Histoires

Autobiographie d’une geekattitude.

Au boulot on m’a demandé récemment «et donc comment tu t’es retrouvée à faire du css et de l’html après une licence de langues, tu as toujours aimé l’informatique ?». Et là je n’ai pas vraiment su quoi répondre. Et puis ça m’a travaillé. Et plus j’y ai repensé, plus je me suis rendu compte qu’en fait, c’est un parcours tout à fait logique pour moi en tout cas. Voilà donc la biographie de la petite saiko_sama coté geek.

Autobiographie d’une geekattitude.Déjà toute jeune, la petite Saiko n’aimait pas faire comme tout le monde. Alors que ses petites camarades jouaient à la poupée, la petite Saiko avait demandé à son papa de l’aider à construire une cabane. Elle y servait un délicieux thé à base de camomille macérée toute la nuit dans un petit seau à une amie. Toutes deux allaient alors chasser les poulets à coup d’arcs et de flèches, ce qui, en passant, rendait sa grand-mère complètement folle. Elle aimait particulièrement démonter et remonter toutes sortes de choses : stylos, baladeurs, tout y passait.

A l’âge de 8 ans, la petite Saiko reçut de son parrain un microscope. Ce jour là commença sa passion pour l’examen des goutes de sang, des poils de chiens et des brins d’herbe. Un jour, elle serait une grande chercheuse se disait-elle.

La petite Saiko grandit, et avec elle, ses gouts plus que douteux et son coté première de la classe.

A l’âge de 7 ans, elle dû porter sa première paire de lunettes. Lunettes très jolies, carrées transparentes avec des petits morceaux de couleur comme du chewing-gum qui seraient venus se coller à l’intérieur de la monture. Ces lunettes ne manquèrent pas de lui valoir un non succès notable auprès des garçons jusqu’à l’adolescence, où, embarrassée, elle décida de porter des lentilles.

C’est au CM1 CM2 que la petite Saiko découvrit réellement l’informatique. Elle avait un instituteur passionné, qui leur faisait tourner des logiciels d’orthographe sur des vieux pc reliés en réseau. Logiciels stockés sur d’énormes disquettes auxquelles on accédait par des commandes au dos. Un stylet remplaçant la souris, et le clavier était tout mou. C’est à cette époque qu’elle se découvrit un talent tout particulier pour les mathématiques et les équations à plusieurs inconnus (qu’on ne devait voir qu’au programme de 6e).

Tout au long de sa période de collégienne, son non succès auprès des garçons et sa timidité lui permirent de se concentrer sur ses études. Elle était du coup dans les premiers de la classe, ce qui renforça sa non popularité et la faisait passer pour l’intello de service. Elle avait donc tout le temps de s’intéresser à la lecture de livres consacrés à différentes mythologies, et à ses premiers livres de SF. Ses matières préférées étaient les maths et la physique (forcément), et elle était une quiche en sport (forcément ²). Le seul sport dans lequel elle excellait, au point d’être meilleure que beaucoup de garçons était la course d’orientation. Vous pouviez lui donner une carte, une boussole et l’envoyer chercher des objets à travers champ tel un petit personnage qui accomplissait sa quête.

A l’âge de 14 ans, elle fut particulièrement marquée par 1984 d’Orwell. C’est aussi durant sa période lycéenne qu’elle découvrit les consoles de jeux vidéo. Que d’après midis passées avec ses deux amies dans la cave dans le noir à jouer à TombRaider (à l’époque des seins carrés de Lara Croft), GTA, et autres jeux pas très conseillés à une jeune fille de 13 ans. C’est également au collège qu’elle jouait à GTA dans la salle informatique au lieu de faire les mises en page de word pour lesquelles ses petits camarades avaient le plus grand mal.

C’est au collège qu’elle reçoit son premier pc : un vieux windows 3.1 qui sera très vite remplacé par un windows 98 car le lecteur cd offert par son parrain pour noël ne pouvait être installé sur le trop vieux pc. Rahh, windows 98, 8GO de ram, une impression de puissance à l’époque. C’est avec cette bête là qu’elle fit ses premiers photomontages, un remix entre la Vénuse de Milo a qui on aurait mis des bras avec la tête de Bill Clinton. Bah oui, elle n’avait pas le net à l’époque, donc elle récupérait les images qu’elle pouvait sur encarta.

Puis vient l’époque du lycée. Toujours douée en maths et en physique, paradoxalement elle s’orienta vers un bac ES (elle voulait être prof d’anglais). Mais les maths lui permirent d’avoir une super moyenne. Le lycée, c’est l’époque du glandage en cours de maths, des heures de perm à expliquer à ses potes le cours parce que la prof est une incapable. C’est aussi l’époque des jeux de rôle entre les cours, pendant les cours de math avec la calculatrice en mode «nombre aléatoire de 1 à 6» pour faire le dé. C’est aussi l’époque de ses premières programmations pour sa Ti83, un petit programme pour calculer tout seul les polynômes du second degré. Non mais ce n’était pas pour tricher mais pour vérifier mes réponses, non mais vous allez imaginer quoi, de toute façon ils nous demandaient le détail au bac !

