Humeurs

A l’extrème droite de notre père : dies irae

Dies Irae, le Jour de la colère.

A l’extrème droite de notre père : dies iraeMardi soir France 2 a diffusé dans Les Infiltrés un reportage tourné en caméra cachée sur Dies Irae. Dies Irae est un groupuscule qui se dit patriote et qui se rattache à l’église catholique intégriste. Cette branche de l’Église est incarnée par Monseigneur Lefebvre. Derrière un discours qui défend la famille, les valeurs… les partisans de la mouvance Dies Irae tiennent un discours violent. Il repose sur la destruction de la République, un antisémitisme exacerbé, une islamophobie déclarée, et un sexisme significatif. Bien sûr leur idéologie se fonde sur un racisme excessif et une xénophobie qui les rapprochent du FN. D’ailleurs de nombreux catholiques intégristes se retrouvent dans les rangs du FN.

Dies Irae, groupuscule qui se veut respectable vient en aide à certains entrepreneurs en difficulté de la région bordelaise. Comme de jeunes gens bien sous tous rapports, ils les aident bénévolement. Mais cette offre de services n’est pas totalement gratuite. Ils en profitent pour distribuer leurs tracts. Bien qu’ils ne soient pas nombreux, petit à petit ils commencent à percer. Pour eux, la fraternité est limitée à leur groupe. Quant à l’amour, il semble absent de leur discours. La haine a détruit tout germe d’amour. La haine, la destruction sont prônées à outrance et représentent leur arme de guerre. Tant qu’à faire autant prendre le parti de la guerre civile pour mieux détruire une société.

Qu’en aurait pensé Jules Ferry ? Sans école, on ne peut pas former une jeunesse soumise à une propagande qu’on leur ressert à toutes les sauces. Ainsi Dies Irae a réussi à pénétrer une école privée hors contrat. En France il y aurait une trentaine d’écoles hors contrat qui seraient aux mains des catholiques intégristes. Dans cette école il n’y a que 8o élèves. D’année en année les effectifs de cette école ne cessent de croître. Évidemment les programmes enseignés ne sont pas contrôlés. Ceux qui sont le plus transformés sont les programmes d’histoire. De Gaulle y est vu comme un déserteur alors que Pétain est réhabilité comme un héros. La collaboration y est minimisée et les camps de concentration y sont presque absents. Comme dirait Le Pen “les chambres à gaz ne sont qu’un détail de l’histoire”. Un détail qui a tué 6 millions de juifs mais aussi des résistants politiques, des tsiganes, des homosexuels et des handicapés. Énorme le détail. La connerie est malheureusement humaine.

Ce qui m’a le plus horrifié, ce fut d’entendre des adolescents entonner des chants nazis, j’ai eu peur. A cet instant j’ai eu l’impression de voir l’histoire des années noires se reproduire devant mes yeux en 2010. En France en plus, pays des droits de l’homme, j’ai eu honte. Mais où va le monde ? Ne tire-t-on pas des leçons du passé ?

Je n’ai rien contre l’armée mais de nombreux membres de Dies Irae sont d’anciens militaires. Ils ont même reconstruit un parcours du combattant. Non mais c’est trop hallucinant. Je n’y croyais pas et pourtant ce n’était que la stricte vérité. Pourquoi tant de violence ?

Et le pape dans tout ça ? Je me demande pourquoi Benoit XVI ne réagit pas. En réintégrant de plus en plus l’église intégriste à l’Église de Rome, le pape soutient indirectement les mouvances les plus extrémistes. Il faudrait donc agir avant que le mouvement ne prenne trop d’ampleur. Mais j’ai peur. Il a réintégré Williamson, évêque qui a tenu des propos révisionnistes. En fait la pensée Benoit XVI radicalise les préceptes de l’Église catholique. Il remet en cause ainsi les progrès qu’avait apporté le Concile Vatican II.

Et après ? Après ce reportage je ne me sentais pas très bien. J’ai eu l’impression d’être face à un naufrage culturel. J’ai repensé à un reportage de Strip Tease qui avait suivi le quotidien d’un homme qui faisait partie d’un groupuscule néo-nazi. Que peut-on faire pour éviter que ce genre d’idées se propagent ?

