Histoires

Les années 2000 la décennie de tous les défis

  • Avant l’an 2000 c’était ça…
  • L’an 2000 nous parait loin aujourd’hui et pourtant rappelez-vous c’était hier. D’ailleurs pendant des décennies nous avions rêvé, pensé l’an 2000 à travers les films de science fiction. Un certain Nostradamus prédisait même la fin du monde. Certains pensaient que la Terre serait envahie d’extra extra-terrestres, eh bien même pas. C’est nous, gentils terriens qui allons dans l’espace pour découvrir de nouvelles planètes à coloniser. Qui sait un jour peut-être que certains terriens vivrons sur Mars.
  • 10 ans plus tard nous sommes toujours vivants, nous avons survécu au big bang de l’an 2000 tant redouté. Comme quoi nous pouvons survivre à tout, enfin presque. De nombreuses évolutions ont marqué cette décennie et des évènements ont changé notre perception du monde. La décennie 2000-2010 est donc celle de tous les défis.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisInternet ou le média roi : La décennie 1990 avait vu la naissance de ce média, la décennie 2000 l’a consacré. Internet s’est lentement généralisé. Peu à peu ce média de communication a été adopté par des milliers d’utilisateurs friands de nouveauté et d’instantanéité. Les connections sont devenues de plus en plus rapides. Mais beaucoup le craignent. Internet mettrait-il en péril la presse, les industries de la musique et du cinéma ? Ces détracteurs l’accusent de concurrence déloyale. On lui reproche de colporter de fausses rumeurs, de créer des buzz et parfois de faire de la fausse information. Évidemment il y a du vrai. Mais tous les médias peuvent déraper un jour ou l’autre. Internet ne loupe rien.
  • Certaines personnalités politiques ou non l’ont appris à leurs dépens. Chacun exploite le filon à sa façon. Le nombre de blogs explose. Un nouveau langage nait. De nouvelles communautés se créent. Nous sommes entrés dans l’ère de la communication virtuelle. Mais cette décennie est marquée aussi par l’époque du tout numérique. Tout n’est plus qu’une question de connexion. Les téléphones portables tiennent dans une main. Aujourd’hui avec un téléphone on peut faire tout ce qui paraissait inimaginable il y a tout juste dix ans. Tellement de choses se sont passées en dix ans. Le temps passe vite. Ces nouvelles technologies ont changé notre rapport au temps et à l’évènement. Elles ont bouleversé nos vies et parfois même les rapports humains. Aujourd’hui tout est une question de communication. Mais les nouvelles technologies se démodent très rapidement, peut-être trop rapidement. Parfois on ne prend même plus le temps d’apprécier le temps qui passe. Toutes les information nous arrivent instantanément. Nous sommes parfois pris par la mise en scène des images. Notre société est celle du règne de l’image.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisLe monde en temps réel : l’information en continu et le règne le l’émotion par l’image. Ce ne sont plus les évènements qui font les images mais les images qui font l’évènement. Du 11 septembre, on retient la chute des Tours Jumelles, du Tsumani en 2004 on retient les plages de Phuket envahies par des vagues monstrueuses. Aujourd’hui, nous vivons l’information en temps réel. L’émotion prend parfois le pas sur l’analyse et la réflexion. Nous sommes abreuvés à chaque instant d’images violentes. Une image reste longtemps gravée dans les mémoires plus que les longs discours. Du passage de Sarkozy au salon de l’agriculture on se rappellera de la fameuse phrase “casse-toi pauvre con”. En 2002, on se souvient de cette image de la soirée électorale du 21 avril lorsqu’avec stupeur, nous avons vu que Jean-Marie Le Pen ferait face à Jacques Chirac au second tour de l’élection présidentielle. La démocratie a fini par parler. Quant au coup de boule de Zidane, il a fait perdre toute chance de remporter une autre coupe du monde. Maintenant les images font le buzz et des chroniqueurs en font leur spécialité : Le petit jour de Yann Barthès. D’ailleurs il n’est pas mal du tout. 
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisUne décennie de violence en tous genres : La violence fait les gros titres des journaux. Qu’elle soit urbaine, scolaire ou terroriste, elle nous fait entrer dans un siècle de terreur. La peur est instrumentalisée voire mise en scène. On nous fait peur pour mieux nous protéger diront certains. Les autorités utilisent parfois le principe de précaution à outrance. Les banlieues sont le théâtre de violence urbaine. Les violences faites aux personnes ne cessent d’augmenter. Les rapports humains se tendent. L’agressivité est pour certains un mode de communication. Certains banalisent la violence. La violence meurtrière pénètre les écoles et les lycées (Columbine…).
