Humeurs

Au secours, j’ai une vie de mère !

Article sélectionné par Laurie lors de sa semaine de rédac’ chef !

Une chronique de mère avec un enfant dedans

Au secours, j’ai une vie de mère !Être mère, ça change une vie. On le sait, on nous l’a assez répété. Seulement on ne sait à quel point qu’une fois qu’on y est. Il y a vraiment une vie avant, et une vie… maintenant. Et ça fait du bien d’en parler.

“La journée de la femme qui s’oublie”

Mercredi. Jour des enfants. Ce phénomène prenant de plus en plus d’ampleur : les enfants. Pas ceux des autres, que vous trouvez toujours mignons. Les vôtres. Qui deviennent justement les mignons en question quand ils sont chez les autres.

Mercredi. Journée de la femme qui s’oublie.

Pourquoi ? Parce que la femme est parfois mère et que le mercredi, elle prend du temps pour s’occuper de son ou ses enfants.

Je vous vois venir : on peut être femme et mère à la fois, l’un n’empêche pas l’autre. Pourquoi une femme devrait-elle s’oublier quand elle est mère ? Parce que la mère du mercredi n’est pas une femme comme les autres !

Le mercredi après-midi je ne travaille pas, je m’occupe de Mini-moi. Dire que c’est Mini-moi qui s’occupe de moi serait plus juste. Soucieuse de mon bien-être, elle fait tout ce qu’elle peut pour me montrer son affection. C’est chouette non ? Ben non, pas tout le temps.

Le principe est simple : elle veut regarder son dessin-animé préféré (traduction : celui qu’elle regarde en boucle cinq fois d’affilée quand elle est patiente. En cas de crise de suractivité aiguë, elle regarde le passage de trois minutes qu’elle préfère, autant de fois que nécessaire).

Je profite de ce moment calme pour faire un truc pour moi. Genre bouquiner. Il faut trouver une activité qui ne dure pas trop longtemps pour éviter tout risque d’irruption de Mini-Moi. (traduction : bain moussant relaxant aux huiles essentielles, vous oubliez).

Mais voilà. Au moment pilepoil où j’ouvre mon livre, Mini-moi a décidé de brancher son super mange disque CD offert pour ses 3 ans, dans lequel son (adorable) papy a pensé à insérer le cd des 20 meilleures comptines revisitées façon 2010.

Cette boîte à musique ambulante est si légère qu’elle se transporte vraiment partout (traduction : de la chambre au bureau de maman en passant par le jardin pour en faire profiter les voisins).

Non contente d’émettre un son à faire fuir la plus vicieuse des tiques collées à votre chien, cette petite merveille de technologie est dotée de deux micros. Et oui, deux micros afin qu’enfant et parent puissent s’adonner ensemble au plaisir de la chanson.

C’est si simple d’utilisation que même le plus petit des petits pourraient l’allumer, monter le son, réécouter pour la 22e fois la même chanson.

Souvent contrainte et forcée Habituée à lire dans le bruit, je poursuis mes efforts de concentration extrême (traduction : je m’éloigne pour fumer une clope et faire croire à mon cerveau que ça le détend).

“Bateau su l’eau… la ivière a débodé”. “Débordé”, en hurlant, bien sûr, pour ne pas louper ce grand moment de rigolade enfantine, parce que tout ce qui déborde, c’est drôle, comme quand on jette l’eau par-dessus la baignoire voyez-vous.

“À la modeuuuuu, à la modeuuuuuuuuuuu”. Ça c’est une bonne comptine, car on plante les choux avec les mains, donc on peut taper fort sur la table avec les mains.

Ainsi passent quelques minutes (pas plus, maman s’habitue au bruit, faut trouver autre chose). Jusqu’à ce que Mini-moi, toujours dans cet élan de générosité, monte le son, puis baisse le son, pour ensuite remonter le son. Ainsi de suite jusqu’à ce je lui explique que ça use les piles et que si elle veut continuer à écouter la musique, il faut prendre soin de son lecteur CD (traduction : si vous dîtes à Mini-moi que ces bruits vous agacent, qu’elle vous énerve, vous courez le risque qu’elle continue de plus belle, parce que c’est le jeu le plus amusant du moment que de tester les limites de super-maman)

Mini-moi réalise alors qu’elle a aussi tous les instruments qui vont bien pour faire de la musique ! À commencer par la trompette. Engin en plastique trop bien identifié. Il suffit de souffler dedans pour que le son sorte. Super facile.

Puis, le jumbé… un souvenir empoisonné ramené d’un voyage au Maroc. C’est drôle, y a qu’à taper dessus avec les poings pour le son sorte. Magique. Simple d’utilisation. Jouet idéal pour se défouler (traduction : pour faire subir à sa maman le pire des supplices).

Le must, c’est qu’on peut faire les deux en même temps. Une main tenant la trompette, l’autre tambourinant sur le jumbé. Fallait y penser.

Ok. Je n’ai aucune chance de rivaliser avec son envie soudaine de devenir Mozart ou David Guetta. Je lui propose quand même de faire un jeu moins bruyant plus intéressant.

Explosion de joie ! Idée lumineuse ! Elle dit “oui maman” suivi rapidement d’un “mon bébé chéri ” !

Pas le petit poupon qui ne prend pas de place et qui n’a que pour fonction de cligner des yeux. Non, celui qui a 28 fonctions, 26 sons différents, du rot aux rires en passant par les pleurs (3 variations sur le même thème, je vous laisse imaginer) et qui fait pipi dans un pot lumineux façon stromboscope. Ça, c’est le cadeau de sa marraine.

Vous avez beau l’éteindre discrètement, le bouton on/off est ce qu’il ya de plus facile à trouver. Malins les fabricants de bébés en plastique. Ont-ils eu des gosses eux, pour inventer des engins pareils ?

Et pourquoi les enfants ne viennent pas au monde avec ce système de bouton on/off ?

Voilà donc mon moment de tranquillité brisé bercé par des bruits stridents en tout genre. Parce que, bien évidemment, durant ce grand moment musical, la télé était restée allumée et j’avais aussi en bruit de fond Peter Pan.

Ne voulant pas brider l’instinct créatif de Mini-moi, j’abandonne mon truc à moi, de toute façon c’est l’heure de la sieste (traduction : abandonner mon truc à moi ça va pas non ? Je couche Mini-moi en moins de deux et reprends illico-presto ce que j’étais en train de faire. De toute façon elle est fatigante fatiguée depuis le changement d’heure).

Ne croyez pas que je suis une mère indigne, je suis ravie que ma fille soit si inventive dans ses productions musicales. Elle a tout d’une nouvelle star…

Et moi j’ai soudain l’instinct voyageur…

(cc)  Cia de Foto

6 Responses to “Au secours, j’ai une vie de mère !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>