Back Room

Dis ! Madame, c’est quoi le féminisme ?

Le 8 mars, j’en parle encore, Journée Internationale de la Femme. Avec cette journée, on ne peut ignorer les féministes. Qui sont-elles ? Il n’y a pas de définition de la vraie féministe, chacune d’entre nous l’est à sa manière, chacune d’entre nous a ses convictions… Les hommes aussi peuvent être féministes, après tout ce sont des femmes comme les autres !

Mes modèles préférés sont celles-ci :

Dis ! Madame, c’est quoi le féminisme ?- V. Solanas
- C. Corringer
- S. de Beauvoir
- A. Giard
- M. Beatty
- Ovidie
- V. Despentes
- A. Sprinkles
- Simone Veil
- … et j’en passe.

Et vous ? Quelle féministe êtes-vous ?

(cc) natashalcd

9 Responses to “Dis ! Madame, c’est quoi le féminisme ?”

  • Solanas, un modèle? Vraiment? Je trouve plutôt que défendu par elle, le féminisme n’a pas besoin d’ennemis.

  • A cause de ça: http://1libertaire.free.fr/fem-scum.html

    En fait, je trouve étonnant que son nom soit associé à celui des autres féministes de la liste. Valérie Solanas et Simone de Beauvoir n’ont, à mon sens, pas grand chose de commun.
    Solanas n’est pas féministe, mais misandre; ce qui n’est pas du tout la même chose (bien que l’on confonde trop souvent les deux)

    Voilà :)

  • Purée. En voilà une personnalité des plus désaxées. En tout cas, pour le peu que j’ai lu de ce SCUM Manifesto, c’est brillamment écrit. Je me demande si la lecture de Mein Kampf me ferait le même effet…

  • @alleluia : Je suis assez d’accord avec ce que tu dis. Mais l’un n’empêche pas l’autre, on peut aimer certains éléments chez de Beauvoir et Solanas sans pour autant rentrer dans une schéma de comparaison. Je crois que ce qui me plait chez Solanas c’est bel et bien sa folie et sa conviction. J’aurais dû évoquer les femmes plutôt que les féministes.

    @Rose H. : Ah bah elle a tiré sur Wharol… donc bon.

  • @pheno : Bah elle a pas fait que tirer sur lui, elle l’a harcelé une bonne partie de sa vie, lui n’a jamais porté plainte… Longue histoire, encore une fois, personne n’en parle de ça ! En tout cas, je suis fascinée.

  • @Rose H : En fait, c’est plus dans le genre du marteau des sorcières, alias le livre le plus misogyne de l’histoire de l’imprimerie; la différence, c’est que celui-ci fut malheureusement pris au sérieux en son temps, contrairement au SCUM Manifesto.
    (D’où mon étonnement de voir son auteure citée ici).

    Je pense qu’il y a une part (même infime) de “Solanas” chez beaucoup de féministes et cela me gêne profondément.
    D’ailleurs, je suis certain que sans cela, beaucoup plus d’hommes adhéreraient au féminisme (ou à l’antisexisme).

  • Je ne suis pas contre l’idée que les hommes soient féministes, du tout, mais je ne comprends pas qu’on puisse y penser alors que tant de femmes aujourd’hui perçoivent encore le féminisme comme une utopie ou une tare… Il faudrait d’abord s’inquiéter de cela avant de se poser la question de savoir si oui ou non plus d’hommes devraient adhérer au féminisme. Ca fait plus de sens.

  • @Rose H: Pour que le sexisme cesse, il faut que tout le monde s’y mette.

    Pourquoi beaucoup de femmes ne se reconnaissent elles pas dans le féminisme alors qu’il s’agit de les défendre ?

    Je pense que le féminisme idéologique est biaisé dans le fondement de ses revendications: la domination masculine.
    Pour le féminisme, l’Histoire se résume par la domination des hommes sur les femmes.
    Sauf que c’est beaucoup trop simpliste pour être exacte.

    Les femmes ont joué un rôle bien plus important dans l’Histoire que ce que l’on dit (parce qu’on se réfère beaucoup au XIXe et début XXe siècles, qui furent plus inégalitaires que les précédents); à titre d’exemple, le plus grand monarque britannique fut une femme: Elizabeth I; même en France, Anne d’Autriche gouverna de façon quasi absolue pendant près de 8 ans (plus que Giscard) et des femmes administraient des domaines considérables.

    De même qu’aujourd’hui, si les statistiques montrent que des inégalités persistent, les femmes ne les perçoivent pas toujours dans leur quotidien. Un exemple pour illustrer mes propos: j’ai passé la soirée avec une vingtaine de personnes, moitié hommes-moitié femmes; il était impossible de déceler une domination masculine comme cela aurait été le cas il y a 50 ans. Vous vous sentez dominées vous? Moi je ne me sens pas dominant (et je ne le suis pas du tout, je vous l’assure)

    Tout ça pour dire que je ne pense pas que ce soient les hommes qui dominent mais les valeurs viriles (pas masculines; viriles).

    Or, le féminisme ne conteste pas cette domination des valeurs viriles (je parle du féminisme en tant qu’idéologie, pas en tant que revendication, car dans ce cadre, il est plus pragmatique).

    J’écoutais une conférence de Françoise Héritier hier, et ce qui m’a frappé c’est que tout son discours tendait à démontrer que les femmes peuvent être aussi viriles (voir plus) que les hommes. De même que lorsqu’on encense Anne Lauvergeon parce qu’elle a pu mener deux grossesses en continuant son travail (de très haut niveau) ou lorsqu’on félicite une femme parce qu’elle est devenue pilote de chasse, c’est toujours la virilité féminine qui est mise en avant. Au lieu de critiquer la domination des valeurs viriles, le féminisme idéologique les encense!

    Or, je pense que beaucoup de femmes ne sont pas prêtes à adopter ces valeurs viriles et donc ne se reconnaissent pas dans le féminisme idéologique;

    (D’ailleurs, beaucoup d’hommes les rejettent et sont donc perçus comme faibles; les critiques récurrentes sur ce site envers les hommes “trop gentils”, de la part de femmes sont, à mon sens, une preuve de cette domination des valeurs viriles).

    [ps: ceci n'est que mon avis alors siouplait, tapez pas! :) ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>