculpter, modeler, gonfler, le sèche-cheveux moderne sait tout faire : le chauffage céramique uniformise la chaleur, la fonction ionique réduit l’électricité statique et l’utilisation de la tourmaline donne de la brillance, aaah, ça vous défrise !

Si je vous dis Remington, vous pensez évidement à un sèche-cheveux. Demander donc à un homme, il vous répondra… un fusil de chasse (oui, l’autre Remington fabrique des armes).

Pfff, non, nous ne sommes décidément pas fait pareil. 

A mon Babyliss bicolore, fougueux complice de mon interminable post-adolescence.

(cc) emanuela franchini

3 Responses to “Ode à mon sèche-cheveux”

  • Mais c’est du pur masochisme! Moi, perso, moins je l’utilise, mieux j’me porte! Comment peux-tu prendre ton pieds à passer 1h à te “prendre la tête”… non vraiment, je ne comprendrai jamais… en +, c’est mauvais pour les cheveux! J’espère au moins que tu les épargnes le dimanche… Quant à ton mec, tu n’as pas peur qu’il se vexe, à voir qu’un tel outil lui fait de la concurrence… à mon avis, tu devrais en parler à ton psy!

  • Psst, psst, Zita …c’est du second degré, pas de quoi se chauffer, non ?

  • Gwe

    Mais quelle est donc la référence de cette merveille?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>