My Space

“Putains de salopes de lesbiennes de merde”

Alors qu’il y a une semaine j’écrivais un compte-rendu sur l’ouvrage “Les Lesbiennes” de Stéphanie Arc, une semaine avant j’entendais l’insulte en titre lors d’une sortie dans un milieu dit “ouvert d’esprit” parce que j’étais en compagnie d’une femme.

« Putains de salopes de lesbiennes de merde »Pour re-situer la scène, j’étais donc en compagnie de cette jeune femme au look androgyne, ce que nous faisions à ce moment précis était largement explicite quant à la nature de notre “relation éphémère”. Nous étions toutes les deux entourées de plein de monde puisque la salle était pleine et des scènes bien plus explicites se déroulaient autour de nous (non nous n’étions pas en soirée libertine, bien que ce genre de pratiques soit accepté dans ce genre de soirées).

La nature des relations que j’ai l’habitude d’entretenir avec cette fille n’a aucune importance. Ce soir-là, elle est venue vers moi à un moment de la soirée, nous avons discuté, nous nous sommes embrassées et nous sommes allées plus loin. Nous vivions ce moment intime ensemble sans se soucier de ce qui pouvait se passer autour, jusqu’au moment où j’ai ouvert un peu plus les yeux, parce que je sentais des mains me toucher chacune des épaules.

Je tournais la tête à gauche, un homme me tendait la bouche comme si je lui devais bien ça en tant que dépravée qui se tape une femme. Je le regardais, l’air interloqué et le repoussais. Ce n’est pas parce que je suis bisexuelle, voire même pansexuelle,  que je suis prête à me taper n’importe quel nigaud qui me présentera sa bouche ou sa queue. Si j’avais eu envie d’un mec à ce moment-là, je n’aurais pas eu une femme dans les bras. Il retentait le coup une seconde fois, un “NON” autoritaire sorti de ma bouche. Il comprit le message et s’en alla.

Maintenant il fallait que je m’occupe de la main qui pelotait mon autre épaule. Et je voyais là un gros lourd qui avait déjà essayé d’entamer une conversation avec moi plus tôt dans la soirée, mais que j’avais vite évincé. Je retirai gentiment sa main de mon épaule en lui faisant signe de ne pas se mêler de ce qu’il se passait. Je retournais à ma compagne du moment quand la main revint sur mon épaule. Ça commençait à faire beaucoup. J’enlevais la main et repoussais l’homme en question un peu plus fortement avec le regard noir.

Caressant à nouveau ma douce et essayant de ne plus m’occuper de ce qui se passait autour de nous, la main revenait à mon épaule et commençait à descendre sur mon bras. Cette fois-ci c’en était trop. J’enlevais la main et poussais ce gros lourd violemment en lui expliquant rapidement qu’il était hors de question qu’il intervienne dans notre duo que je voulais exclusivement féminin. Il se rapprochait à nouveau, l’air de dire “ça va tu roules bien des pelles à une fille, tu vas pas faire ta fine bouche avec un mec en plus”. Cette fois-là je le repoussais des deux mains sans rien lui dire à part “DEGAGE !”

Ce fut à cet instant que l’insulte homophobe sortit de sa bouche et qu’il s’éloigna. Je lui lançais une invective l’invitant à revenir me dire cette insulte droit dans les yeux. Il ne revint pas évidemment.

J’en reste encore très marquée mais point blessée. Les mentalités même dans les milieux les plus ouverts n’ont toujours pas évolué. L’hypocrisie règne encore. Certains hommes croient encore que la sexualité se résume à un rapport hétéronormé et que les femmes ne peuvent pas se passer de leur phallus. Certains diront que cette scène n’avait pour but que d’exciter une horde d’hommes et moi j’affirme qu’il n’est point besoin d’une scène “lesbienne” pour exciter des hommes, il existe des moyens beaucoup plus simples que cela.

Lorsque nous sommes entre femmes, sachez messieurs, que nous n’avons pas besoin de vous, mais alors vraiment pas. Et pour rajouter une couche, chaque femme passée dans mon lit m’a fait jouir, ce qui est loin d’être le cas de tous les hommes avec qui j’ai eu des rapports sexuels.

