My Space

Obscure salle

Ndlr : Article sélectionné par Rose H pendant sa semaine de rédaction en chef.   

J’aime le cinéma.
Beaucoup.

Obscure salleJ’essaie d’y aller aussi souvent que je peux. Je préfère les petites salles art et essai et les films ouzbèques en VO sous-titrés. Mais parfois, je veux voir un film en 3D, alors je suis obligée d’aller au multiplexe. Et c’est là que je me transforme en connasse.

Déjà, je m’obstine systématiquement à arriver 10 minutes avant l’heure de début de la séance. Ce qui est idiot, vu que le film commence, lui, au moins 20 minutes après l’heure indiquée. Ensuite, je prends mon billet. Je le prends à la machine, je suis dans un multiplexe je te rappelle, je vais pas non plus aller parler à une caissière. Je traite la machine de vieille pute pingre et frigide, avant de lui cracher dessus quand elle a le culot de m’annoncer qu’elle va me délester d’environ 12€80 (pour la 3D). J’ai mal aux fesses, et je me sens défaillir. J’ai besoin de sucre. Ça tombe bien, au multiplexe, on peut acheter des bonbons, du coca, du popcorn. Tout ça doit être indexé sur le prix de l’or : un twix est égal au smic indien. Plutôt crever que d’acheter 100g de popcorn (qui vont me donner soif et donc me forcer à acheter une canette d’ice tea) au prix d’1 kg de thon rouge de méditerranée.

De colère, je vais faire la queue devant l’entrée. Un type me déchire mon ticket, un autre me tend des lunettes et un troisième me donne une lingette pour les désinfecter. Le taylorisme n’est pas mort.

Je me rends dans la salle. Elle est grande, belle et confortable avec des petites loupiotes partout, et on entend Lady Gaga chanter en duo avec Lord Kossity en fond sonore. Les lady et les lords, ça va pas forcément hyper bien ensemble. Je trouve une place. Pile-poil au milieu. Je constate avec délice que je peux étendre mes jambes, et que le siège ne va pas faire mine de se relever chaque fois que j’essaierai de bouger. Par contre, mes fesses me démangent (maintenant qu’elles me font moins mal). Ah, c’est normal, ya du pop corn plein le fauteuil.

Je regarde autour de moi. Ça bouffe à tous les étages : vas-y que je t’enfourne du pop corn par poignées entières, que je te léchouille le magnum (sans mauvais jeu de mot), que je gobe les car en sac, et que je glougloutte le pepsi max. Le tout de préférence sans la moindre discrétion. C’est pas comme si on était là pour partager un film. Ils se sont crus à la cantine ou quoi les gens ? C’est donc dans un concert de chomp-chomp que la lumière se tamise enfin. Joie ! Le film commence ! Ah, autant pour moi, ce sont les bandes-annonces.

TchacTchacTchac la mitraillette, Bim bam, boum, la baston avec Bruce Willis, un ratio de 9 plans par minute avec des explosions, des chutes, des effets spéciaux et parfois même, de l’amour. La lumière se rallume (quoi c’est déjà fini ?) sous les commentaires ébahis des autres spectateurs : « Il a l’air trop bien le prochain film de Kad Mérad, on reviendra le voir, hein, il est vachement drôle ce Kad Mérad. Puis les effets spéciaux, t’as vu les effets spéciaux ? Ça envoie du bois, non vraiment, ça c’est du cinéma, pas vrai ? ».

Pendant ce temps là, moi je remercie le ciel de ne pas être épileptique. J’ai l’impression d’avoir été bombardée par un canon à neutrons. Heureusement, la lumière se baisse à nouveau, le film commence. Ah, non, ce sont les pubs. Le magasin de luminaires, le kebab, le toiletteur, le bowling : je me sens foutrement bien ciblée. Et les pubs en PowerPoint, vraiment, j’aime ça. Ah tiens, maintenant, c’est l’heure de constater que oui, effectivement, que se soit sur le petit écran ou sur le grand, effectivement, les pubs qu’on voit à la télé avant le film, c’est relou.

