My Space

Le stress des transports en commun, un mal francilien?

Le Parisien a aujourd’hui rendu public une étude dirigée par Technologia, un cabinet spécialisé dans les risques professionnels et liés à l’environnement et menée par le sociologue Gérard Rimbert. Plutôt alarmiste, elle pointe du doigt les méfaits des transports en commun sur ses usagers ; les parisiens et les franciliens sont stressés, c’est évident.

Le stress des transports en commun, un mal francilien?L’étude met donc en garde sur les risques et les méfaits des transports en commun sur la santé ; le stress peut générer des dépressions, des désagréments de l’humeur… Pourtant, idéalement, les transports devraient être synonyme de décompression et non de stress. De plus, les usagers soumis au stress des transports seront encore plus tendus durant leur journée de travail.

Les grèves, les pannes, les retards, les dysfonctionnements divers et variés ponctuent la journée de plus de 8 millions de franciliens. Pour être à l’heure, des milliers d’usagers se réveillent à l’aube par peur d’arriver en retard et d’être sanctionnés. Bien entendu tout le monde n’est pas touché de la même façon. Comme souvent, ce sont les catégories sociales les plus fragiles les plus exposées. Mais en règle générale, la multiplication des correspondances et les divers désagréments ne nous permettent pas de commencer paisiblement une journée. Les problèmes de transport affectent aussi notre qualité de vie, notre vie de famille plus particulièrement.

Plus fatigué, plus irritable, on parait moins disponible. En tout cas on se rend moins disponible. Les usagers vivent les transports comme une contrainte plutôt qu’autre chose. Ainsi, chaque jour, on se trouve happé par le rythme infernal du métro/boulot/dodo. Cette sensation est due au fait que de nombreuses lignes de RER, de métro et de Transiliens sont bondées chaque jour. Évidemment le métro semble plus fiable que le RER ou le Transiliens, mais si vous prenez régulièrement les lignes 6, 4, 13, 1 et 7 (les plus fréquentées quotidiennement), vous comprenez de quoi je parle. Aux heures de pointe, les rames sont surchargées et je ne vous parle pas des jours de grève… Dans tous les cas, il ne faut pas être claustrophobe ou agoraphobe car là, vous êtes simplement fichus. Eh oui c’est gai les transports parisiens ! Le pire reste le trajet banlieue à banlieue, là, il faut réellement prendre son mal en patience.

Comme je le disais, le RER c’est surement le pire, d’ailleurs, quand je peux éviter de le prendre je le fais. Le RER A (le plus sous cité car c’est celui qui affecte le plus l’économie) est à la pointe des retards. Sur toute l’année il a cumulé 20000 retards, sans parler de la grève qui a duré plus de deux semaines. Ce qui pèche le plus souvent, c’est le manque d’informations, surtout lorsqu’il s’agit de problèmes liés au matériel défectueux. Je veux bien qu’il le soit (défectueux) mais si on paye des abonnements navigo qui augmentent chaque année, ce n’est pas pour rien. Il faut donc essayer de prendre cela avec philosophie et se dire que ce pourrait être pire, que demain est un autre jour… Bon, je veux bien relativiser mais la situation pourrait être meilleure aussi…

Après, quand on a des obligations professionnelles qui font que les retards ne sont pas tolérés, les transports peuvent avoir des  contributions négatives sur notre vie professionnelle et notre capacité d’évolution. Le temps perdu dans les transports devrait être davantage pris en compte. Bien sûr il faut faire tourner l’économie, mais à quel prix ? Et puis si les travailleurs arrivent stressés au travail sans même avoir commencé, cela ne les aide pas à être productifs. Il faudrait donc se pencher sérieusement sur le problème. D’accord les parisiens sont des râleurs et ne sont jamais contents, mais c’est bientôt les élections régionales et les transports franciliens sont des enjeux politiques, économiques et sociaux qui parlent à 8 millions de personnes. Il est donc temps de prendre le problème à bras le corps.

Bon, j’arrête de me plaindre, mais je suis une fille (et parisienne de surcroît) donc j’estime avoir droit de me plaindre. Et puis aujourd’hui il fait moche, donc ça atteint ma bonne humeur. Bien sûr Paris reste une belle capitale, surtout du point de vue des touristes. Mais pour que notre quotidien soit meilleur, il faut aussi penser à nous, pauvres usagers des transports en commun.

(cc)  Susan NYC

4 Responses to “Le stress des transports en commun, un mal francilien?”

  • Ma chère Jess… Bizarrement ton article m’a mise de très très bonne humeur soudainement car je te comprends, Ô combien. Pour me coltiner des trajets de RER interminables matins et soirs, je sais ce que ça représente et ça fait plaisir de lire ton mécontentement.

    J’ai l’impression de m’entendre râler ! Ce qu’il faut se dire, c’est que le printemps arrive bientôt (si, je te jure, même s’il neige aujourd’hui), ce qui signifie que nous pourrons bientôt flâner en vélib ! Chouette !

  • Je prends quotidiennement 2 métros + RER B avec tous les changements que ça implique pour ne serait-ce qu’aller travailler. J’ai noté depuis 4/5 ans environ une nette dégradation de la qualité/ponctualité des transports franciliens, et ce, sans parler de l’humeur massacrante de ceux qui les empruntent.

    Leur réseau au niveau matériel s’est très nettement dégradé dans la même période. Je pense qu’en effet il faudrait obtenir d’urgence une table ouverte et apporter des solutions pragmatiques pour améliorer la situation qui est de + en + déplorable et ce n’est pas fini !!

    J’ai constaté qu’il y a qques années c’était presque un plaisir de prendre les transports pour aller travailler mais depuis qques années c’est vraiment devenu une source de stress et effectivemment j’arrive au taf sur les nerfs!!

    Lorsque je le peux je prends le vélo, j’arrive en nage mais… pas stressé !! Et ce malgré les dangers et les fous du volant/guidon que je cotoie sur la route.

  • Ma technique pour éviter de craquer : mon casque et ma musique… Il y a un -avant- et un -après- la musique dans les transports pour moi. Je suis un peu moins stressée, et mon ambiance sonore s’est grandement améliorée… Le vélib’ aussi c’est chouette, mais niveau ingurgitation de pollution, c’est pas top et niveau sécurité non plus. Enfin pour les gourdiches comme moi peut-être…

  • Bonjour
    Mon truc à moi, c’est observer, écouter, lire et conserver le sens de l’humour alors j’écris… le blog Lili dans le métro était né…
    http://lilidanslemetro.over-blog.com/
    une occasion de partager des anecdotes ou asctuces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>