Back Room

Le Dieu Teub.

Je ne sais pas exactement pourquoi les Ladies m’ont pour la première fois envoyé un livre qui avait un rapport direct au sexe (l’article est ), mais apparemment, quelque chose se dégage de moi, un truc qui fait dire aux gens que hey, je suis épanouie sexuellement.

Le Dieu Teub.C’est vrai que de ce côté-là je n’ai pas à me plaindre. Je suis très loin d’être une Samantha de Sex and the City, mais je suis aussi loin des clichés de la jeune fille à papa qui attend trois semaines avant de s’offrir une partie de jambes en l’air médiocre avec son copain parce qu’elle pense que c’est mieux d’attendre pour respecter son corps et blablabla.

Non. Mon vagin n’est pas une offrande au Dieu Braquemart. Non. Je ne suis pas de celles qui donnent une importance significative au sexe. Je pense que le sexe est un jeu. Je ne pense pas que le sexe soit une communion sacrée entre deux êtres parfaitement sur la même longueur d’onde. Et à plusieurs occasions j’ai eu des expériences qui me l’ont prouvé. Je vous raconte, accrochez vos ceintures.

Ce n’est un secret pour personne, j’ai eu des plans cul. Plein. Enfin, beaucoup pour la plupart des filles qui offrent leur petite fleur à la divinité Matraque. L’un d’entre eux s’appelle A. Et A, c’est le stéréotype du mec qui m’énerve. Le stéréotype du mec qui vit dans la proche banlieue parisienne en prétendant que c’est parce que c’est moins cher mais c’est tout simplement parce que le quartier est devenu super branché, le mec qui a une mèche sur le côté, le mec qui se demande pourquoi autant de gens hésitent avant d’acheter un iPhone alors que lui se paye ce dont il a envie dans la seconde parce qu’il a du fric à dépenser à gogo. C’est le mec qui a une tonne de plans cul et qui dit qu’il assume alors qu’il a une meuf depuis presque un an et qu’il ne la quittera pas même s’il ne l’aime pas. C’est le mec qui dit qu’il n’aime pas les Champs Elysées parce qu’il trouve qu’il y a trop de touristes là bas et qui va deux rues plus loin pour se fournir chez The Kooples.

Bref c’est le mec qui m’exaspère au plus haut point. Celui avec lequel je ne peux pas vraiment avoir de conversation, celui que je ne peux pas blairer. Et surtout le seul mec que je connaisse qui me donne envie de le frapper et de le baiser sauvagement en même temps.

Quand je l’ai rencontré, je n’avais aucune envie de lui sauter dessus. Mais c’est arrivé. Et j’ai été surprise par tout le plaisir qu’il a pu me procurer alors qu’il est tellement hypocondriaque qu’avec lui le sexe oral est prescrit avant d’avoir passé un test HIV. Ses doigts entre mes cuisses, nos sexes qui se frottent à travers nos vêtements, et puis sa façon de me pénétrer, lente, puis rapide, contrôlant ses mouvements, c’était tout simplement délicieux. Il m’a confirmé plus tard que le plaisir était partagé. C’est un des seuls mecs avec lequel j’ai partagé un orgasme simultané. Je ne m’étale pas sur le sujet, le sexe était bon. Très bon. Il était même excellent.

Et puis plus tard j’ai rencontré R. R, c’est le stéréotype du mec avec qui on a envie de se marier. Un bon travail, un bel appartement en banlieue parisienne (ouais lui aussi), beau gosse, s’habille bien, de bons potes, de bonnes relations avec sa famille, bref, une perle. On a commencé une relation stable, et puis un jour il a bien fallu qu’on se retrouve au lit ensemble. Et c’était, disons, épique. Je ne dirais pas que c’était mauvais, hein, attention. C’était juste épique. Bon, déjà, le fait que la taille de sa divinité (oui j’aime bien cette image, laissez-la moi je la garde) ne dépasse pas celle d’un pouce n’a pas aidé des masses, même si on peut très bien s’en sortir avec un micropénis, je n’en doute pas, mais aussi, au lit, il ne me laissait pas lui donner du plaisir. Il se laissait désarmer par ma sensualité, et en résumé, il débandait parce que j’étais trop bandante. C’était donc globalement mauvais. Très mauvais. C’était tout ce que je voulais éviter dans une relation sexuelle : devoir me laisser faire et m’allonger sur le lit en étoile de mer.

Alors non. Je ne suis pas en train de vous resservir le sujet déjà abordé un million de fois du « le sexe c’est bien, à deux c’est mieux » ou un truc vaguement du genre, je suis juste en train de dire qu’il faut démystifier les relations sexuelles. Pour justement pouvoir en profiter pleinement. Je n’ai rien contre le fait que des femmes respectent tellement le sexe qu’elles en font une étape cruciale dans la vie d’un couple, ou la survie, appelez ça comme vous le voudrez, mais je pense aussi que certaines personnes y accordent tellement d’importance que le sexe en devient une épreuve et non plus un plaisir. Et c’est ça que je veux pointer du doigt.

Alors amusez-vous, bordel. Parce que oui, il est possible de prendre beaucoup de plaisir avec quelqu’un sans en faire toute une montagne, mais il est aussi possible de faire toute une montagne d’une simple partie de jambes en l’air ce qui la rend mauvaise voire médiocre.

(cc)  by Janine

7 Responses to “Le Dieu Teub.”

  • Et vive les divinités qui savent vivre!

  • Ah ouais, j’oubliais que dans le bouddhisme hindouiste y’avait vraiment un dieu Teub. Et une déesse Minou, bien entendu.

  • Là encore, j’ai vécu la même chose ! J’ai eu envie de frapper un homme pendant 6 mois, puis il m’a été sympathique et maintenant, j’ai juste envie de me le taper. Pourtant, il a tout pour m’énerver ! Maniaque, arrogant et je sais tout !
    Il m’énerve….mais qu’est ce qu’il m’excite….

  • J’avais un plan cul dans ma classe, pendant ma licence… Quelque chose de très rare mais toujours sauvage. On n’avait rien à se dire, on ne se saluait même pas. Mais au pieu, on s’accordait comme je me suis rarement accordée avec quelqu’un… Il avait aussi le don d’à la fois m’énerver et m’exciter. Ce qui a priori était similaire…. Souvenirs!!!

  • @Valsixaum Oh Yeah! Les plans cul universitaires restent un très bon souvenir pour moi. Même si la plupart ne m’énervaient pas. M’enfin, on ne peut pas tout avoir :D

  • Je confirme.
    Personnellement, mes meilleurs plans culs étaient les plus spontanés. Il y en a qui en font tout un plat, mais je me suis toujours dit que y avait pas de quoi.
    Cela dit, je peux comprendre aussi. Même si ma philosophie m’invite à agir au grès de mes envies.
    Ça peut parfois mener à des déboires, mais c’est aussi comme ça qu’on apprend, et qu’on évolue.

    PS : Pour la religion hindou… je ne savais absolument pas que de telles divinités existaient, merci, je dormirai moins conne ce soir ;D

  • @Shin, Hahah de rien, c’est un plaisir ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>