Histoires

Je m’appelle…

J’ai toujours eu un rapport particulier avec la nourriture. Je suis gourmette mais pas gourmande, quand je mange mal, je maigris, je mange de tout, mais pas trop. Je crois l’avoir déjà dit dans un de mes articles, mais je le redis encore : j’ai été élevée avec la règle du « tu goûtes, et après on te dira ce que c’est », mais on ne m’a jamais forcé à manger. Jamais.

Je m’appelle…Parce qu’il est impossible de me faire manger ce dont je n’ai pas envie. J’ai parlé de ça il y a peu aec mes nouveaux voisins, qui ont une fille sourde. Ca fait plusieurs mois qu’elle me cherche un nom en Langue des Signes Française (LSF), mais elle n’arrive pas à m’en trouver. Et puis, je leur ai raconté l’histoire de mon enfance préférée de mon père, qu’il raconte à chaque repas de famille.

J’étais en maternelle. Durant toute mon enfance avant cette année fatidique, j’avais mangé à la maison avec des produits frais, une bonne nourriture saine que j’aimais beaucoup et à laquelle je m’étais habituée. Et un jour, mes parents ne pouvant plus être là à midi pour nous faire à manger à moi et à mon frère, ils décidèrent de m’inscrire à la cantine.

Je crois que j’ai refusé de terminer mes repas pendant plusieurs semaines, ne voulant pas manger ce que je n’aimais pas. Et au bout de ces semaines, une adulte s’est mise en tête de me forcer à manger. Pourtant j’étais une enfant sage, je ne mangeais juste pas à la cantine, mais elle a vraiment voulu me forcer. Alors j’ai mangé. Ce jour là, c’était mon papa qui me ramenait de l’école, et il m’attendait à la sortie pour rentrer à la maison. Il s’est approché, et comme à chaque fois qu’il venait me chercher, m’a dit « Bonjour ma chérie ! ».

A ce moment là, j’ai craché une espèce de boulette infâme dans ma main et j’ai dit « Bonjour papa ! ».  La boulette infâme, c’était mon repas du midi, que j’avais soigneusement gardé pendant toute l’après midi dans ma bouche, et non, comme le croyait la dame qui voulait me forcer à manger, englouti dans mon estomac.

Cette histoire fait toujours rire les gens à qui mon père ou moi, la racontons. Et c’est grâce à cette histoire que j’ai reçu mon nom en LSF.

(cc) kevindooley

7 Responses to “Je m’appelle…”

  • J’ai fait exactement la même chose en maternelle ! Je n’ai jamais aimé la viande. Et à la cantine, une fois, une des “dames” m’a forcé à manger un bout de saucisse. Résultat, quand j’ai franchi la grille de l’école à 16h30, j’ai recraché ce morceau de viande que j’ai gardé dans la bouche toute l’après-midi. Mes parents ont halluciné. Avec du recul je me dis que garder ça dans la bouche aussi longtemps c’est pire que de l’avaler une bonne fois pour toute, mais quand on ne veut pas, on ne veut pas, point.

  • Hah Plipli, coupine! Je me croyais la seule a être aussi bornée :) Personne ne m’avait encore dit qu’il lui était arrivé la meme chose, je ne suis donc pas la seule warrior de la bouffe!

  • @Tevouille : après on va dire qu’on est têtue…C’est juste que quand on aime pas, on ne peut pas se “forcer”, même pour faire plaisir, faire honneur au plat, c’est comme ça. Heureuse de lire également que je ne suis pas la seule a avoir gardé de la nourriture des heures en bouche pour la cracher à la sortie de l’école ! Mes parents aussi aiment assez raconter ça à leurs amis…

  • @Plipli, toi aussi tu t’es tapé la honte de ta vie quand cert

  • Pardon, je reprends.
    @Plipli, toi aussi tu t’es tapé la honte de ta vie quand certains t’ont dit “ah, t’avales pas…” ? Parce que moi, perso, oui.

  • @Tevouille : étrangement, on ne me l’a jamais faite celle là ^^

  • @Plipli, je suis entourée d’une bande de gens sales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>