Je ne sais pas. On ne peut que rester vigilant pour éviter que ce groupuscule continue à faire de nombreux adeptes. Tout comme les sectes il faut les empêcher de nuire. Mais tout reste à faire et la crise ne permet pas de donner à une majorité de personnes une perspective d’avenir. Tout peut basculer plus vite qu’on ne le pense. Il faut donc se mobiliser pour éviter que le pire n’arrive.

(cc) moominsean

4 Responses to “A l’extrème droite de notre père : dies irae”

  • Tu te doutes bien que je l’ai regardé aussi, ce reportage. Non seulement parce que c’est ma responsabilité de catholique de me confronter à la déformation des valeurs que je prône, mais aussi parce que je connais le problème. Ça fait quand même quelques années que je me bats avec ma mère contre une communauté de la sorte qui a installé sa chapelle dans un village voisin du mien et son école hors contrat dans un autre. Le problème est que cette école ne prend pas les enfants avant 6 ans. Résultat, ces enfants se retrouvent en maternelle dans l’école catholique (sous contrat, je précise) où travaille ma mère. Et quand elle enseigne des valeurs comme l’amour de Dieu et le partage même avec les élèves handicapés ou étrangers, les parents viennent l’engueuler, voire la menacer physiquement.
    Benoît XVI ne réagit pas parce que lui-même n’était même pas un réformateur folichon à l’époque du concile de Vatican II. Il faut aussi se rappeler de ses propos un peu limite sur les juifs et les musulmans. Alors t’imagines bien que les mecs qui remettent en cause le concile et qui défendent les valeurs de la chrétienté au lieu de celles du christianisme, c’est du pain bénit pour lui.
    En même temps, je pense qu’il ne faut pas être fataliste concernant ce genre de groupuscule. Les diaboliser et les stigmatiser sont la dernière chose à faire. Prendre leurs propos au sérieux aussi. Il faut se dire qu’ils sont minoritaires, il faut montrer qu’ils existent, mais pas qu’ils peuvent avec leurs moyens gangréner la société. Ce serait leur faire trop d’honneur. La meilleure parade, en vérité, est de disserter avec eux d’égal à égal, à visage découvert, même si ça écoeure. Et à tout prix, essayer de démonter leur argumentation petit à petit. Ma mère a tenu pas mal de parents catholiques intégristes au respect de la sorte (je la glorifie, mais c’est normal, c’est ma mère).

  • Bon alors déjà (c’est pas comme si la moitié des cathos le répétaient depuis des mois mais passons), le pape n’a pas réintégré les williamson etc, il a levé les excommunications, ce qui n’est pas pareil. De plus, si j’ai bien suivi aux dernières nouvelles il prônait l’accueil des étrangers et l’aide aux migrants, tout en poursuivant le dialogue inter religieux (effectivement, ça fait grave flipper). Storia, faudra que tu m’expliques à quoi tu penses en parlant de ses dérapages. BREF.
    Pour revenir à ce lamentable reportage. Pour moi, il mettait bien en balance la connerie des gens filmés (les golios qui font du krav maga dans la forêt, ça fait pas peur, ça fait rigoler non ?) et la connerie du journaliste. Ya personne qui pense que les méthodes des “infiltrés” sont gerbantes là ? Non ? Ca dénonce des méchants nazis alors ça peut tout faire au mépris de la déontologie la plus basique ? Personnellement, je ne retiendrai de ce “reportage” que le fabuleux “ils veulent revenir au temps de l’intolérance, au temps (pause dramatique) D’AVANT VATICAN II”. Morte de lol j’étais.
    Mais bon après je comprends que ça fasse peur. Les bataillons de catho dans les rues qui agressent les braves gens sont en pleine recrudescence.

  • @GS : Parce que tu crois qu’il n’a pas craqué le jour où il a balancé à Ratisbonne que, de toutes façons, chez les musulmans, depuis Mahomet, être terroriste, c’est culturel, en mettant en avant le djihad ?

  • oui donc il n’a absolument pas balancé ça, de plus, ce n’était clairement pas le but de son discours.
    http://www.koztoujours.fr/?p=60

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>