Cet argument ne fait pas pour autant de moi une lesbienne puisque j’aurais trop de mal à me passer des hommes. Il est temps de se réveiller et d’accepter que le sexe fort n’est peut-être pas celui que l’on croit. A bon entendeur…

(cc) bluemacgirl

7 Responses to ““Putains de salopes de lesbiennes de merde””

  • Avatar of
    Mademoiselle H

    C’est pour cela qu’il vaut mieux se rendre dans des soirées lesbiennes et non mixtes ! pour en avoir tenté les deux, je peux t’assurer que la première et dix fois mieux et plus respectueuses

    merci pour ton article

  • C’est vraiment parce que je suis absolument non-violente, mais ce genre de situation me donne envie de les émasculer sans aucune autre forme de procès.

    @Mademoiselle H : C’est quand même triste d’avoir à ne se retrouver qu’entre filles pour avoir la paix ; il faut vraiment que les hommes comprennent qu’ils ne nous sont pas indispensables, comme nous pouvons ne pas leur être indispensables !

  • @Mademoiselle H : j’ai testé les deux aussi. J’apprécie les deux puisque je suis bisexuelle. Là c’est juste que j’étais avec une fille dans un milieu majoritairement hétéro. C’est marrant de constater quand-même que ce sont des mecs qui sont venus nous “emmerder”, dans ce genre de soirées il y a d’autres filles attirées par les filles et pourtant elles ne réfléchissent pas avec leur vagin.

    @Rose H. : Je suis non-violente, je déteste ça aussi, mais ma main a failli partir violemment. Un imbécile de plus c’est tout ce que c’est.

  • Arg le cliché de la femme qui emballe une autre femme devant des hommes est forcement candidate au gang bang a toujours la vie dure. Et c’est lourd, très très lourd.
    Tiens regarde on va jouer à un jeu, la prochaine fois que je vois deux bombes gays en train de s’emballer je viendrai mettre ma bouche sous leur nez pour réclamer mon du. Comment ça je rêve ? comment ça c’est indécent ? comment ça je n’ai aucune chance ? Salauds de PD tiens ;)
    Non blague à part je suis désolée de devoir encore lire ce genre de chose. J’ai toujours l’impression que les mentalités avancent et qu’on arrête de foutre des étiquettes racistes sur la sexualité d’autrui. et tu sais quoi ? ça me fou mal au cœur de me tromper…

  • C’est comme si, dans les rencontres œcuméniques, on me traitait de connasse de papiste…
    *C’était la minute Mercredi des Cendres du jour*
    Je me dis tout de même que, dans la mesure où on évolue dans un milieu où nous partageons les mêmes convictions, mais que nous n’avons pas la même manière d’exprimer notre conviction, il faut toujours s’attendre à ce que deux-trois connards viennent te prouver qu’ils ont raison. C’est blessant, mais c’est ce qui prouve aussi que vivre en société n’est pas une chose facile.
    Maintenant, ma chérie, je sais que tu as assez de recul pour te dire que tous les hommes ne pensent pas qu’à te sauter une fois qu’ils te voient en train d’embrasser une fille. Malheureusement, ce genre de choses n’est pas applicable qu’à la sexualité, comme le prouve ma petite explication du début…

  • Tu m’as fait découvrir un terme nouveau et merci !! Pansexuelle.
    C’est bête mais c’est comme ça, nommer les choses les rends plus vrai, on peut plus facilement les admettre.
    Merci, c’est agréable de pouvoir exprimer son point de vue sans trop de long discours!

    Pour ton article, c’est révoltant, je suis d’accord. Je ne trouve pas les mots pour dire à quel point ça me dégoute.

  • @magadit : j’ai eu cette image qui m’a traversé l’esprit : aller foutre ma langue là où je n’ai rien à y faire.

    @Storia : effectivement, je ne m’arrête pas à un ou deux imbéciles mais le fantasme de deux filles ensemble reste toujours très présents dans les esprits masculins. Ce n’est ni un tort, ni un reproche, mais un “Je peux me joindre à vous ?” aurait été mieux perçu de ma part, la réponse n’aurait pas changé bien évidemment.

    @zout alors : la pansexualité est ce qui me correspond le plus (on a toujours ce défaut de vouloir mettre les gens dans des cases, je n’y échappe pas). Mais le terme reste large dans sa définition.

    Pour le reste, oui révoltant et violent verbalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>