bouquin

Paris est une fête

Un vrai bonheur que ce recueil autobiographique qui m’a rappelé, en certains points, la lecture de Snob society. Là encore, on déambule dans une société qui n’existe plus.

Paris est une fêteSe mêlent ici gens de Lettres, vie bohème mais aussi artistes incroyablement délirants et imbus de leur petite personne. Hemingway, auteur de génie s’il en est, nous décrit merveilleusement l’atmosphère qui régnait alors. C’est tout simplement fabuleusement délicieux.

Quelle façon d’écrire ! On sucerait ses mots comme des petits bonbons tant ils sont exquis et savoureux. On s’imagine au fil des pages siroter un vieux whisky, un vieux morceau de jazz en fond sonore, accoudé au bar du Ritz qu’Ernest aimait tant… Paris est définitivement une fête…

“Miss Stein et moi étions encore bons amis lorsqu’elle fit sa remarque sur la génération perdue. Elle avait eu des ennuis avec l’allumage de la vieille Ford T qu’elle conduisait, et le jeune homme qui travaillait au garage et s’occupait de sa voiture – un conscrit de 1918 – n’avait pas pu faire le nécessaire, ou n’avait pas voulu réparer en priorité la Ford de Miss Stein. De toute façon, il n’avait pas été sérieux et le patron l’avait sévèrement réprimandé après que Miss Stein eut manifesté son mécontentement. Le patron avait dit à son employé : ” Vous êtes tous une génération perdue. ” ” C’est ce que vous êtes. C’est ce que vous êtes tous, dit Miss Stein. Vous autres, jeunes gens qui avez fait la guerre, vous êtes tous une génération perdue. “

“Paris est une fête” de Ernest Hemingway – Ed. Folio – 10,20 EUR
Prochaine lecture “Dis oui, Ninon” de Maud Lethielleux

One Response to “Paris est une fête”

  • Mon chéri m’a gentiment offert ce livre à Noël. Moi aussi j’ai savouré chaque mot comme des petits bonbons. C’est le genre de livre que l’on a très envie de lire mais qu’on se retient de lire trop vite pour faire durer le plaisir.
    J’ai aimé, énormément, retrouvé des lieux où je passe régulièrement (je travaille vers Montparnasse) et surtout, après 2 mois à hésiter j’ai enfin réussit à demander à ma boulangère si c’était bien là le passage ou Hemingway passait pour se rendre chez lui et oui c’était là. Ce passage existe encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>