My Space

C’est la rentrée… hélas.

Car oui, après 2 mois de tranquillité, 2 mois pénard, c’est la rentrée. Et la rentrée, c’est surtout le retour des enfants à l’école.

C’est la rentrée… hélas.Je suis certaine que ce moment est TRÈS attendu par les mamans des charmants bambins qui vont pouvoir retourner à leurs occupations, mais sûrement pas par moi, pauvre petite cycliste. Car oui, la rentrée, ça veut surtout dire le retour du slalom sur la piste cyclable, 15 min de plus pour aller au boulot en évitant de tuer 5 gamins au passage.

Il faudra m’expliquer un jour. C’est vrai, ça ne viendrait à l’idée d’aucune mère de famille de laisser ses gamins jouer au milieu de la route devant l’école pendant qu’elle fume sa clope avec ses copines en leur racontant ses vacances à Truchtersheim. Or, une piste cyclable, c’est un peu une route pour vélo non ? Pourquoi alors laisser les mêmes gamins, qu’on n’aurait pas laissés sans surveillance au milieu de la route, au milieu de la piste cyclable ?

Je pense qu’il y a là derrière un plan machiavélique des mères de familles. Si elles laissaient les enfants sur la route, en plus de créer des accidents monstres, de se faire incendier par monsieur Pichnu car il va être en retard, elle devra porter toute la responsabilité de mauvaise mère une fois que les charmants bambins auront été écrasés. Alors que la piste cyclable… c’est plus malin, plus sournois. Qui l’aurait soupçonné d’avoir fait cela exprès pour se débarrasser de sa progéniture ? C’est vrai, la piste cyclable, c’est le bon plan pour un homicide infantile non soupçonné. Et puis la mort est plus lente, il souffre plus : « ha tu vois comment j’ai souffert moi en te portant et en accouchant, maintenant tu comprends ! ».

De plus, on peut crier un bon coup sur le cycliste obligé de faire une embardée sur le trottoir et de se prendre un poteau pour éviter le gamin qui dormait au milieu de la piste « vous pouvez pas faire attention non ? » alors qu’on pense « hé merde encore loupé ! ». Je pense qu’il y a là derrière soit une conspiration pour me faire arriver en retard au boulot, soit une vraie volonté d’infanticide de la part des Strasbourgeoises ! Honte sur vous mesdames !

Et puis la rentrée, c’est aussi les lycéens agglutinés à 15 devant les arrêts de bus, à tenter d’entrer dans un bus déjà plus que bondé. Elle est « dure » la vie de lycéen ! Ceux qui me font le plus rire sont ceux reliés par les écouteurs de leur iPhone comme des siamois reliés par un cordon : impossible de se séparer de plus d’un mètre l’un de l’autre. Et VLAN le vélo qui passe à vive allure entre les deux, et SCOUIC le fil. Il faudra que je pense à équiper mon vélo d’un sécateur (ou d’une paire de ciseaux).

Finalement, c’est enfin et surtout ma première rentrée dans le clan des adultes, de l’autre coté du miroir. Ma première rentrée de grande personne, d’adulte, enfin capable de répondre à la question  « et toi alors tu veux faire quoi plus tard ? » (Encore que… ). C’est ma première rentrée sans agenda, sans emploi du temps, sans professeurs et sans cours. C’est peut-être ça qui me rend si aigrie et envieuse des enfants et lycéens. Je crois que je vais aller en écraser quelques uns en vélo pour me défouler, quitte à me mettre en retard au boulot. NA !

(cc)  Artiii

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>