Coeur

Living the life (or not)

Aléa de la rupture n°1 : la case dépression boulimique. Cette case est inévitable, inutile de lutter. Ma théorie : le corps a besoin de sucre pour assassiner le chagrin via un bon gros choc glycémique des familles. A l’heure où j’écris le combat fait toujours rage.

Living the life (or not)Voilà à quoi s’est résumé ma vie cette semaine. J’ai passé le seul week-end ensoleillé de l’année à manger et boire. C’est tout. Conséquemment, je ne ressemble à rien. Disons… Courtney Love. En langage agriculteur, je suis en jachère. Le poil en liberté, la chevelure sauvage et le visage totalement nu. Pas le moindre effort esthétique à déplorer.

Disons-le carrément. Je suis en pleine zone “rien à foutre”. Cette zone est dangereuse. Ma dernière crise de “rien à foutre” remonte à mes 18 ans et mon tout premier frottement au dieu de la brûlure indienne sur cœur juvénile j’ai nommé l’amour (ou l’attraction) via gus quelconque affublé d’une guitare dont le sex appeal était inversement proportionnel à la stupidité. La dose de douleur était minime comparée au marasme dolorifère dans lequel je suis présentement fourrée. Mais le désintéressement envers ma propre personne était le même.  Ceci est bien ma deuxième crise, les signes ne trompent pas.

J’ai pris deux kilos en trois jours. Mes cheveux sont si emmêlés que la moindre intromission de ma main sur mon crâne revient à quasiment perdre un doigt. Je suis sortie en pyjama dehors, et j’ai trouvé ça super normal. J’ai écouté “Colorblind” de Counting Crows 28 fois d’affilée. Je n’ai pas suivi le rituel Clinique trois temps depuis belle lurette. J’ai regardé le nombre incalculable de films pour filles et pour diversifier j’ai également regardé the Machinist. Après son visionnage j’étais dans l’état d’un lemming dépressif sur le point de sauter de sa falaise.

Bilan : Ouaip, on peut le dire, j’ai tout de la loque.

Hannah est en mode amie de première catégorie et supporte tout mes discours de fille bourrée/énervée/lamentable (aucune mention inutile) avec la patience d’une sainte sourde aveugle muette, à l’odorat défaillant. Elle sourit et hoche la tête avec conviction à chaque fois que je fais une pause respiration dans mon discours intitulé “Sus aux mecs, sus à K, je songe à l’émasculer”. Elle a été d’un grand secours en ce qui concerne ma vie internetale. Elle s’est occupée personnellement de l’étape Facebook du processus de “va te pendre libidineux personnage” alias ma séparation.

Mon statut est officiellement passé de “en couple” à “célibataire”. Dans l’heure suivant cette annonce j’ai reçu quinze notifications qui manifestaient toutes en substance la curiosité maladive de mes amis. J’ai même reçu un “toutes mes condoléances” de la part de Tony mon patron au Trinity’s Café. Hannah a répondu de façon classe et brève. Aucune mention de l’affaire tromperie avec une membre de la ligue des leprechauns. Pas la moindre envie d’être catégorisée “pauvre victime” par l’entièreté de ma vie sociale.

L’annonce a également réveillé ma mère. J’ai reçu un appel hystérique estampillé “Mais pourquoi ?!!” Ici la retranscription de sa réaction suite au crachage de morceau.

(Silence… ) Tu… tu es sûre ? Il avait l’air d’un si gentil garçon. Il n’y a aucune erreur possible ? Je veux dire, tu sais que tu as tendance à grossir les choses et en faire tout un plat.

Typique de maman. Je les ai vu en pleine action mais il y a certainement erreur. Quand j’ai finalement réussi à la convaincre, j’ai eu droit à un autre long silence et le truc le plus las que ma mère m’ait jamais dit: “Ne t’inquiètes tu finiras par trouver une personne qui te corresponds.” Ce qui a conduit à un autre cycle de dépression, rapidement endiguée par deux margaritas (une pizza et un verre).

K n’a pas appelé, pas une fois. Évidemment s’il l’avait fait je lui aurais raccroché au nez. Ne pas avoir l’occasion de lui signifier ma froideur mâtinée colère destructrice nuit gravement à ma santé mentale et physique. Je suis tellement sur les nerfs que j’engouffre quantité de nourriture calorifère. Je me sens grosse, moche et débile. Je suis une patate sur canapé. Mais ceci est ma dernière journée de loque.

Demain, je travaille, pas le choix. On m’a gentiment signifié mon prochain chômage si je ne me ramenais pas. Et si je peux être une fille émotionnellement en miette, psychiquement parlant me voir en plus chômeuse c’est trop.  Et jeudi, je dois aller chercher mes affaires. K. devrait être hors de l’appart et j’aurais le champs libre pour remporter tout mes trucs. Il y a urgence, je n’ai pour toute vêture qu’une jupe orange  et trois tee-shirts dont un à l’effigie du Che. La faute à l’empressement avec lequel je me suis enfuie de l’appart.

Leçon à retenir de tout ceci : si vous surprenez votre mec avec une autre fille et que vous devez faire votre sac de survie rapidement, ne choisissez pas votre commode spéciale vieilleries pour le remplir.

 (cc) Môsieur J. [version 7.0.1]

 

One Response to “Living the life (or not)”

  • Jusqu’à présent je n’ai jamais du annoncer de réelle rupture sur mon profil facebook, mais ça me semble être une réelle source de souffrance supplémentaire. D’accord, ça permet de prévenir quasi tout le monde simultanément, ça c’est un plus. Pas besoin d’appeler chaque ami(e) pour le/la prévenir personnellement. Mais il y a alors toutes vos “connaissances” qui se déchainent, qui posent des questions indiscrètes, qui se permettent de juger cette décision (qui n’en est pas toujours une…). Demander à une très bonne amie de gérer ça me semble être une bonne idée.

    Personnellement je suis en couple depuis plus de 2 ans. J’ai indiqué ce statut sur facebook mais je n’ai pas précisé avec qui. Je considère que ça ne regarde pas tous mes contacts et en cas de rupture, ça doit limiter les dégâts.

    Bon courage pour la reprise du boulot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>