My Space

Facebook, ou le royaume des Drama Queens.

Article sélectionné par Baby Haussmann lors de sa semaine de rédaction en chef

Comme tout le monde donne son avis sur Facebook, je ne vois pas pourquoi je ne donnerai pas le mien. Alors voilà. Tout a commencé il y a deux ans, lorsque j’ai décidé de découvrir ce site “trop cool” où mes amis (ou plutôt mes contacts Hotmail) s’inscrivaient. Naïve que je suis, je me suis dit : “chouette, on va pouvoir rigoler avec les copains !” Au fils des mois, j’ai traversé différentes phases de relations avec mon profil. Fusion, désintérêt, ennui, un peu de rigolades, un peu d’engueulades, pas trop de cyber-sexe, ni de chialerie.

Facebook, ou le royaume des Drama Queens.C’est que je ne suis pas une cyber-fille facile ma bonne dame. Mais pourquoi donc avoir un profil alors  ? (bandes de coquins). Je l’utilise pour cancaner, me tenir au courant des soirées entre copains et… le travail. Qui dit travail, dit profil restreint, “détagage” systématique des photos de moi, (compromettantes la plupart du temps, faut pas se leurrer…) et peu de postage intempestif.

J’assume parfaitement le fait de ne rien assumer. Mes débuts sur ce site ont été un poil laxiste. Aujourd’hui, je suis un peu moins sympa… Fini les ajouts d’illustres inconnus, fini les photos de vacances avec Jules, fini les commentaires perso sur le “wall“. Un beau jour (comme dans toute histoire qui se respecte), j’ai ressenti l’envie saugrenue de faire un gros ménage. De près de 300 “amis“, j’ai atteint le nombre relativement correct de 180. Et encore, certains n’ont pas dégagé faute à ce vieux relent de nostalgie. Sur ces 180 facebookfriends, seulement une petite trentaine sont les heureux élus. Ils peuvent regarder mes photos, écrire des trucs sur mon profil, commenter ma cyber-vie. Ah ça, pour être un peu dégueu, c’est dégueu. D’humains, on devient contact Facebook. De contact Facebook, on devient élu ou rien. Cruelle cyber-vie.

Jusqu’au jour où…
…une amie avec qui je m’étais un peu arrachée les couettes a décidé de passer à la vitesse supérieure : me supprimer. Bam. “Prends-toi ça dans les dents espèce de morue“. Peu importait l’importance de la dispute, c’était une façon de mettre un terme définitif à notre relation. Dans la vraie vie, s’engueuler, c’est normal. Tôt ou tard, on se voit, on s’explique, on se saoule la tronche et on oublie. Parfois non me direz-vous, mais encore faut-il que ce soit très très grave. Sur internet, une dispute même peu catastrophique peut prendre une tournure définitive et surtout pathétique. On ne sera jamais plus Facebookfriends. Bouhou… Faire la démarche de supprimer quelqu’un prouve qu’on a vraiment envie de le faire disparaître de notre vie. Mais cette facilité matérielle mène à une certaine lâcheté sous couvert de je-m’en-foutisme. C’est là une différence majeure entre faire le ménage dans des pseudos contacts…

J’ai donc mené l’enquête
… et ai découvert qu’une copine avait expérimenté une chose similaire. Un beau jour, une de ses amies a ressenti le besoin intense de ne plus l’être, son amie… Mais pour plus de confort, elle l’a tout bonnement viré de ses contacts Facebook. Ouh, la vilaine… Prendre son téléphone, dire les choses en face, c’était bon au temps de nos mamies ça. A l’heure du web 2.0, on se cyber-fait-la-gueule. Comme ça, c’est clair, à défaut d’être très intelligent. Alors oui ! Je sais, c’est très cul-cul tout ça, ces histoires de fifilles qui se tirent dans les pattes, qui sont de vilaines garces pas belles. Je suis la première à le penser. Et non ! Ces demoiselles n’ont pas 14 ans, mais bien dix ans de plus ! Comme quoi, la maturité légendaire des femmes en prend un gros coup.