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisMais elle est aussi d’ordre économique. La crise financière révèle les failles du capitalisme qui reposent sur la spéculation. Le crack boursier nous fait plonger dans la morosité. Le spectre des années 30 fait son grand retour. Une fois que l’on a touché le fond on ne peut que remonter. Certains souffrent de la crise quand d’autres s’en mettent plein les poches.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisDans les pays en développement, on continue à souffrir de la faim et le sida reste une épidémie mondiale qui chaque année fait de nouvelles victimes. La crise révèle aussi des moments positifs. La solidarité se met en place. Mais des milliers d’individus se trouvent exclus du système. La crise financière contribue à instaurer un climat social délétère. Bien avant la crise de 2008, les étudiants craignaient de voir leur avenir terni par le chômage. Des grèves à répétition ont bloqué le bon fonctionnement des universités françaises. Certains ont même cru à un nouveau printemps de révolte. 1968 revival. L’espoir a tendance à disparaitre.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisQuand il n’ y a plus d’espoir, il y a des hommes et des femmes providentielles : “Yes we can ” Qui aurait pu croire qu’un jour un Noir serait élu président des États-Unis ? Seule la série 24 heures avait mis en scène la vie d’un président noir américain. Comme quoi la fiction annonce parfois du changement. Les séries nous montrent l’évolution des mœurs et des mentalités.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisEn novembre 2008, le monde a vibré pour Barack Hussein Obama. Barack Obama a soulevé une vague d’espoir et d’émotion internationale. Il est le reflet d’une société qui évolue. Son élection a suscité un grand espoir pour toute la communauté noire. Au delà des frontières, l’Obamania a soulevé les foules. Barack Obama a été comparé à une Rock Star. Sa femme, Michelle Obama est une first lady avocate et férue de mode. On n’hésite pas à la comparer à Jackie Kennedy. You Rock my world. Obama est devenu un grand homme.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisUne immense star nous a quittés. Michael Jackson is dead. La mort l’a emporté trop jeune, mais son talent demeure. Des milliers de personnes ont pleuré sa mort. Certains le croient toujours vivant. D’autres cherchent à le ressusciter.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisEn 2007, c’est la rupture. Nicolas Sarkozy devient Président de la République. Petit par la taille mais cela ne l’empêche pas d’avoir de l’ambition. Serait-ce l’homme providentiel ? En tout cas on sait qu’en se rasant, il pense à sa carrière politique. En fait il y pense tout le temps. C’est sa plus grande obsession. Il est passé maître dans l’art de communication. Lui aussi utilise Twitter et Facebook, le vilain ! Speedy Sarkozy ne s’arrête jamais sauf lors de son malaise vagal. Oh non, là c’était vraiment mauvais. Nous en tout cas, on le voit partout. Mais en 2007, une femme providentielle se présente pour briguer l’Élysée : Ségolène Royale. En 2008, Hillary Clinton se lance dans la course à la Maison Blanche. Michelle Bachelet est présidente de la république au Chili. Les femmes veulent le pouvoir. Elles se battent et elles l’obtiennent. Valérie Pécresse, Rama Yade, Rachida Dati, Chantal Jouanno en sont l’exemple. Mais des inégalités salariales, économiques et sociales persistent. Tous ces politiques deviennent des people.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisLe tout people et le trash TV : Beaucoup de personnes cherchent leur quart d’heure de gloire. Warhol avait donc vu juste. Bien que le succès soit éphémère, beaucoup recherchent la lumière des projecteurs. A ce titre, internet est un accélérateur de carrière. La télé réalité devient un phénomène de société. Jenifer, Loana, Steevy font la Une des magazines et subissent parfois le revers de leur participation à une émission de télé réalité. Si on se souvient de ces quelques survivants, la plupart sont retombés dans l’anonymat. Tant mieux ou tant pis. Le but est de créer des concepts trash pour attirer un public spectateur et voyeur. Certains programmes dérivent mais beaucoup récoltent un franc succès et rapportent des parts de marché à leurs chaines. M6 a gagné sa dimension grâce au loft. Comme quoi l’intelligence ne fait pas recette. Tout n’est qu’une affaire de goût et de style. Business is Business. Tant que ça rapporte c’est ce qui compte.
  • Les années 2000 la décennie de tous les défisLa culture ne connait pas la crise : Les maisons de disques et les artistes se disent spoliés par le téléchargement illégal. Mais la crise reste relative. Les ventes de CDs et de Dvds s’effondrent. Quant aux salles obscures, elles se remplissent. Les Ch’tis ou Camping sont des films populaires très prisés qui ont battu des records d’entrées. La plupart des gens préfèrent vivre la culture en live. Les festivals d’été et les concerts font toujours recette. Les musées et les expositions connaissent aussi des pics de fréquentation. Nous ne boudons pas la culture. C’est juste que, comme tout bien de consommation, la culture se consomme. Mais l’intérêt c’est qu’elle nous fait voyager et sortir de notre quotidien. Tout est bon à prendre pour sortir de la crise. La French Touch a la côte et la nouvelle scène française renouvelle le paysage musical français comme quoi rien n’est perdu. Il faut juste revoir nos modes de vie et penser écologie et développement durable.
  • Si vous avez tenu jusqu’ici vous faîtes peut-être parti des warriors. Merci de ne pas avoir zappé mon article je vous en suis reconnaissante. Rendez-vous dans dix ans pour une nouvelle rétrospective. Enfin je viendrai vous embêter avant bien sûr après tout, je suis là pour ça. Bon là j’arrête je vais me coucher sur ces belles paroles.
  • (cc) Jeremy Brooks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>