Humeurs

Les bonnes résolutions à l’épreuve de la réalité.

J’ai testé aller à la mairie quand c’est ouvert. Et croyez moi ça n’est pas donné à tout le monde. Combien de fois vous vous êtes dits en passant devant que vous deviez au choix : aller vous inscrire sur les listes électorales / retirer puis déposer un dossier d’inscription à la crèche / renouveler vos papiers d’identité ? Mais voilà, ce n’était jamais aux heures d’ouverture.

Les bonnes résolutions à l’épreuve de la réalité.Vendredi 14h, j’ai décidé d’en profiter. Justement j’ai du temps en ce moment alors c’est le moment de me remettre à voter. Et, en y réfléchissant, ma fille ne serait-elle pas bien mieux entourée de tas d’enfants que seule avec sa nounou et son co-copain toute la journée ? Idéal de développement personnel quand tu nous tiens…

La voie est libre, je suis seule à attendre et je compte 4 personnes derrière des bureaux presque vides qui n’attendent que moi alors ça devrait aller vite. Ça aurait dû en effet. Le souci c’est que 2 de ces bureaux affichaient « fermé » et le 3ème s’apprêtait à partir en pause. J’ai la poisse ? Non, car il en reste un et c’est le bon.

Je présente mes requêtes mais voilà les demandes d’inscription en crèche n’ont exceptionnellement pas lieu aujourd’hui car « le personnel accueillant en charge de renseigner les parents sur les structures d’accueil sont en grève »…pour manque de personnel. Quant à l’inscription sur les listes électorales, elle est possible aujourd’hui mais à partir de 16h30 alors il faudra revenir c’est sûr. C’est Kafka et son château qui doivent bien rigoler là…

Pour ma part, je me raisonne et rebrousse chemin car finalement la prochaine échéance électorale n’est pas si proche. Quant à ma fille elle a tout de même le mode de garde le plus coûteux et le plus confortable qui soit non ? Les classes sont surchargées et je viens d’apprendre qu’on manque de personnel à la petite enfance. Alors pourquoi leur donner encore plus de travail en leur confiant un enfant supplémentaire ? Ce serait absurde.

Maintenant au moins, je peux déculpabiliser un peu : ma fille est super heureuse là où elle est et moi je serai fière d’aller voter après tout ce que j’ai enduré.

(cc) mark sebastian

One Response to “Les bonnes résolutions à l’épreuve de la réalité.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>