Et oui, internet, c’est aussi un formidable lieu d’apprentissage de l’autre, un terrain de découvertes formidables. Mais c’est aussi, de temps en temps, le merveilleux royaume  des Drama Queen.

(cc)  .faramarz

9 Responses to “Facebook, ou le royaume des Drama Queens.”

  • Je suis entièrement d’accord avec toi. Moi, j’ai supprimé mon profil, il y a 3 mois environ à la suite d’un commentaire fait sur moi qui ne m’a pas plus du tout. Il était assez virulent et surtout, il pouvait me compromettre.
    Suite à ça, j’ai tout supprimé, déjà que j’en avais un peu marre de découvrir par le biais du web qu’untel était malade, qu’untel autre avait eu des soucis….Oui, moi, je regrette le temps de nos mamies.
    Le temps, ou l’on se passait des coups de fil pour avoir des news des uns et des autres.
    Depuis, je me porte très bien en tout cas, et je me dit que les gens qui auraient envie d’avoir de mes nouvelles, ils n’auraient qu’à me téléphoner et bien, je peux te dire que je n’ai eu aucun coup de fil pour savoir si j’étais toujours vivante.

  • !! De toute façon, on n’a pas 300 amis dans la réalité, on les compte sur les doigts d’une main, comme dit le dicton… C’est clair qu’il faut rester vigilent et dans une ambiance bonne enfant pour éviter ces histoires nullos… Dommage pour ceux qui n’appellent pas ! :)

  • Comme tu dis, les amis se comptent sur les doigts de la main, pour les autres, c’est sans importance !

  • aaah, les rapports filles – facebook… tout un poème… le nombre de fois ou je me dis que je vais supprimer mon profil, sans pour autant passer à l’acte…

  • le pire c’est se faire plaquer sur Facebook, ma petite soeur en a fait la triste expérience.
    après une prise de bec avec le jeune freluquet, ce dernier a brisé leur relationship on Facebook !
    on ne peut pas dire qu’il y soit allé par quatre chemins celui là !

  • Avatar of M-j
    M-j

    Expérience similaire pour une coupine…voilà la maturité..
    bienvenue à la génération kleenex comme j’aime l’appeler…
    J’te prends, je t’ultilises je te jette…Génération facebook ou l’info en continue…

    Moi non plus j’ai pas assez de force pour sauter le pas… mais un jour j’espère que yoda m’aidera à passer du côté obscur de la force…. vivre sans facebook…

  • C’est quand même dingue tout ça… Vouloir supprimer son profil mais ne pas s’y résoudre, comme si notre vie sociale en dépendait… Perso, j’ai toutefois accepté les vices du truc, mais en étant très vigilante pour éviter à nouveau des débordements. Et je ne suis même pas “amie” avec mon mec, histoire d’éviter tout affichage de ma vie privé à la face du monde ^^ ça évite bien des emmerdes…

  • Avatar of
    Petite_Bulle

    Ahah, c’est pathétique.
    Cette mode ” en couple ” pas en couple aussi.
    Anecdote :
    Un pote s’engueule avec sa copine et 10 minutes plus tard met ” En couple et c’est compliqué avec … ” .. Sa copine, a trouvé ça tellement bête qu’elle a commenté : ” C’est compliqué de mettre célibataire ? ”
    J’ai beaucoup ris.
    Puis j’ai experimenté, et j’ai affiché ma “liaison ” ( platonnique me direz vous ) avec quelqu’un qu’on nommera M. ( au pif, matthieu chedid ). Ben, les comportement changent du tout au tout, et tu te dis Facebook est bel et bien entré dans les moeurs. Les gens nous regardent, ce qu’ils ne faisait pas avant etc … J’en fera bien un article tient. Mais trop de puérilité dans ce que j’ai à relater pour ça.

    Bref.

    Très bon article, je suis à deux doigts de (face)Bookmarker.

  • Anorak

    @Petite Bulle
    mmmh ton anecdote c’est un copier coller d’une anecdote viedemerde (http://www.viedemerde.fr/recherche/resultat/?texte=4bc1b2aee825e&vdm=1&from=top)

    Je dis ça je dis rien..

Répondre à Petite_Bulle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>