Histoires

Fuck la Crise

Refusant de céder à la panique économique mondiale et au marasme ambiant, cette initiative décalée a pour vocation de proposer un contre-discours sur la crise, en diffusant de l’optimisme via du divertissement et de la mode.

Aujourd’hui, je me dis après 1 an ½ de création d’entreprise, qu’il faut être folle ou complètement inconsciente pour créer sa boite ! Et pourtant, c’est ce que j’ai fait, et je ne regrette pas une seule seconde cette grande aventure, dans laquelle je me suis lancée, un peu à corps perdu, mais comment faire autrement quand on est passionnée ? Même si la réalité d’une création d’entreprise en période de crise, et particulièrement dans mon secteur, est loin d’être un long fleuve tranquille, où l’on voit la vie en rose, tous les jours.

Fuck la CriseTout a commencé, lorsque la crise est arrivée, en octobre 2008, je cherchais du boulot dans la communication, avait quitté, après plusieurs expériences, le milieu des agences qui m’avaient trop montré leurs limites, à la recherche d’une envie, d’une conviction profonde, celle qu’on pouvait faire de la com’ autrement, en y donnant du sens.

Face aux perspectives de mois peu glorieux dessinés, j’ai décidé de créer ma boite, sans business plan, mais juste à partir d’une idée et d’une envie profonde, celle de me créer un boulot «sur-mesure» qui me correspondrait et serait en accord, avec mes valeurs. Grâce à l’aide d’amis, a pu voir le jour le projet Fuck La Crise, marque conceptuelle décalée et gentiment provoc’, dont certaines ont peut-être déjà entendu parler, compte tenu du beau BUZZ et de la communauté de personnes, qui partagent ce même état d’esprit, réunie sur les médias sociaux.

Si quelqu’un m’avait dit, y’a un an et demi, à 27 ans, que ce projet m’aurait fait vivre, tout ce que j’ai vécu et me mènerait là où je suis actuellement, j’aurai eu franchement des doutes, tellement c’était incroyable, et d’autant plus que mon métier actuel de «consultante en social media», n’existait pas à l’époque ! Avec le lancement de Fuck La Crise et la création de cette communauté, j’ai fait mille rencontres enrichissantes et je continue à avoir beaucoup d’activités croisant toutes ces inspirations.

Je suis à la fois professeur, étudiante et chercheur, puisque j’ai repris mes études, pour réaliser une thèse en sociologie sur les médias sociaux. Tout cela, en parallèle de mon agence Eurêka Eurêka, spécialisée sur les tendances et le bouche à oreille. Nous faisons de la propagande d’Idées Fresh pour des marques pour qui nous développons du buzz, mais surtout des stratégies de community management et d’influences digitales. Un univers très nouveau et passionnant, mais aussi très prenant, car le websocial est en perpétuel mutation et construction. Travaillant sur les réseaux, j’appartiens à plusieurs communautés, celle d’entrepreneurs et notamment, celle des trop rares encore femmes entrepreneurs, bien qu’il y ait de plus en plus d’initiatives émergentes. Merci à Ladies Room de mettre en avant ces profils pour encourager d’autres à franchir le cap, ou à pouvoir l’envisager en connaissance de cause.

Convaincue que la crise présente des opportunités pour nombreux/nombreuses de se lancer et aussi d’imaginer un monde différent, l’innovation sociale, la créativité et l’énergie d’entreprendre me semblent nécessaires et très compatibles avec les valeurs féminines. En revanche, nier l’investissement affectif, temporel, financier et les sacrifices que représentent une telle entreprise dans sa vie, c’est sous-estimer un quotidien bien chargé, où on gère tout, court un peu partout et où se dit qu’on se reposera quand on sera vieux (ou plutôt vieille).

D’ici là, entre les grandes joies, les factures et les chèques aux impôts, c’est un petit combat au quotidien où rien n’est gagné d’avance, où chaque jour nous réserve, son lot de bonnes (et mauvaises) surprises, mais au final faut s’accrocher, parce que cela vaut vraiment le coup, et que je ne regrette pas une seconde mon job au chaud en CDI, que j’ai quitté car je m’y emmerdais et pensais qu’on pouvait faire les choses autrement, aujourd’hui, je le fais, même si j’ai conscience que cette liberté est véritablement un luxe.

Quelques liens…

Blog agence, j’espère en ligne d’ici jeudi
Blog perso
/ thèse
Fucklacrise.com
(dont y’a enfin la V2)

8 Responses to “Fuck la Crise”

  • Je suis également dans ce même état d’esprit où le challenge dans une vie est d’atteindre sa réussite personnelle.
    Se remettre en question, ne pas vivre sur ses acquis, se donner les moyens pour vivre mieux en accord avec ses idées, ses besoins et ses envies. Effectivement, dans le monde actuel penser à soit dans un moment de crise pareil semble être une démarche perilleuse mais au final même si le but n’est pas atteint cet euphorie qu’une perspective peut faire changer positivement son quotidien est un bon leitmotiv.
    Alors que mon métier initial aurait pu me contenter, je ne m’y plaisais pas du tout…Je suis actuellement maman de 3 enfants et ayant repris mes études à + de 30 ans sur les bancs de la fac…
    Me voici à un nouveau tournant de mon existance où je vais entamer une formation pour cumuler mes compétences dans le multimédia et dans le stylisme modélisme…
    Un rêve de 20 années que j’espère voir aboutir…reste à présent que grâce à l’acceptation du financement de mon projet ma quête de réorientation sera finaliser et qu’un jour je puisse moi aussi créer et vivre de mes créations…
    C’est vrai c’est un combat quotidien, un investissement personnel, familiale, financier et temporel où rien n’est gagné d’avance mais l’energie que cela proccure donne la pêche et la niaque!
    Alors encore Bravo…pour cette prise de risque dans la crise!

  • In your face la crise ! Le concept est superbe ! Et quel cran, j’applaudis des trois mains !

  • Yep!! Moi aussi j’applaudis !!

    Et je trouve que prendre les choses à contre-courant est une très bonne chose!

    D’aiileurs, dans 2 semaines je quitte mon taf douillet mais anti-épanouissant pour me lancer dans la création de ma boîte de consulting en informatique!

    Yes !! I LOVE THE CRISIS !!! :)

    PS : Puis entre nous, ça a toujours été la crise pour les “petites gens” nan? ;)

  • Il est bien cet article, plein d’énergie. Faut pas la laisser faire la crise. Hop à contre pied!

  • J’avoue être totalement fan du concept. Et surtout, faire de La Crise un produit de consommation, ça relève du génie ! ;)

  • Bravo! Ça donne bonne espoir de pouvoir devenir entrepreneuse!

  • Très encourageant pour toutes celles qui rêvent d’indépendance également. Bravo et bonne continuation !

  • Bonjour les filles, merci à toutes pour vos commentaires, je suis ravie que mon témoignage puisse donner envie à d’autres de franchir le cap et inciter à penser et voir les choses autrement.
    Je vous invite à rejoindre la communauté Fuck La Crise sur Facebook et à vous retrouver sur le blog http://www.fucklacrise.com
    http://www.facebook.com/flacrise
    http://www.twitter.com/fucklacrise
    Courage à toutes, et Fuck La Crise !!!

Répondre à fuck-la-crise Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>