Back Room

N’ayons pas peur des mots.

( Je pensais aussi à “Appelons une bite une bite” pour le titre mais j’ai préféré le soft au référencement Google.. )
J’ai eu la grande chance ( on verra qu’en réalité ce n’en était pas une ) de feuilleter  “Le Kama-Sutra des paresseuses”. Je n’ai jamais eu l’occasion de lire ni d’ouvrir ces bouquins SEXE tant à la mode ces dernières années. Le genre de truc hyper girly (kikoolol), rose et avec pour ligne éditoriale “On parle de cul sur un ton cool et détendu”. Bref le genre de truc qui peut me plaire car moi je suis hyper girly (lolmdr)  j’aime parler cul et je suis détendue.

N’ayons pas peur des mots.

Mais ( oui il y a un mais sinon c’est pas drôle)  au bout de 6 pages j’ai été affligée. Rien qu’en regardant les titres “Comment séduire l’homme de sa vie” (attend j’achète un Kama-Sutra pas une robe de mariée) “Êtes vous sexuellement compatibles”, “Comment le garder”, “Comment faire en sorte qu’il veuille rester avec vous” ..  Heuu ? C’est bien écrit Kama-Sutra sur la couverture non ? Je suis une dégénérée perverse ou le Kama-Sutra ça parle de sexe ?

Je choppe le chapitre qui m’a l’air le plus intéressant ( comprenez “bon on parle de cul maintenant ?” ) .. et là c’est le choc, il n’y a pas le moindre petit mot “bite”, “pénis”, “organe masculin”, “verge”. Non, non, non on dit “LINGUA” ça fait plus Kama-Sutra, plus chic, moins vulgaire… Ajoutez à cela qu’en refermant le livre vous ne saurez toujours pas comment faire une bonne fellation, si la sodomie c’est bien et comment pimenter votre vie sexuelle. Bref, rien qui ne vaille le terme “provoquant et sensuel”, rien qui ne justifie le rose girly, l’odeur d’interdit et de tabou qui se dégage de ce coffret qui renferme le précieux Graal..  Et là je me dis que c’est quand même affligeant, c’est comme ça dans tous les autres bouquins ? Je ne suis pas assez ouverte d’esprit pour comprendre que tout le monde ne veut pas être vulgaire ?

Appeler les choses par leur nom c’est vulgaire ?  On est quand même dans une époque où même quand tu tapes “Disney” sur Google tu tombes sur du contenu porn. Alors faut pas déconner arrêtons un peu d’être hypocrite en se cachant derrière des termes plus “pro” pour parler de la sexualité et arrêtons aussi de donner une dimension sentimentale -pournepaspasserpourdessalopesquandmême.

Si vous ne voulez pas entendre des mots orduriers comme “clitoris”, “coït”, “pénétration annale” soit. D’ailleurs vous n’allez pas acheter ce genre de bouquins, parfait. Mais au delà de ça, je remarque que ces mots font ENCORE peur. C’est embêtant quand même surtout aujourd’hui quand certains jeunes (ou moins jeune d’ailleurs) se posent des questions sur le sexe et qu’ils pensent trouver des réponses dans ces trucs.

C’est embêtant quand on voit que l’éducation sexuelle d’un ado se fait par des groupes Facebook un peu douteux je me dis que rendre le sexe abstrait, presque banal, conciliant et cool c’est pas forcément une bonne chose. Que ça serait quand même bien d’employer des termes que tout le monde comprend.Que mettre le terme Kama-Sutra pour appâter le pervers ça doit quand même un peu se justifier, que dire que s’épiler pour exciter un homme c’est pas le truc le plus pertinent au monde. Et que, quand tu donnes “10 moyens de réussir une pipe”, ben tu emploies au moins les mots “masturbation”, “sperme” et euhhh “pipe”.

Des fois j’ai des réactions de vielle folle hystérique.

(cc) JosephStory2.0

4 Responses to “N’ayons pas peur des mots.”

  • Peut être que le choix du vocabulaire est réalisé de peur de ne pas apparaitre dans les rayons de la FNAC.
    Quoi qu’il en soit le mot LINGUA je trouve ça classe, ça fait trés rivière aux milles lingua, une belle connotation phallique tout en restant dans l’ambiance “kama-sutra” (BULLSHIT!!!).

    Non mais l’éducation sexuel faut la faire à l’ancienne, avec la guerre du feu et deux trois bouquins du de sade.

    Sinon pour apprendre à faire une bonne pipe, il te reste le dvd de l’actrice porno Penny Flame, “Blowjob howto”, video assez ludique et trés pédagogique :D.

    Comme dirait le coach que je n’ai jamais eu “training, training, training”

  • Aaaaah Stiletto ! Nous sommes bien d’accord!! J’avouerai que je n’ai pas acheté le livre dudit article, que nous l’avons trouvé par hasard dans une bibliothèque universitaire…(Ah Bon?!!)
    Passons.
    Dans beaucoup d’exemplaires du Kama-sutra, il y a overdose lexicale, à base de ‘lingam’, ‘yoni’, ‘bhakti’ et autres ‘shakti’….bon. Soit. On en revient toujours au fait que les Fluokids se tenant par la main s’embrassent, oui, mais pas avec la langue. Parce que c’est berk caca bouda. Les futures générations me font presque vomir. Je ne reconnais pas le monde dans lequel nous vivons. Et mon poney est du même avis que moi.

  • Et puis le vrai Kamâ-Sutrâ, c’est tout simplement un art de vivre. Que beaucoup de personnes dans la société occidentale ne sont pas à même d’adopter. Certes, il y a des attitudes sexuelles, mais c’est englobé dans un tout. C’est ce que les lecteurs du Kamâ-Sutrâ oublient le plus souvent…

  • Chouette article… C’est exactement le fond de ma pensée. Je ne suis pas une grande lectrice de ce style de bouquins ni de magazines féminins “girly” comme tu dis :p. Mais du peu qu’il m’arrive de zieuter, c’est systématiquement la même rengaine : oh toi pauvre fifille très très intelligente (si si, on te jure!) mais si naïve, que faire pour garder l’homme de tes rêves, et le transformer en l’homme de ta vie ? Alors qu’on veut juste parler de l’homme de notre lit… Le jour où le gentil-chiant n’existera plus, je m’épilerai tous les jours ^^ Et puis, c’est aussi révélateur de cet adage qui dit qu’une bonne épouse doit satisfaire son mari…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>