Au lycée, premier «vrai» ordinateur, entendez par là par un truc dont les bouts ont été récupérés à gauche et à droite. C’est l’époque des jeux : Diablo, Age of Empire, Heroes of Might and Magic, Tomb Raider, Need for Speed etc. Jeux qui prennent le pas sur les révisions de géo pour le bac, mais bon, les doigts dans le nez comme ils dissent.

Puis vient la fac, licence LEA. Et un intérêt tout naturel pour le web premier skyblog (j’arrive pas à le retrouver), pas assez de personnalisations possibles. Elle se tourne vers d’autres plateformes avec des petits bouts de code. Son premier site blog, un truc immonde, atroce, et premiers bidouillages de css chez overblog. Je vous laisse le lien, car elle assume sa jeunesse. Notez le dégradé de couleur du texte, la police «comic sans ms». Oui, personne n’est parfait, vous avez le droit de vous moquer (mais pas trop). Et encore là css a du être retirée depuis. Bref, moi ça me fait sourire de relire ce qui a été écrit à cette époque.

Fin de la première année de fac, le net à la maison, une révolution.

Deuxième année de fac : son premier ordinateur rien qu’à elle, un petit sony vaio, adorable. C’est là que commence le réel bidouillage, le vrai massacrage de pc. Le pauvre vécu un an, à grands coup d’Oblivion, effectivement, ça l’a achevé. Il décéda dans des circonstances tragiques à son retour d’Allemagne après son semestre Erasmus. C’est là bas qu’elle se découvrit une vrai passion pour le web, et qu’elle décida enfin qu’elle voudrait être webmaster et jouer avec des petites lignes de code pour aider l’humanité à survivre. C’est là-bas aussi, qu’elle ouvrit un nouveau blog, certains l’ont peut être connu et ont suivi en direct la mort du petit sony vaio. Après un an de bons et loyaux services, elle se lassa encore une fois de la plateforme, trop limitée à son gout, et de ses pubs. Elle décida de jouer dans la cours des grands, d’avoir son hébergement à elle, avec son design.

De retour en France pour son dernier semestre, elle suit des cours d’html css et décide alors d’entrer en master.

Et deux ans de master plus tard, la voilà. Son blog n’a toujours pas changé de design, elle clame haut et fort qu’elle va le faire, mais elle ne trouve pas le temps. Elle continue de jouer à des jeux vidéos, et est plus addict que jamais à ses séries et ses mangas. Elle a 15 000 flux rss à lire tous les matins sur son htc qui parlent de design, de css3 et d’html5, d’ergonomie et de layout, d’android, d’ipad et d’hadopi etc. Elle s’éclate a débuguer des css pour les copines, et à trouver THE application qui va lui simplifier la vie.

En y réfléchissant bien, en regardant son parcours, effectivement, dans le désordre et la confusion la plus totale que fut sa vie jusque là, on peut tout de même trouver une sorte de fil conducteur et de curiosité des choses et des technologies qui l’ont poussée là où elle se trouve aujourd’hui : bientôt 23 ans, des idées plein la tête, et pas assez d’heures dans la journée pour toutes les concrétiser. Elle aimerait apprendre le C++ pour le fun, refaire du jeu de rôle et retourner faire de la planche à voile, mais ça c’est une autre histoire.

«Et donc comment tu t’es retrouvée à faire du css et de l’html après une licence de langues, tu as toujours aimé l’informatique ?» «Je pense que oui, c’est juste qu’avant, je ne le savait pas encore».

(cc) mrkvm

5 Responses to “Autobiographie d’une geekattitude.”

  • Tu nous avais manquées, geekette chérie…

  • Oh oui alors, le microscope ! Je me suis passionnée pour les bulbes de cheveux à l’époque…
    En tout cas, cet avenir t’était clairement prédestiné !

  • J’adore ! Le début, on dirait presque la vie d’Amélie Nothomb, c’est amusant.

    Un jour les geeks domineront le monde… mais pas demain, demain y a LAN.

  • Hihi merci Storia, pas mal de boulot, mais quelques articles en préparation pour le blog et ladies ;)

    @ Cilule : oui, ça aussi tiens j’avais oublié les cheveux

    Geekes vaincrons :) Le cerveau d’une geeke dans le corps d’une femme, forcement nous domineront le monde c’est dans l’ordre des choses ^^ (mais demain y a du php à finir :p )

    Par contre la prochaine fois que LR change la photo, pas de mac les filles, pas de maaaaac (bah oui on peut difficilement jouer ^^ )

  • Je découvre tout doucement ce site que j’aime particulièrement.
    Bel article et joli parcours ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>