Coeur

Le coeur a ses raisons que la rupture ne connait pas

Une petite nouvelle :

Le coeur a ses raisons que la rupture ne connait pasLaura, journaliste émérite connait les relations humaines et sentimentales comme sa poche. Bien qu’elle n’en ait eu que quelques unes, elles ont toutes été plus ou moins chaotiques. D’ailleurs elle s’est dit qu’elle pourrait en écrire un livre. Mais elle se nourrit aussi de celles de ses amies. Elle se rend compte qu’elles vivent à certaines périodes de leurs vies des situations inextricables.

Conseillère à ses heures perdues, Laura écoute et prodigue des conseils pour aider ses comparses dans le besoin. Elle fait tout son possible pour être disponible quand Nora, Flora, Amanda et Fiona l’appellent au secours.

Je devrais écrire un magazine dédié aux courriers du cœur pour remédier à tous ses soucis, se dit-elle souvent. Ses quatre acolytes lui en racontent tellement que cette matière pourrait lui servir à écrire un best-seller sur les relations de couples qui se vendrait comme des petits-pains. Donner de bons conseils (les bons conseils font les bons amis) ne suffit pas toujours. Le plus difficile reste à se les appliquer à soi-même.

Mais pour le moment, toutes les cinq se contentent de se retrouver autour de multiples diners, goûters pour déverser leur fiel et épancher leurs cœurs meurtris. Elles dégustent des bacs de glace et des pots de pâte à tartiner en refaisant le monde. Ces rendez-vous sont l’occasion pour elles de jouer les langues de vipères. Les femmes seraient-elle des harpies briseuses de cœur ou des femmes trop exigeantes qui rechercheraient à n’importe quel prix l’homme idéal ?

Elles brisent des cœurs, mais leur joli cœur tendre se trouve parfois déchiré en milles morceaux. Morceaux qu’il faut recoller pour s’en trouver grandie. Ce qui ne tue pas, nous rend plus fort, n’est-ce pas.

Laura, véritable cœur d’artichaut, s’attache trop facilement. Pourtant l’expérience lui a montré que la route de l’amour était semée d’embûches. Son petit cœur en a souvent été averti. Mais que faire ? L’envie est parfois plus forte que la raison. Elle n’y peut rien, c’est plus fort qu’elle. Elle vit, elle fait de nombreuses rencontres. Elle est parfois transpercée par la flèche de Cupidon, Dieu qui ne l’a jamais épargnée. Elle a des coups de cœur et se prend des coups par derrière. Ainsi va la vie dans le jeu de l’amour. L’amour n’est-il pas le carburant de nos vies qu’on le veuille ou non ? N’est-ce pas ce qui guide nos vies ?

Il faut croquer la vie à pleines dents même si on s’en mord les doigts, ainsi va notre existence. Mais à quoi bon. Plus on lutte, plus nos désirs les plus profonds nous rattrapent. Newton aurait dû y penser sous son arbre et nous prouver que ces sentiments sont rationnels et peuvent-être rationalisés. La science, si elle explique la gravitation universelle, ne trouve pas de raisons aux lois de l’attraction entre deux corps. Après tout, en se cherchant, deux personnes gravitent l’une autour de l’autre, tels deux atomes qui sont attirés l’un vers l’autre.

Laura rencontra Julian lors d’une belle soirée d’hiver au moment des fêtes de fin d’année. Ils échangèrent des regards complices, des sourires qui en disaient déjà long. Le jeu de la séduction commençait. Entre deux plats de consistance, ils discutèrent pour faire connaissance. Petit à petit des liens se sont tissés. La proximité aidant, ils se sont lentement rapprochés l’un de l’autre. Mais le gong a sonné et ils durent se séparer. Cette rencontre ne pouvait pas se solder de la sorte.

Ils se sont vus, ils se sont plus, se sont retrouvés dans leur bulle pour vivre un moment agréable. Ils étaient sur la même longueur d’onde. Désir, désir quand tu nous tiens. Ils se sont cherchés et ont fini par se trouver même si au départ ce n’était pas gagné. Le temps a fait le reste.

