Back Room

Les Paraphilies les plus étranges #2

Comme vous le savez, je me suis lancée il y a quelques temps dans l’explication des fantasmes et paraphilies les plus étranges ou originales (je ne voudrais surtout stigmatiser aucune communauté). D’ailleurs, à cet effet, je me permets de vous rappeler qu’Agnès Giard a publié une nouvelle édition plus complète de son livre “Le Sexe Bizarre“.

Les Paraphilies les plus étranges #2

Mon dernier article sur le sujet parlait des paraphilies étranges, mais aujourd’hui, je vais vous compter les paraphilies les plus morbides.

Nous commencerons donc par la base qui est la nécrophilie, que beaucoup d’entre nous connaissent de loin notamment dans les multiples séries qui traitent des crimes sexuels.  Le nécrophile aime donc entreprendre un acte sexuel avec des cadavres. En découle le nécrosadisme qui est l’acte de mutiler une personne décédée. Le sergent Bertrand, nécrophile avéré, déclara en 1840 : “Je ne me serais jamais exposé à violer un cadavre, si je n’eusse pu le détruire après“(Source : Dictionnaire des fantasmes, des perversions et autres pratique de l’Amour).

Dans le vif du sujet, nous avons le nécrobestialisme qui est l’acte d’éprouver une excitation sexuelle dans l’utilisation d’animaux morts. Petite anecdote croustillante trouvée dans le Dictionnaire des Fantasmes, Perversions et autres pratiques de l’amour (aux Editions Blanche) : “Les pêcheurs du golfe arabique pénètrent souvent les veaux marins inanimés qu’ils ramènent dans leurs filets : une croyance veut que s’ils ne le font pas, le frère de l’animal les attirera vers le fonds de la mer…“. Donc faites attention à ce que vous mangez !

Pas tout à fait dans le même registre, nous avons la phobophilie qui est une excitation sexuelle générée par la peur, la crainte. Chacun son truc, personnellement regarder l’Exorciste ne me fait pas vraiment mouiller mon string. Moins morbide, mais rappelant que nous ne sommes pas immortel, on trouve aussi la gérontophilie qui est le fait d’aimer avoir des rapports sexuels avec des personnes beaucoup plus âgées.

Plus dangereux et provoquant des morts chaque année, l’asphyxie érotique ou encore asphyxiophilie n’est pas une pratique à prendre à la légère. Cette pratique consiste à priver d’air son partenaire par strangulation (par exemple). Appréciée, parce qu’elle provoque une état euphorique dû à une augmentation du taux d’adrénaline.

Dans un autre genre, il existe la taphéphilie qui est l’excitation sexuelle due au fait d’être enterré vivant. Vivement déconseillé pour les claustrophobes. Ensuite, nous trouvons la biastophilie qui n’est autre que la paraphilie des violeurs. Elle se manifeste donc dans le fait ne pouvoir éprouver une excitation sexuelle qu’en agressant ou violant une personne non consentante. Moins violent, mais troublant tout de même, la dacryphilie est l’excitation sexuelle ressentie par le fait de voir son partenaire sexuel pleurer.

Dans le registre des mutilations, nous avons l’acrotomophilie et l’apotemnophilie. La première est le fait d’avoir une excitation sexuelle provoquée par un partenaire ayant un membre amputé et la seconde réside dans le fait de se faire amputer.

Par ailleurs, l’érotophonophilie est la paraphilie qui tourne autour de l’attirance sexuelle provoquée pour les tueurs en série, allant même jusqu’à être excité par le meurtre d’une personne non consentante. La dernière que j’ai déjà citée dans un autre article est la schoïnopentaxophilie est donc l’attirance pour les cordes de pendus.

Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit de cauchemars.

 (cc) penguincakes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>