Coeur

Mes constantes

C’est après une longue discussion avec moi-même à propos d’une certaine récurrence dans les caractéristiques de mes ex que j’en suis arrivée à une conclusion assez effarante : les hommes qui ont fait partie de ma vie, que ce soit l’espace d’un instant ou plus, présentent souvent les mêmes (non-)qualités. C’est tellement affolant que je tiens à vous faire partager ce grand moment astral.

Mes constantesTout a commencé quand je regardais le dernier épisode de Lost, “Recon”, tout en pensant qu’il était fort dommage que Desmond n’apparaisse plus régulièrement dans la série. Je crois même qu’on ne l’a pas encore vu de la saison et, s’il ne vient pas rouler du r avant le dernier épisode de la série, je risque de faire une crise de “je me roule par terre en m’insurgeant que la vie est trop in-jus-te”. Du coup, en pensant à Desmond Hume, je me suis remémoré l’épisode 405, “The Constant”, et donc, pour faire court parce que je sens que vous êtes à deux doigts de fermer l’onglet de votre navigateur préféré, pour survivre aux voyages dans le temps, il s’agit d’avoir une constante dans les différentes périodes temporelles que vous traversez. Desmond est la constante de Faraday et Penny est celle de Desmond. BREF.

Ces hauts questionnements philosophiques lostiens m’ont amenée à la conclusion que, moi aussi, j’avais des constantes. Évidemment, je n’ai pas la chance de voyager dans le temps et mes constantes se présentent plutôt sous la forme de certaines caractéristiques que je retrouve, invariablement, dans les hommes qui m’ont plu, me plaisent ou, j’en suis sûre, me plairont. Comme j’aime les listes, je vous fais rapidement un petit tour d’horizon.

L’homme-grand (>1m85)
Déjà, je fais moi-même plus d’1m80 et du coup, mon cerveau évince directement ceux qui m’arrivent en-dessous des sourcils parce qu’on a beau me dire que non, ce n’est pas important, je reste assez mal à l’aise avec un mec plus petit que moi à mes côtés. Alors imaginez un peu si je dois commencer à me promener dans la rue avec mon nouveau trophée. Et puis, un mec qui est grand, ça attire forcément l’œil : c’est un peu comme s’il portait une combinaison argentée à paillettes dorées. Sauf qu’il n’en a pas besoin, son aura lumineuse est naturelle.

L’uomo-che-parla-italiano
Alors oui, les spaghetti, la pizza et la pancetta c’est bon et mon dieu que la langue italienne est sensuelle, mais j’avoue ne pas comprendre pourquoi à chaque fois que je commence à discuter avec un type, on en arrive forcément à se dire que, oh tiens, nous parlons tous les deux italien. Lui souvent mieux que moi, mais c’est toujours l’occasion d’améliorer ses langues étrangères, hein. Et ça finit toujours de la même façon : on se dit des cochonneries dans la langue de Dante. Oh dio…

L’homme-musique
Jusqu’à mes 18 ans, c’était un peu mon seul et unique critère, du style, si tu n’écoutes pas les mêmes groupes que moi, ça ne pourra pas marcher mon coco. Je ne suis pas élitiste, mais je me vois mal parler de Booba ou de David Guetta, c’est comme ça, je n’y peux rien. Toujours est-il qu’après avoir revu mon critère musical à la baisse (tu as le droit d’aimer le ska tant que Jimi Hendrix et Janis Joplin occupent une place plus importante dans ton hall of fame personnel), je n’ai jamais rencontré de fan de reggae qui en valait la peine et qui ait fini à moins de 5cm de mon visage. Ça doit être inconscient.

L’homme-aux-petites-dents
Les grands sourires Colgate ne m’attirent pas plus que ça ou disons simplement que je ne porte pas d’importance particulière à la couleur des dents de mon interlocuteur, tant que son sourire est ravageur, voire à la limite de l’espièglerie. Mais, encore un fait non-expliqué, les petites dents avec un bout de gencive apparent se sont présentées à mon portillon plus d’une fois. Et ça ne risque pas de s’arrêter de si tôt, m’est avis.

L’homme-fumée
Alors ça… je ne comprendrai certainement jamais. La fumée m’horripile, me dégoûte, me fait pousser des cris de hantise et l’odeur du tabac froid me hérisse le poil. Pourtant, invariablement, tous les hommes de vie, sauf un ou deux, étaient des fumeurs invétérés. J’ai beau me dire plus jamais, ils reviennent toujours à la charge, leur clope au bec, le briquet dans la main droite et le paquet de cigarettes planqué dans la poche de leur veste. Incroyable, aberrant, inquiétant, révoltant, etc.

Étant donné que mes constantes sont un mélange de caractéristiques physiques et morales, je suis arrivée à la conclusion que mon radar-homme-sexy devait être pourvu d’une option sixième sens fort utile. Cependant, même si le dernier en date présente 5 caractéristiques sur 5, il en possède une 6ème qui n’est pas négligeable : handicapé de la communication ascendant enfoiré affectif.

Bilan des courses : le prochain sera croate, mannequin, rappeur et alcoolique.

(cc) kygp

6 Responses to “Mes constantes”

  • AhAh! Les constantes des hommes de nos vies… Je m’y suis déjà prêtée aussi… Et ça fait super peur!!

  • contente de voir que je n’suis pas la seule! et plus j’y pense, plus la liste s’allonge…

  • Moi aussi j’ai mes constantes : petits, trentenaires, artistes maudits, phobiques de l’engagement… C’est pas brillant brillant…

  • J’ai eu des sportifs, des artistes maudits, des dépressifs, des hyperactifs, des mégalos, des phobiques de l’engagement, des “marions-nous” au bout de 2 semaines (si si, ça existe)… et un seul vraiment bien, l’actuel, qui ne ressemble bien sûr à aucun autre.

    Mince, j’ai pas de constante… vais-je me perdre dans les méandres du temps ?

  • Storia : ah oui trentenaires… moi aussi parfois ils ont 10 ans de plus que moi!

    Cecile-n : alors attention! je n’ai jamais dit que d’avoir des constantes était une bonne chose. la variété, ça a du bon… et puis, tant que le gugus ne présente pas de tares incurables, moi je dis “go”!

  • comme quoi ça a du bon les conversations avec soir même ;)

    ma partie préféréé de ton article c’es quand tu qualifies ton dernier mec de je cite “handicapé de la communication ascendant enfoiré affectif”. Quand j’ai lu ça j’étais morte de rire dans mon bureau.
    Tu nous tiens au courant pour le prochain, hein et voir s’il tient la route des constantes ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>