Histoires

“Sale mec”, entre petites phrases et règlements de compte

Cette petite phrase aurait été prononcée par François Hollande lors d’un déjeuner avec des journalistes hier midi. Ces propos, tenus ou non, ont fait le buzz. Toute la journée, les réactions se sont succédé.

« Sale mec », entre petites phrases et règlements de compteLe Parisien a mis le feu aux poudres

Repris ce matin dans le Parisien, dans un article rédigé par Mathieu Croissandeau, cette expression est devenue la phrase du jour. Mais elle a été sortie de son contexte. En effet, elle a été tenue durant une conversation dans laquelle François Hollande parodiait Nicolas Sarkozy. Comme le rappelait Najat Vallaud-Belkacem dans le 20 minutes, il « imitait Nicolas Sarkozy se présentant face aux Français ».

Fallait-il pour autant les publier ? Encore une fois le Parisien a voulu faire parler de lui. Par exemple, Sylvie-Pierre Brossolette, rédactrice en chef du service de politique intérieure du Point ne se souvient pas d’avoir entendu tels propos. Comme le dit si bien François Hollande : « Ce qui est rapporté doit être clarifié » (BFM TV).

Le problème n’est pas de reprendre une malheureuse petite phrase mais de ne pas trahir le message. Ce travail doit être fait par les journalistes. C’est aussi à eux de donner de la valeur à l’information. Leur rôle n’est pas de produire de l’intox mais de l’information. Cet évènement médiatique montre que certains professionnels utilisent la communication pour faire l’actualité. Cet article se approche plus d’un exercice de communication que d’un point de vue critique sur les dérives des discours politiques.

Encore et toujours des polémiques

La campagne présidentielle française a bien commencé. Si Nicolas Sarkozy ne s’est pas encore déclaré publiquement, chacun sait qu’il y pense en se rasant. Cette nouvelle polémique ne fait pas avancer le débat politique. Le but d’une campagne présidentielle est de proposer un débat d’idée. Chacun amène sa conception de la société pour changer la situation. Les arguments s’opposent et se répondent.

Mais ces débats à bâtons rompus doivent être menés d’une manière intelligente. Plus le temps passe plus le niveau de ces discussions s’abaissent. Les politiques nous montrent un spectacle déplorable. Parfois, on se croirait même dans une cour de récréation.

Des réactions disproportionnées ?

Cette vidéo publiée sur le site web du Figaro rapporte les réactions de quelques élus UMP. Tous se disent outrés de la situation. En les écoutant attentivement, on peut avoir l’impression que François Hollande a commis un crime de lèse-majesté. Ce n’était qu’une parodie. Et le second degré dans tout ça ? Tous s’émeuvent. Ils crient même à l’injure. Chacun amène son grain de sel.

A l’instar de Nadine Morano, certains ont même demandé à François Hollande de s’excuser publiquement. Quant à Christian Estrosi, il considère que l’héritage de François Mitterrand a été bafoué par le candidat PS à la présidentielle.

Mais n’est-ce pas disproportionné ? Au moment où la crise continue à faire des ravages, les hommes et les femmes politiques oublient de remplir leur rôle. Faire autant d’histoires, c’est se moquer des Français. Cette polémique révèle qu’ils sont plus dans la communication que dans l’action.

A Mérignac, François Hollande a dû se justifier

Lors d’un point presse, François Hollande a désamorcé la polémique. « Il y a une manipulation de mes propos. Cette ambiance-là, je ne souhaite pas qu’elle se poursuive. Je placerai le débat à un autre niveau.», a-t-il dit dans le 20 Minutes. Sans pour autant axer son discours sur cet incident, il y est revenu pour s’expliquer. Cette clarification permet de relancer le débat.

Mais cette justification rappelle quand même qu’Hollande lui aussi aime s’attaquer à ses adversaires. En se plaçant dans la peau d’une victime, il ne rassemble pas forcément. Cette maxime occupait l’actualité politique française toute la journée.

Ces dires malheureux rappellent le « casse-toi pauvre con » de Nicolas Sarkozy. Cette phrase choc marquera pourtant les esprits. A terme, elle portera peut-être atteinte à l’image publique et politique de François Hollande.

4 Responses to ““Sale mec”, entre petites phrases et règlements de compte”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>