Back Room

Un gros Fuck à la société phallocratique

Catherine Corringer : joli petit minois blond intemporel aux multiples casquettes : actricE, performeusE, réalisatricE, activE dans le milieu Queer/Lesbien.

Un gros Fuck à la société phallocratiqueEn mains : un DVD numéroté, la pochette est rouge translucide, dessus une aiguille et un bout de laine liés par de la cire. Catherine m’indique que c’est en lien avec l’un des trois courts-métrages que je viens d’acquérir.

Les courts-métrages : Day’s Night (2005) – In Between (2006) -This is the Girl (2007)

Je regrette que Smooth, le dernier court-métrage réalisé par Catherine Corringer en 2009 ne soit pas encore mis en vente, celui-ci ayant été récompensé au Porn Festival de Berlin en octobre dernier. Je suis boulimique, j’aime bien tout avoir et là je vais devoir attendre : frustration !

Day’s Night

Régressez, retombez en enfance et retrouvez votre malice et votre cruauté enfantines. Dévorez l’autre, dévorez la vie, jouez des fluides, soyez imprévisible, abusez de votre pouvoir quand vous dominez quelqu’un, marquez au fer rouge votre insouciance. C’est le fantasme de l’enfant cruel et capricieux qui domine l’autre, mais attention un enfant finit toujours par être puni. Un court-métrage étrange et bien ficelé où les codes sont mis à mal et forcément j’aime ça !

In Between

Un corps, deux corps, trois corps. Ca se mêle et s’entremêle. On sent comme une envie entre les deux premiers corps de se fondre l’un dans l’autre, l’aiguille apportera-t-elle la solution ? Le sang coule, mais le troisième personnage interviendra avec une aiguille de taille supérieure et rappellera au corps « In Between » son identité. Ames sensibles s’abstenir. Je comprends dans celui-ci la petite décoration apportée à la pochette du DVD.

This is the Girl

Une boxeusE, son coach, l’une entraînant l’autre, la préparation à un combat, puis une accalmie, une démonstration. Un film détenant un message fort, il suffit d’en lire le titre.

Day’s Night et In Between semblent être dans la même lignée (2005 et 2006). Dans ces deux courts-métrages, il est question de BDSM et de genre. Les pratiques telles que par exemple l’urolagnie ou les aiguilles sont abordées mais pas forcément là où on les attend. Ne vous attendez pas à du BDSM « classique et codé », nous en sommes loin. La notion de genre est-elle aussi abordée, les corps semblent asexués alors que nous sommes dans des scènes clairement sexuelles. Le BDSM appuie d’autant plus cette notion.

Je n’ai posé à aucun moment, dans ces deux courts-métrages, un genre sur les protagonistes. Je les ai laissé évoluer sans me poser la question du genre et faire une analyse liée à celle-ci (ex : c’est un homme, il fait ceci, de ce fait ce pourrait être interprété de telle manière). Ces deux courts-métrages nous aident à nous débarrasser de nos propres carcans. Choquants, durs, incompréhensibles, absurdes pour certains, pour ma part j’y attache un intérêt particulier et j’aime cette perte de repères. Catherine Corringer a réussi en deux courts-métrages à briser un système codé renforcé par la mémoire collective.

This is the Girl : la perle. Je crois que c’est le court-métrage féministe le plus intelligent que j’ai jamais vu. Je ne sais pas dans quel but exact Catherine Corringer a réalisé ce film. Peu importe, après l’avoir vu j’étais définitivement conquise par son travail. Ma description aurait été de dire que This is the Girl est un « Fuck » pacifique à la société phallocratique. Il n’est ni question de féminisme pur et dur avec des mots, de la violence, des arguments rabâchés… Non ! Ici on montre une femme dans son plus simple appareil et elle démontre le plus simplement du monde que nous existons. A mettre entre toutes les mains !

NB pour Sophie Bramly : Je n’ai pas vérifié, ces courts-métrages auraient leur place sur Second Sexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>