cinoche

La délicatesse

Première remarque, La Délicatesse est d’adaptation du huitième roman de l’écrivain français David Foenkinos. Edité par Gallimard en 2009, le livre a connu un franc succès auprès du public (plus de 700 000 exemplaires vendus) et auprès de la majeure partie des critiques (10 prix littéraires obtenus). Fort de ce succès, le romancier passe pour la première fois à la réalisation avec l’aide de son frère Stéphane Foenkinos.

La délicatesseJe crois que j’ai dégoté là le nanard de l’année. C’est peut-être un peu présomptueux de ma part étant donné que nous ne sommes que mi-janvier mais mon Dieu, que ce film est mauvais !

Ce qui est gênant avec ce film, c’est qu’on sent bien que les réalisateurs ont essayé de faire le mieux possible. A la rigueur, on a même le sentiment qu’ils y ont mis trop de cœur.

Le résultat ? La réalisation est à la limite de l’amateurisme. A aucun moment, on a l’impression que l’histoire est plausible. Du coup, les acteurs sont mauvais, presque factices.

A éviter…

Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s’investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle.

Mais subitement, sans qu’elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues. Markus, un homme très atypique. S’ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l’entreprise.

Choisit-on vraiment par quel moyen on renaît à la vie ? Nathalie et Markus vont finir par fuir pour vivre leur histoire et leur émerveillement à l’abri de tout. Cette histoire de renaissance est aussi celle de l’étrangeté amoureuse.

2 Responses to “La délicatesse”

  • Avatar of Sol
    Sol

    Je suis en train de lire le roman, mais je me suis laissée entraîner par une amie pour une séance de ciné. Mauvaise idée !

    Autant le livre m’emporte dans les subtilités des sensations, des sentiments et des émotions, autant le film m’a paru plat… Il faut dire que, dès le départ, j’avais quelques difficultés à comprendre le choix des acteurs. Je reste d’ailleurs perplexe, même si je suis contente d’avoir découvert François Damiens dans un autre registre que celui auquel il a habitué le grand public.

    Il me semble finalement que le problème est ailleurs : comment filmer le doute, l’indécision, le malaise, l’incompréhension… bref la finesse de notre intériorité ?

    Ce qui me console, ce sont les quelques pages qu’il me reste à lire et que me replongeront dans… La Délicatesse.

  • c’est drôle. je ne connais pas le livre, j’ai vu le film et bien au contraire, j’ai beaucoup aimé. et je suis pourtant assez critique en ce qui concerne le ciné. très subtil, et le jeu des acteurs terriblement, magnifiquement … délicat. après le côté plausible n’était pas toujours là… j’ai aimé le traitement des relations entre tous ces personnages (entre Nathalie et sa meilleure amie, entre Nathalie et le suédois… )de très belles relations … et la fin, tellement belle et humaine. bref, je dirai le contraire, c’est un beau film. A voir ou pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>