Humeurs

De la culture comme arme…

(… Je voulais ajouter “de destruction massive” mais je pense que le titre est assez parlant comme ça, n’en rajoutons pas, ce que je suis en train de faire.)

Dans le cercle étudiant dont je fais partie, je remarque qu’on brandit la culture sur tous les fronts. Certains en ont une vision pure et noble, d’autres s’en foutent, et d’autres encore n’en ont pas. Mais aujourd’hui la culture s’affiche comme élément essentiel de notre société (oui j’adore les poncifs.) Néanmoins quoi qu’on en dise elle est utilisée comme une arme multi-usages.

De la culture comme arme…Pour se sentir supérieur : ” Ah oui, d’ailleurs j’ai lu le dernier .. ” Non mais tu ne connais pas ce petit groupe de Liverpool qui fait fureur en ce moment”. Quoi de plus exaltant que de sentir son interlocuteur désarmé face à vous ? Avoir l’impression de posséder une plus grande culture que lui ( je ne m’étendrai pas sur la toute relativité de ce qu’on entend par culture, je n’en ai tout simplement pas la capacité.) L’étendue de vos connaissances sans limites vous donne l’impression de dominer. Parler de votre immense savoir concernant la vie de cet obscure cinéaste argentin fou à un néophyte vous place dans une situation de supériorité absolue.

Pour draguer : Vous avez plus de chance d’impressionner si vous savez exposer toute votre culture. Un homme qui partage le même bagage culturel que vous se sentira plus proche, sur la même wave-tu-vois-quoi (du moins c’est ce qu’ils disent dans Girl). De même, un charmant jeune homme qui te sort entre deux mojitos que ce qui le passionne c’est la littérature haïtienne va paraître beaucoup plus attractif et gagner en charisme, c’est si original ! ( et ça c’est moi qui le dis, par contre il se peut, s’il ne me rappelle pas, que j’édite cet article pour dire qu’en réalité c’est suspect et dangereux. )

Pour se rassurer : Vous ne savez pas chanter, pas cuisiner, pas danser et vous n’avez même pas les capacités vous permettant de dessiner un chat. Mais qu’importe vous allez à toutes les expos parisiennes et en connaissez un rayon sur Monet. Et franchement c’est plus important que de savoir comment faire une tarte aux pommes. Avoir soif de savoir exclut et renvoie les autres passions au placard, considérées comme moins nobles, à la portée de tous. Étendre votre culture vous permet de ne pas sombrer dans la déprime consistant à se répéter “je suis nulllleee bouhbouh”. Si ce grand brun vous a larguée, si votre patron vous déteste c’est pour la seule et unique raison que ce sont des cons incultes qui préfèrent regarder un match de foot. (et ça même si le grand brun est bac+10 en histoire de l’art…)

Pour se la péter tout simplement : Ce qui est bien c’est qu’il n’y a pas besoin de lire 15 livres par semaine, visionner 3 films par jour et apprendre l’encyclopédie par cœur pour se sentir cultivée.  Qu’on trouvera toujours quelqu’un à impressionner… et on trouvera toujours quelqu’un pour nous impressionner (oui, c’est bien la conclusion la plus nulle de l’histoire de Ladies Room.)

C’était Stiletto en partenariat avec un courant d’air.

(cc) Valentina_A

3 Responses to “De la culture comme arme…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>