cinoche

The Artist

Je devrais me méfier : à chaque fois qu’un film est couvert de louanges, à coup sûr, je ressors de la projection déçue. “Presse unanime“, “standing ovation à chance séance“… alors, soit je suis complètement passée à côté du film, soit il y a quelque chose qui m’a échappé.

The ArtistOui, le film est esthétiquement très réussi surtout pour ceux qui, comme moi, partage une passion profonde pour les films en noir et blanc.

Oui, les acteurs sont très bons et je salue là leur prestation tant il ne doit pas être facile de faire passer ses sentiments par leur seul fait de mimiques mais le problème dans ce film est qu’il n’y a pas d’histoire ou du moins, une trame aussi fine que du papier à cigarette.

Je vous la résume en une phrase : un acteur phare du muet devient complètement has been à l’apparition du muet qu’il n’a pas su anticiper. Un peu mince, non ?

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L’arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l’oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l’histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l’orgueil et l’argent peuvent être autant d’obstacles à leur histoire d’amour.

One Response to “The Artist”

  • Oui, tu es passé à côté de l’essentiel de ce film : ce n’est pas l’histoire le plus important, mais la manière dont elle a été racontée. En cela, ce film se rapproche beaucoup de la logique américaine du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>