Histoires

Mon (deuxième) accouchement

Vendredi 30 mars : je perds la fin de mon bouchon muqueux. Je suis contente : ma sœur arrive le soir même, c’est le moment idéal pour accoucher.

Mon (deuxième) accouchementSamedi 31, 4h du matin, première contraction “douloureuse” (ça reste un bien grand mot tant je n’ai pas souffert…), et ça va continuer toute la journée. Je me repose, on mange un mac do (au drive, je ne veux pas sortir trop longtemps si je perds les eaux…).

J’attends, je SAIS que je vais accoucher, sans doute dans la nuit qui arrive. Je préviens ma “grande” (3 ans), je suis super détendue, le moment me paraît si parfait ! J’ai hâte… la mini bouge beaucoup, les contractions se régularisent dans la journée, j’en ai toutes les 10 minutes vers 20h : ma sœur couchera la maxi, nous on part à la maternité !

On arrive, monitoring, j’ai à peine mal : j’en ai en fait toutes les 5 minutes… Le col a à peine bougé, mais je suis bien en travail, la mini a la tête collée sur le col et pousse bien dessus.

On me met en salle de pré-travail, les salles d’accouchement sont toutes prises… Mais je n’ai pas mal, de toute façon ! J’hésite pour la péridurale, mais je décide quand même de la demander, parce que c’est mon deuxième et dernier accouchement et je veux en garder un bon souvenir !

À 23h, col à peine à 3 cm, je dis que je peux encore attendre. Minuit et demi, je commence à avoir mal, je veux passer en salle de travail, je veux voir ma fille ! On me pose la péri à 1h, l’anesthésiste me demande à quelle heure je veux accoucher (la question paraissait bizarre… en fait c’est une technique qui évite les césariennes pour cause de stagnation du travail !) : je réponds vers 4h, comme pour l’aînée.

Ça avance lentement, la sage femme est ultra occupée, nous sommes dix à accoucher cette nuit-là ! L’homme dort sur un transat, on attend en rigolant, on fait le don du sang de cordon, etc.

3h30, la mini perce la poche des eaux, je sens que ça coule partout, une douleur fulgurante arrive, je crie à l’homme de sonner la sage femme. Je ne suis qu’à 4 cm, mais là tout s’accélère.

La sage femme repart, je tremble des jambes (un effet de la péri), j’ai peur d’accoucher toute seule, la mini pousse de toutes ses forces ! Il faut savoir que je suis sortie comme ça le jour de ma naissance, sans sage femme ni gynéco (mon père a géré…) parce que tout s’était accéléré !

La sage femme arrive heureusement à nouveau, il est 3h59. Elle me remet de la péridurale. Elle crie à ses collègues “elle accouche” ! En effet, le col s’est entièrement dilaté et la mini veut sortir. Le gynéco n’arrivera qu’après, pour recoudre l’épisio précédente qui a cédé (juste deux points).

La mini sort comme une balle, à 4h07 elle est là, posée sur mon ventre. J’ai à peine souffert, je suis bien, j’ai poussé quand je la sentais (la péri était peu dosée)… Elle va bien, elle est belle et joufflue !

On reste un long moment en salle d’accouchement, ils sont débordés. 7h15, je demande à l’homme d’appeler la maxi à son réveil, pour lui dire que sa sœur est née… Les autres attendront !

(cc)  indrarado

3 Responses to “Mon (deuxième) accouchement”

  • Presque un accouchement de rêve! J’espère que tout se passe bien avec tes deux princesses.

  • Un accouchement de rêve, je crois que c’est le terme !
    Oui, elles vont très bien et nous aussi !

  • Avatar of
    La Chieuse

    Vraiment j’aime beaucoup ton écrit, pas forcément l’histoire mais le souffle que tu y met. Il m’a donné envie de lire tes autres si tu en as hihihii je part à la chasse aux articles ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>