My Space

La vie rêvée des résolutions ou Manuel à l’usage des Autres.

Le grand moment de l’année est arrivé, celui où tout le monde demande : “Et toi Mely ? Tu sais quelles sont tes résolutions cette année ?”

La vie rêvée des résolutions ou Manuel à l’usage des Autres.Alors, j’ai cette réponse, formidable quand tu n’as pas envie d’avoir d’amis : “Non, j’ai passé beaucoup trop de temps à devenir aussi cool and awesome qu’aujourd’hui… Et puis ce truc là, que les gens attendent comme s’ils n’étaient jamais sortis de leurs vies… Moi je ferai comme d’habitude : je mangerai des sushis et/ou du foie gras en étant très contente de moi, mon verre à la main”. What else ?

Par contre, j’avoue que des listes de souhaits et de résolutions, j’en fais pas mal… Pour les autres, cela va sans dire.

Les filles : (hétéros comme lesbiennes)

- Il faut arrêter le maquillage turquoise. Je suis vraiment désolée de vous dire ça mais il n’y a rien de plus ridicule et vulgaire. Nous ne sommes pas sur un podium et vous n’êtes pas un mannequin polonais. Stop. Dans la vraie vie, le mec qui vous croise comme ça se demande s’il va finir en garde à vue si jamais il vous aborde. (NB : Pour un effet optimal, rajouter des paillettes).

- Le fond de teint est à manier avec légèreté… Et il faut regarder la couleur avant d’acheter le tube/stick/et autre minéral. Non pas que ça me pose problème mais si en fait. Ou alors, faites semblant de ne pas me connaître. (Idem pour le rire/voix/expressions de poufs qui vont avec.).

- Les bottes blanches sont aussi interdites en 2012 (comme en 2011, 2010 etc): j’ai bien tout vérifié dans mon marc de café, tiré les cartes et Karl Lagerfeld m’a insultée en allemand quand je lui ai posé la question via télépathie. Vous n’êtes pas ni Françoise Hardy ni Sylvie Vartan et nous ne fêtons pas le réveillon de l’année 1969. Et à ce jour pas de loi mémorielle concernant cet accoutrement.

- Arrêtez de gueuler sur votre mec dans les centres commerciaux, quand il croise le regard de quelqu’un, il y a un “Sauvez Willy” phosphorescent dans ses mirettes. On le sait que les garçons ne sont pas encore prêts pour l’autonomie. Et en plus on les plaint. Enfin, pas moi bien sûr, je crois à beaucoup de choses, notamment aux victimes consentantes.

- Il faudrait envisager sérieusement à écouter son cul quand il vous dit qu’il a envie d’arrêter le McDo. Je sais que parfois c’est dur mais il faut se faire violence. Dans un couple, ce qui compte, c’est la compréhension.

- Être une femme de tête c’est bien. Se battre dans la jungle masculine et affirmer son girl power, ok, j’aimais bien les Spice Girls avant (d’accord je les aime encore), mais marcher comme un cowboy, fumer cigarette sur le côté, tête sur le côté, bras en angle droit, le regard à priori charmeur ? Même moi si j’étais lesbienne, je n’aurais pas envie de te parler. Alors imagine en tant qu’hétéro ! Il faut arrêter de croire qu’on ressemble à Clint Eastwood en fille, ça n’existe pas. Clint Eastwood ou Matt Dillon ce sont des garçons, pas des lesbiennes.

Les mecs : (hétéros comme homos)

- Toujours prendre une douche et se laver les dents. L’haleine de bouquetin ça va bien quand on rêve qu’on est à Koh Lanta et encore… Parole de fille et de pote homo : tout va bien dans le rendez-vous jusqu’à ce qu’on soit obligé de prétexter une révision de la voiture à 23h46. Si vous n’aviez pas compris maintenant c’est fait.

- Quand une fille vous dit que ça va pas mais qu’elle ne veut pas en parler, ne jamais prendre la télécommande en disant “OK”. Si vous voulez être le “mec génial de Pénélope”, c’est à ce moment que vous dégainez vos bras musclés (ou pas, je suis au courant hein…) par derrière et que vous déployez des bisous dans le cou en susurrant des petits mots (peu importe le sens, on s’en fout, c’est le geste qui compte !). Surtout qu’en général, on n’a rien du tout. C’est juste une invention hormonale.

- Concernant les polygames : je tiens à vous dire, messieurs, qu’il faut réellement songer à virer les sièges des gosses dans le monospace quand on va chercher sa maîtresse. Parce qu’après je suis obligée de vous écouter vous plaindre que votre copine vous largue et que vous ne comprenez pas pourquoi. (Aparté : moi ce que je ne comprends pas c’est pourquoi votre femme ne se barre pas avec le “mec génial de Pénélope”).

- Les complexés : je veux bien que vous vous sentiez obligés de compenser un orteil manquant avec une culture dépassant la norme, et que vous fassiez des phrases avec des mots en six syllabes alors que vous auriez pu choisir l’équivalent en huit lettres… (Laurent Romejko t’avais promis que tu reviendrais pas dans ma tête! Je t’ai déjà dit qu’on avait pas les mêmes sentiments !). Comme je veux bien : continuez, ça me fait bien marrer de voir votre gueule désappointée quand la nana se barre avec un mec qui joue du Ukulélé en fumant des joints.

- Pour les tâches ménagères : ce serait bien que vous engagiez une femme de ménage. Au lieu de faire les choses avec dépit, en râlant “De toute façon c’est jamais bien ce que je fais nananana”: vous vous concentrez sur votre énervement et vous faites la moitié des choses (de façon merdique en plus). Vous n’avez plus quatre ans, soyez un homme : prenez des décisions merde !

- Il faut être conscient de ses limites aussi : si on veut draguer, on évite d’être beauf. Il y a des moyens de remédier à cela : Ryan Gosling, Matt Dillon, James Franco, Robert Pattinson, Gaspard Proust. Moi je ne peux rien pour vous si vous ne faites pas d’effort : je vous refuse sur Facebook et dans la vie.

Les parents :

- Rien à cirer de la couleur du caca et du vomi de votre enfant. Si j’avais envie de savoir, je demanderais. Or il me semble avoir commandé un verre de sangria, pas la relou qui sort pour la première fois depuis son accouchement en 1999. Est ce qu’en soirée je fais le bilan sur mon dernier flux de règles ? Non ? Alors merci d’arrêter de me parler. Même votre gosse est plus fun que vous.

Les enfants :

-Si vous pouviez rester des enfants toute votre vie, comment ça me ferait plaisir… Rien que pour emmerder vos parents. Moi j’avoue, le téléphone de Mickey tous les jours, je me suicide en l’avalant. Alors continuez.

 Les collègues :

- Si vous pouviez changer de lieu de travail, ce serait mon plus beau cadeau.

Ah lala… La vie rêvée des gens… C’est con que ce soit juste un rêve. Sur ce, bon réveillon. P.S. : Détestez-moi, j’adore ça.

(cc) Pink Sherbet Photography

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>