Humeurs

Une journée de listes

Article sélectionné par Bolo lors de sa semaine de Rédaction en Chef

Respirer, depuis que tu as commencé, tu n’arrives plus à arrêter. Tu as bien essayé de vivre en apnée, mais tu t’es vite rendu compte que c’était pas facile-facile. Faire des listes, c’est devenu la même chose pour toi : à 10 ans, tu faisais la liste des copines que tu allais inviter à ton anniversaire, à 14 ans, c’était les plus beaux garçons de la classe et tu te retrouves, la vingtaine à peine entamée, avec un syndrome méconnu du grand public : listeuse compulsive ou accro du listage, c’est selon. Bref, il y a des trucs que tu fais, tu ne sais pas trop pourquoi.

Une journée de listes

Ta journée type de listeuse commence irrémédiablement le matin, au p’tit déj’, devant ta tasse de thé, avec une tartine beurre-miel dans la main gauche et un crayon dans la main droite. Là, tu ériges avec spiritualité la première liste de ta journée qui a le même effet que la première cigarette de ta copine Chloé, celle qui fume comme un pompier sans s’arrêter du matin au soir. Ainsi, tu choisis méticuleusement l’ordre dans lequel tu places sur ton bout de papier les choses qu’il faut que tu achètes ce soir.

Une fois entrée dans le métro, tu enclenches ton lecteur mp3 favori et, tout en listant les fautes de goût de tes voisins de strapontin, tu ajoutes certains morceaux aux playlists que tu as nommées de façon loufoque et originale. Il y a celles par pays (Belgique, Brasil, Swissy), celles selon le tempo (move your ass, late nights and rainy days, nighty senses) et celles des compiles que tu as gravées pour tes voyages en voiture.

A l’uni, derrière ton bureau, tu as un peu de mal à écouter les baragouinages du prof de climatologie ; il a beau faire la liste des vents et des courants marins, rien n’y fait. D’ailleurs, c’est tout vu, tu es déjà partie mentalement dans d’obscures contrées : tu penses à l’hirsute barbu et aux choses à lui dire qui pourraient, listement, lui faire regretter de ne pas t’avoir rappelée, lui donner envie de te sauter dessus ou faire passer toutes les blondes décolorées de l’univers pour de grandes idiotes. Tu choisis la thématique (musique, politique, nouvelles technologies), la phrase accrocheuse et bam, dans ses dents ! Sauf que tu sais pertinemment qu’à tous les coups, tu te retrouveras à bégayer car tu n’avais pas pensé à ajouter cette question à la liste de celles qu’il pourrait potentiellement te poser.

Pour te reposer l’esprit, tu décides de voir ta copine Laura cet après-midi. Ça fait longtemps que vous n’avez pas fait l’analyse coût-bénéfice de la vie de célibataire, et tu as bien envie de boire un verre au soleil pour te changer les idées. C’est au hasard de la discussion que vous vous retrouvez à faire la liste des choses que vous aimeriez pouvoir dire être vraies à l’aube de vos 30 ans (en vrai, vous avez dit “quand on sera grandes“, mais c’est tout de suite moins classe). Un peu plus et tu te remettrais à jouer aux Sims. Zut, tu as vu l’heure ? Il faut vite que tu files faire les courses et, heureusement, tu retrouves ta liste précieusement rédigée ce matin dans un coin de ton porte-monnaie.

Après ta dure journée de labeur, dans ton lit, pour t’endormir, tu ne comptes pas les moutons ce soir. Non, toi, tu fais mentalement la liste des choses que tu devras faire le lendemain, celle des affaires qu’il ne faudra surtout pas oublier de mettre dans ton sac et celle des vêtements que tu vas porter. Tu sais également que demain, si tu t’ennuies, tu pourras toujours remettre au propre la liste des films qui te donnent des frissons, celle des morceaux qui sont passés au bar la dernière fois que tu as fait un billard, celle des citations qui t’inspirent et celle des articles que tu pourrais éventuellement écrire sur Ladies Room.

Ne pas écrire cet article sous forme de liste a demandé beaucoup d’effort à son auteure qui s’auto-félicite en listant les progrès qu’elle a fait depuis l’avant-veille.

(cc) The trial

5 Responses to “Une journée de listes”

  • Oh non, j’adore !
    C’est tout à fait ça quoi (je me suis trop reconnue dans certains listages).
    Et puis les fameuses “to do list”, je dois avouer que, même si je ne m’y tiens pas forcément, je peux pas m’empêcher d’en faire.

    Puis ta conclusion m’a bien fait rire. Je te félicites également. Sur ce pas, je m’en fais faire la liste de mes futures activités.

    PS : Et oui, nous sommes méconnues. Mais un jour, les listes VAINCRONT !

  • Ne bannis pas toutes tes listes quand même hein, celle de tes “constantes” par exemple m’a faite mourir de rire. N’est pas listeuse qui veut après tout… et merci pour cet article qui fait du bien aux abdominaux!

  • Shin : les to-do-list ou comment croire qu’on va faire quelque chose de sa journée alors qu’en fait, quand tu fais le bilan, tu n’as pu cocher que le tiers des entrées. peut-être que les listeuses sont les reines de la procrastination, peut-être…

    Marthouze : je ne les bannis pas, je les chéris ! j’hésite même à m’acheter un cahier spécial… et je suis ravie de pouvoir contribuer au sculptage de ton corps de déesse pour cet été. :p

  • AhAh ! Je me sens moins seule, maintenant que j’ai lu ton article ! J’en fais tout le temps, moi aussi, des listes. C’est un truc que j’ai “hérité” de ma mère… Liste de courses, de trucs chiants à faire le week-end, de ce que je ne dois pas oublier quand je pars en vacances etc… J’adore. Les listes, ça me rassure.

  • A croire qu’on est un peu toutes les mêmes… Les listes des trucs chiants à faire le weekend sont mes préférées : je fais jamais le tiers de ce que je voulais… Mais allez, aujourd’hui, j’arriverai à abattre tout ce travail ennuyeux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>