cinoche

L’illusionniste

Parce que les lumière s’éteignent, on se concentre. On se fait un peu violence, pour se taire, ne plus trop penser, et puis faire honneur au film.

L’illusionnisteCertains films sont si mauvais que l’on ne cesse de fixer l’écriteau sortie de secours vert fluo, qui brûle les yeux. L’illusionniste n’est pas de ceux là.

D’abord, il y a ces images. Un peu passées, un peu troublantes. Celles qui nous mettent le cœur en dehors. Il n’y a presque pas de paroles alors chaque image paraît fondamentale.

Les mouvements des personnages décident de tout. Une lente dynamique se met en place. Insidieuse. Il y a Paris Londres et Edimbourg. Les trains. Les gares. La musique lancinante. Et puis le reste.

Le reste c’est ce qui compte.
Tout ce qui compte est à l’écran. Tous ceux qui comptent sont à l’écran. Et puis on existe plus tellement.

Dans l’illusionniste, ils disent que la magie n’existe pas.

L’illusionniste Un film de Sylvain Chomet. Scénario de Jacques Tati.

3 Responses to “L’illusionniste”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>