cinoche

The Black Swan : indispensable

La semaine dernière j’ai eu l’occasion de faire partie des quelques chanceux spectateurs de l’avant première de The Black Swan au Grand Rex…. Je cherche encore les mots, qui puissent vaguement décrire la poésie angoissante d’une douce descente au enfer de satin rose, pour l’instant je n’en ai trouvé qu’un seul : DEMENT.

The Black Swan : indispensableVous suivez l’ascension d’une danseuse étoile trop sage (Natalie Portman), de la chute d’un vieux signe (Wynona Rider), animées par les apparitions d’un esprit libre (Mila Kunis) et d’un ange déchu manipulateur (Vincent Cassel), le tout hanté par la musique de Tchaikovski et des scènes de ballet digne du Bolchoi.

Ces 4 personnages se désirent et se haïssent, se croisent et se décroisent dans un quatuor étrange dont la première danseuse est l’esprit consumé de perfection et de désir de Nina (Nathalie Portman).

A cela s’ajoute une réalisation vitaminée, un jeu d’acteurs brillant, de la sueur et du sang sur de féeriques tutus blancs… J’en suis restée la bouche ouverte, mes voisines de salle en ont pleuré, nous avons sursauté et ri, bref un concentré d’émotions puissantes nous a réveillé en cette soirée d’hiver glacial.

Entre Tim Burton ou les frères Grimm, loin des contes trop sucrés de Walt Disney, si vous allez voir ce film vous retrouverez les histoires de vos grands-parents contre lesquels nos petites veilleuses en forme de dauphin ont lutté des nuits entières. En résumé c’est un chef d’oeuvre qui oscille entre réalité et fantasme et qu’il faut absolument aller voir, vous ne vous ennuierez pas c’est promis….

5 Responses to “The Black Swan : indispensable”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>