Humeurs

Les vacances de la loose #1 : Chez des amis

Principe de base : avoir des amis est une chance. Mise à l’épreuve du principe : avoir des amis qui vous invitent en vacances chez eux est une éprouvante situation. Pour vous représenter l’idée, c’est un peu comme quand vous rendez visite à votre tante et que vous êtes obligée de grignoter des bonbons déjà suçotés ou encore que vous partez en croisière de rêve dans les Caraïbes et que cette dernière se révèle animée par Frédéric François. Au départ, l’enthousiasme est toujours de mise, mais sur le terrain c’est une véritable tragédie grecque qui se joue.

Les vacances de la loose #1 : Chez des amisD’ailleurs, avec vos amis, vous vous en êtes aperçus dès le péage d’autoroute passé quand l’autoradio se met soudain à zapper Céline Dion – en boucle depuis les 3 heures – pour Chimène Badi. Là, on se dit que le week-end voire la semaine vont être longs. Très longs. Trop longs. Et je ne dis pas ça parce que je viens de passer trois jours interminables dans le Lubéron chez un couple d’(ex) amis. Non, non. Juste parce que j’ai de vrais arguments !

Réveil à deux temps

Deux cas de figure :

Option 1 : Vous êtes un lève-tôt et vos amis dorment jusqu’à midi. Du coup, histoire de ne pas réveiller la maisonnée endormie, alors que même le gémissement du sommier semble raisonner comme un corps de trompette sous votre poids, vous êtes contrainte de rester dans votre lit sans faire un bruit. Heureusement la lumière du jour vous permet de patienter en comptant le nombre de fleurs sur la tapisserie. A la fin de la matinée, vous avez recensé 2400 pivoines sur le pan gauche de la chambre, 790 rouges-gorges penchés au dessus d’une flaque et 3 taches de graisse. C’est ce qui s’appelle s’occuper avec rien.

Option 2 : Vous êtes un lève-tard, ils sont des matinaux sectaires. Comprendre : ils ne supportent pas que les gens restent au lit après 8h00 du matin. C’est donc dans un grand brouhaha de vaisselle, de sèche-cheveux et de portes claquées que vous sortez brusquement de votre coma. Arrivée dans la cuisine avec encore la trace des draps sur la joue, ils vous parlent et pas qu’un peu. Le pire : ils exigent des réponses.

C’est promis, la prochaine fois, vous apportez des boules Quiès ; les miettes de pain dans l’oreille, c’est pas discret et ça fait craspougne.

NB : Ne cherchez pas, le cas de figure selon lequel vous seriez sur le même tempo matinal que vos amis, cela reste de l’ordre de l’utopie.

Au secours, y’a des enfants !

Le problème des enfants vient surtout du fait que ce sont des gosses avec tous les travers que cela comporte. C’est d’ailleurs pour cette raison que vous vous êtes faites ligaturer les trompes à 27 ans après une semaine passée à Arcachon en compagnie de vos trois neveux. Mais bon, c’est une autre histoire…

En règle générale, plus les enfants vous ignorent, mieux c’est. C’est un accord tacite entre eux et vous, ils sont suffisamment intuitifs pour ressentir votre répugnance infantile.

Sauf que les enfants de vos amis n’ont pas bien compris que vous n’étiez ni leur amie, ni sympa, ni sourde, ni leur dame pipi ou encore leur bonne à tout faire. Et quand on sait que les chiens ne font pas des chats, c’est à ce demander si vos amis ne sont pas en train d’abuser de vous et ne vont tarder à vous demander eux-aussi à les amener aux toilettes.

Attractions-rétractions

Le mystère est entier : en vacances, vos amis se prennent pour des G.O de Club Med en Ardèche et ont décidé de transformer vos vacances en super parcours touristique frénétique. Alors que vous rêviez d’un bon bouquin au bord de la piscine à siroter du Pulco Citron, ils en ont décidé tout autrement.

Le lundi, c’est visite du Château médiéval et mini-golf ; le mardi, musée de l’espadrille et du santon juste après séance de tennis en plein soleil ; le mercredi, Aqualand et ramassage de crabe ; le jeudi, trek en montagne… et ainsi de suite pendant toutes les vacances.

C’est bien simple, au bout de 3 jours, vous avez une contracture du mollet qui vous empêche de vous mettre au lit en pliant les genoux, et à J+5 vous finissez à l’hôpital sous assistance respiratoire (les enfants ont tenté de vous noyer en jouant à Laure Manaudou. Voir point 2 : vous détestez les enfants).

Intimité publique

Vacances à plusieurs signifient vivre en collectivité. Grâce à 8 années colo à Perros-Guirec, vous avez de bonnes manières. Vous savez que vous devez faire pipi le plus près possible de la paroi, éviter de vous trimballer en chaussons Snoopy et écouter votre musique exclusivement avec un casque – étonnement tout le monde n’aime pas Mylène Farmer -, tout cela pour le plus grand confort de vos hôtes. Mais eux par contre, entendent vivre comme d’habitude.