Ils n’ont pas su résister à la tentation. Ils n’ont pas commis le péché originel, mais ont tout de même succombé fortement au désir. Lentement leurs mains se sont touchées pour ne plus se quitter. Mais l’heure c’est l’heure. Ils durent se séparer pour mieux se retrouver.

Heureux de leurs moments passés ensemble, ils se sont revus quelques jours plus tard sous la nuit parisienne. Paris, je t’aime, Paris on t’aime. Paris, ville romantique oui seulement quand on est bien accompagné et c’était le cas.

Leurs retrouvailles furent un peu Rock-n-Roll. Ils ont bien failli se louper. Après quelques actes manqués (appels manqués), une attente trop longue, Laura a bien failli laissé tomber. Ils ont fini par se retrouver. Vous imaginez que tous ces petits quiproquos les avaient légèrement refroidis. Mais ce n’était qu’une question de temps. Rien n’était gagné. Tout restait à faire pour apaiser Laura qui a ravalé sa colère. Laura s’y est donc frottée et s’y est sûrement un peu piquée.

Cette soirée hivernale avait plutôt mal commencé mais tous ses petits ratages lui ont donné du charme. Ils marchèrent, puis se dirigèrent vers un restaurant. Laura a choisi un coup de poker. Ils ont partagé les joies d’un repas indien. Charmant, Julian a invité Laura à sa grande surprise. Quel gentleman ce Julian ! La soirée se déroulait sous de bons auspices. Mais pour combien de temps ? Enfin, tout restait à faire sous ce froid hivernal.

Petit à petit, ils ont créé une bulle dans laquelle ils ont partagé de la tendresse, de chaudes étreintes et de doux baisers. Ils se sont perdus dans cette bulle onirique comme s’ils se retrouvaient seuls au monde. Ce n’était pas le cas mais c’était ce qu’ils croyaient. Ils avaient trouvé leur Eldorado dans un jardin public. Ils en oublièrent le froid qui battait son plein. Dommage, la neige n’est pas venue pimenter leur soirée. Cela ne les a pas empêché de s’oublier dans les bras l’un de l’autre. Tant pis pour cette fois. Tout a une fin, le bonheur aussi.

La réalité a fini par pointer son nez. Ils ont dû repartir chacun de leur côté. L’heure de la séparation avait sonné. Ils se séparèrent au détour d’une station de métro. Ils sont allés dans le sens opposé. Ces directions différentes annonçaient-elles la fin d’une idylle tout juste naissante ? Lui repartait dans un pays Rock-n-Roll bien connu des petits français. So cute ! Laura restait à Paris. Shit !

La suite fût rocambolesque. Comme ils se sont séparés tardivement, ils se sont fait peur. Les trains n’attendent pas. Quand on rate le dernier train c’est fini. Autant on peut prendre le train de l’amour en marche, autant les trains de banlieues laissent parfois les voyageurs à bout de forces sur les quais. Dans un sprint final, les deux tourtereaux, chacun de leur côté, ont réussi leur coup. Ouf. Ils ont gagné la course contre le temps. Pour s’assurer qu’ils soient bien chacun dans leur train, ils se sont envoyés des messages. Les nouvelles technologies les auront rapprochés une ultime fois.

Puis la nouvelle année est arrivée et un texto a ravivé Julian à la mémoire de Laura. Après, silence radio. Depuis, les pensées de Laura sont habitées par le visage de Julian. Jour après jour, Laura ressentait un manque affectif. Mais le temps aide et a apaisé cette perte. Et lui, qu’en pense t-il ? Impossible de savoir, la distance les a effroyablement séparés. Une petite amie plus tard, oui en fait il n’était pas libre (enfin c’était compliqué). Laura s’est sentie un peu flouée et frustrée. Les aléas de la vie que voulez-vous ?

C’est le début de la fin pour Laura. Rupture en douceur, la distance aide. Trop loin, pas assez proches. Intenses moments qui ne sont plus que des souvenirs. Pas de retour. Instants volés au détour d’une soirée même pas arrosée. Ils sont restés suspendus au temps. Rupture due à la distance et aux non-dits. Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas.

(cc) ~I don’t have a DSLR, but…

3 Responses to “Le coeur a ses raisons que la rupture ne connait pas”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>