La lumière se rallume. Les gens mastiquent toujours et rigolent comme des bossus. Moi j’ai sommeil. La lumière se tamise. Ouais ! C’est pas trop tôt ! Ah non. C’est l’heure de la formidable animation 3D, probablement réalisée par un infographiste aveugle et manchot, qui t’explique comment mettre tes lunettes. Oui, voilà, comme ça, sur ton nez. C’est bien. Et qui t’explique aussi que les voler, c’est non seulement mal, mais en plus c’est idiot, parce que dehors, t’en auras pas besoin (et oui, andouille, tu vois déjà en 4D, alors… puis en plus elles sont hideuses). Ensuite, c’est le test: le monstrueux petit personnage te sort une langue de six pieds de long. Si elle te donne la gerbe, c’est que les lunettes fonctionnent.

La lumière se rallume. Mes voisins ont l’air idiot avec leurs lunettes et leurs bouches pleines. Ils continuent de s’invectiver en se bidonnant. La lumière s’éteint à nouveau. Le film débute ! Non, c’est la pub haribo. La salle s’extasie. Comment on croirait trop qu’une tagada d’un mètre de diamètre va te tomber sur le coin de la gueule ! J’en peux plus. Je trépigne dans mon fauteuil. Il me semble me rappeler vaguement que je suis venue pour voir un film. Quand soudain : « Votre film vous est offert par le centre commercial trucmuche ». Mon sang ne fait qu’un tour. La fumée me sort par les oreilles. Il s’en faut de peu pour que je me lève en hurlant que 12€80, c’est cher payé pour un truc offert et précédé de tant de pubs. Je me dis que j’aurais pu le faire. Mais mes voisins mastiquent tellement fort qu’ils ne m’auraient même pas remarquée. Puis de toutes façons, le film commence. Pour de vrai.

Pendant 1h30, je me demande comment j’ai fait pour ne pas assommer mon voisin de devant qui n’a pas arrêté de glousser comme une dinde, et mon voisin de droite qui devait livetwitter le film depuis son iphone.

Le film se termine. Les gens n’attendent même pas le générique de fin, ils sont déjà dehors. Moi je regarde quand même les noms défiler sur l’écran. Mais j’ai les boules. Le film ne m’a pas plu. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps. Et surtout mon argent. La prochaine fois, je me contenterai de mon film Ouzbèque.

(cc) tanakawho

9 Responses to “Obscure salle”

  • Grands dieux. Cet article est un monument du “lol”. J’avoue m’être gaussée comme une dinde du début à la fin, tout particulièrement à la lecture de cette phrase “Un type me déchire mon ticket, un autre me tend des lunettes et un troisième me donne une lingette pour les désinfecter. Le taylorisme n’est pas mort.”

    Naturellement, je n’aurai pas savouré toute la teneur de l’article si moi-même je n’avais pas été au cinéma multiplexe ce samedi ; autant le dire il faut une sacré patience !

    Entre la 1ère séance blindée – 400 places tout de même – et ce même 30 minutes avant que la séance débute ; la séance d’après où tu as judicieusement pris ta place lors de la séance d’avant, et où tu te tapes une queue qui fait toute la rue au moment de rentrer dans la salle 3h après, même munie de tes billets… Tu finis par te retrouver au 1er rang (par chance tu as quand même une place à côté de ton barbu) avec la 3D qui te fusille et tu manques de devenir épileptique à chaque nouvelle scène. Et le pire c’est que, sans les lunettes, les couleurs avaient l’air nettement plus belles.

    Tu es allée voir quoi, d’ailleurs ?

  • Du très grand wannagetafly ! Je pense que je ne vais même plus prendre la peine de lire, je bookmark direct.
    Tout cela est bien vrai… Et c’est sans compter les conseillères d’orientation dans la salle qui rient à gorge déployée à la moindre blague (pas drôle) pour montrer qu’elles ont bien compris la blague…

  • merci les meufs…

    Le film que je suis allée voir m’a donné une crise de foie (et de foi). C’est Alice au pays des merveilles. Un mot de votre part, et je fais la critique du siècle.

  • Un mot de ma part :)

  • en avant guimgamp…

  • Hello ! Quand on voit le prix qu’on paye pour sois disant voir du grand spectacle en 3D aujourd’hui … j’ai envie dire que le théâtre c’est pas mal non plus par exemple :o)

  • voilà qui est posté! une bonne grosse critique qui donne bien envie de pas aller au cinéma…

  • J’sais pourquoi tu préfères (à raison!) les films Ouzbèques…

    ….

    Parce qu’au moins l’Ouzbèque y s’tend !! :)

    Bon, ok, je sors…. ——–>

  • c’est tellement ça…le chmrouf chmourf de pop corn, l’avalanche de pubs, et les prix effarant… moi aussi je préfère les salles d’art et d’essai!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>