C’est donc un véritable festival auquel vous avez droit chaque jour entre les disputes conjugales, les réconciliations nocturnes sonorement partagées, les déglutissements intempestifs et les poils de savonnette. Finalement, la vie intime de vos amis n’a plus de secret pour vous. Vous auriez pourtant tant aimé qu’ils gardent une zone d’ombre…

Les amis de vos amis ne sont pas vos amis

A votre image, les amis de vos amis sont formidables. C’est en tout cas ce qu’ils (vos amis) en disent quand vous apprenez que samedi soir est réservé à une partie de Pictionary entre copains. Et c’est parti pour une soirée de folie toujours organisée en 3 temps :

- Partie 1 : Les amis de vos amis arrivent ; vous faites connaissance : «Solange et Hervé, voici BritBrit. BritBrit, je te présente Solange et Hervé». Vous trouvez qu’ils ont des prénoms ridicules bien assortis à leur tronche. L’apéritif se déroule en silence entre deux «Prenez une olive. Et un Tuc aussi !».

- Partie 2 : Le Pictionary est au centre de la table et le paperboard en place. L’ambiance se réchauffe quand Solange confond le Taj Mahal avec le Kremlin. C’est confirmé, elle est complètement conne.

- Partie 3 : L’addition des points tourne mal ; vous n’avez jamais été douée en maths et Solange était vraiment lamentable.

Point noir : Vous ne savez pas si, après avoir insulté Solange de poufiasse – Hervé a d’ailleurs approuvé -, vos amis souhaitent toujours que vous restiez dans la maison alors qu’il est une heure de mat’. Koh-Lanta en plein Larzac, cela vous tente moyen quand même…

Vous noterez mes chers lecteurs que la liste ci-dessus n’est pas exhaustive. On peut aussi noter la présence plus qu’intrusive des animaux dans votre lit, les timings militaires pour passages dans la salle de bain, les journées ménage pour tous ou encore les repas à thème «blettes et choux-fleur» ; les tortures amicales ne manquent pas.

Alors si vous souhaitez passer de bonnes vacances dans un cadre amical et décontracté, prenez plutôt l’option Club Med : les amis de vacances sont souvent plus supportables que les amis en vacances. CQFD.

(cc) clspeace

10 Responses to “Les vacances de la loose #1 : Chez des amis”

  • Ce que tu me décris, ça me rappelle un peu des vacances chez certaines personnes de ma famille… #1 as usual

  • Cela fait plusieurs fois que tu me parles de ta famille. Elle serait pas un peu déglingos ? Si oui, je veux bien qu’ils m’invitent ;)

  • L’aventure si bien décrite par toi-même(et si drôlesque) va être expérimentée cet été par moi-même. Et si on cumule plusieurs options genre lève-tard, répulsion de tout individu enfantin, adorant André Rieu, allergique à tout trek de plus de 2km965 ça veut dire mes vacances sont foutues?? J’ai peur….

  • @guyluxiole : à ta place j’annulerai tout de suite. Tu n’as qu’à prétexter une compet’ de piscine ou une varicelle en latence. Ca devrait marcher.

  • @BritBrit : tes conseils avisés suivis, j’ai tout annulé par sécurité. Prétextes choisis: compétition d’épaulé-jeté à dos de potiock, potiock doté du germe de la coqueluche (période d’incubation: 6 mois. Période de la maladie très trop plus mieux contagieuse: 2 mois et 5 jours). Je pense que c’est assez commun et que par là-même, mes amis ne m’en voudront pas. MERCI. (maintenant j’ai un ptit peu envie de pleurer parce que j’ai dit aurevoir à la Corse, mais ça va passer)

  • Oh la la ! C’est piquant, c’est drôle, c’est parfait :) Et que dire du passage sur le réveil ! Quelle angoisse de se lever le matin quand on n’est pas chez soi…

  • @guyluxiole : tu as bien fait. Cela te permettra de rester auprès de ta grand-mère si jamais y a une grosse canicule.
    @cilule : point tant, point tant. Je ne mérite pas.

  • Oui pour une fois qu’un article parle un peu de ceux qui se lèvent tôt et ne doivent pas faire de bruit jusqu’à ce que les autres se réveillent. On sort du cliché là.
    En gros les vacances chez les amis c’est non, sauf entre copines inconséquentes.

  • Quand tu dis “copines inconséquentes” tu parles de quoi exactement ? Cela m’intrigue…

  • Partir en vacances avec ses amis est de loin le meilleur moyen de s’en débarasser (et réciproquement!) :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>