Back Room

Ni putes, Ni soumise mais pas en jupe

Aujourd’hui, comme vous le savez, c’est la 25ème journée internationale de la lutte contre la violence faite aux femmes. Il fallait donc porter une jupe pour soutenir cette cause et le collectif Ni Putes Ni Soumises dirigé par Sihem Habchi. Avant elle, c’était la fameuse Fadela Amara qui présidait cette association fondée en 2003. La violence faite aux femmes est même devenue cause nationale en 2010.

Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son mari. Évidemment, il faut combattre ce fléau mais porter une jupe ce jour-là ne suffira pas. Cette lutte est de tous les instants. Elle doit être suivie par tous et toutes que l’on soit ou non féministes, là n’est pas la question.

Peut-être qu’il faut faire des lois qui reconnaissent mieux les victimes et les protègent des récidivistes. Le plus choquant dans l’histoire reste que les violences sont souvent perpétrées par un mari, un conjoint donc une personne de son entourage proche. La violence provient souvent du cocon familial et non de l’extérieur. Mais comment protéger une femme des coups de son mari ? Elle se sent à tort coupable. Elle est victime et non coupable. Personne ne mérite un tel traitement. Son mari se comporte lui en bourreau. Les bourreaux ne doivent plus nuire. Mais peut-on prévenir la violence ? Oui je le pense.

La violence ne commence pas par les coups mais par les mots. Les mots deviennent des maux. Un mot plus haut que l’autre, un peu agressif et désobligeant et le processus est lancé. Les mots comptent. Même une remarque qui paraît anodine ne l’est pas tant que ça. Il ne faut donc pas laisser le processus se mettre en place. Mais c’est toujours plus facile à dire qu’à faire. Dans ces cas-là, il faut lutter contre la peur qui nous ronge pour rompre la loi du silence. Parler semble le seul remède pour ne pas sombrer. Se confier, le seul moyen pour se protéger et empêcher votre bourreau de continuer à nuire.

Porter, une jupe oui mais quand je le veux. Après tout nos mères se sont battues pour porter un pantalon à l’école. Imposer le port de la jupe pour lutter n’est pas la solution. Je ne suis pas une pute, je ne suis pas non plus soumise et c’est pourquoi je n’ai pas porté de jupe. Je préfère en porter quand je le souhaite. Et puis il faisait trop froid. Mais pour autant cela ne m’empêche pas de lutter à ma façon en m’élevant parfois contre les injustices et de défendre mes droits quand il le faut quitte à parfois être considérée par certains comme une féministe réactionnaire.

Le féminisme n’est pas mort. Je pense juste qu’il faut lui redonner un nouveau souffle pour que le combat ne soit pas contre productif. Ni putes, ni soumises mais pas en jupe.

(cc) PPCC Antifa

3 Responses to “Ni putes, Ni soumise mais pas en jupe”

  • Je pense que le souci n’est pas de prendre la jupe comme un diktat de la part de Ni Putes Ni Soumises mais plutôt un moyen d’illustrer un problème de société. Même si la violence peut venir de son propre foyer comme tu l’expliques, elle peut être aussi extérieure. Aussi, je pense que dans l’idée de porter la jupe, il y a l’idée de la porter sans se faire traiter de “pute”. Voilà, à mon sens, pourquoi cela s’appelle “la journée de la jupe”.

  • Moi-même, j’ai porté une jupe hier. Et avec des leggings, faut pas déconner. Mais il fallait comprendre cette action comme l’affichage de certains féministes hardcore à la Lola Lafon : “Mon corps m’appartient dans la rue à n’importe quelle heure.” (en substance)

  • @ Lou Oui ben sûr je sais bien . que dans certains quartiers il n’est pas bon de porter des jupes et c’est pas normal qu’une femme qui porte une jupe se fasse traiter de pute et de salope après je comprends la démarche mais ça change pas le fond du problème. Le fond de l’affire à mon sens que certains mecs suremnt pas très bien éduqué au passage se permettent de dire seschoses là. Evidemment porter une jupe c’était un moyen de résister à ce problème ou au moins de pointer du doigt cette injustice. Mais c’est un peu comme la journée de la femme, le problème se voit au quotidien et non pas une seule journée donc en gros il faudrait faire ces genre de manifestation plus souvent et non pas juste pour une journée particulière dans l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>